You are on page 1of 2

Avant-propos

Question : Pourquoi ce sujet ?

Réponse : Je devais avoir quatorze ans lorsque mon frère rapporta du


lycée une pile impressionnante de beaux livres neufs qu’il avait reçu
comme prix pour son excellent travail. Il y en avait des tas. Il s’était fait
aider par deux de ses camarades pour les porter. Les couvertures étaient
très jolies et le volume de quelques uns était vraiment intimidant.
L’arrivée de ces livres chez nous fut le début d’une nouvelle ère faite de
tentatives de lecture et de découvertes. De petites fenêtres s’ouvraient
pour nous laisser entrevoir des cimes insoupçonnables. Nietzsche était là,
et Victor Hugo, et Paul Émile Victor, et Hemingway, …et, … Bien sûr…
Baudelaire !
Les Fleurs du Mal ! Le titre déjà m’intriguait. La lecture de quelques lignes
allait s’avérer source d’émoi pour mon âge, et de choc culturel pour
l’époque. Ce recueil constitua une véritable révélation pour moi, et la
lecture des « Phares » en particulier, fit naître dans mon esprit l’amour de
l’art et le désir de découvrir qui étaient ces maîtres. J’attrapais aussi à
cette occasion la manie de collectionner des reproductions des œuvres
d’art. Les revues d’Art et magazines, en plus de leur rareté à cette
époque, m’étaient inaccessibles, mais je me rabattais sur « Sélection » et
« Reader’s Digest », et découpais toute image qui reproduisait un dessin
ou peinture ou sculpture….

Les années passèrent et je ne devins ni dessinateur, ni peintre, ni artiste


d’aucune sorte, mais je continue à aimer les images et les reproductions
des œuvres d’art et à alimenter mon musée personnel à l’aide d’une paire
de ciseaux, et loin des salles de Sotheby’s ou de Christie’s.

La suggestion de M. Cheikh, notre professeur d’histoire de l’art, de faire


une recherche sur un sujet donné, me fit penser immédiatement au
poème de Charles Baudelaire et aux « phares ». J’allais enfin pouvoir
prendre ma loupe de Sherlock Holmes et repartir à la recherche de ces
œuvres auxquelles le poète faisait référence dans son poème que je
découvris il y a quelques quarante quatre ans.

Durant presque trois semaines de recherches et un voyage fabuleux à


travers quelques musées d’Europe et d’Amérique, où j’eus le loisir de
découvrir beaucoup d’internautes qui s’intéressaient au même sujet que
moi, qui me donnaient parfois des pistes à suivre, et d’autres fois me
faisaient réagir en désaccord avec leur choix d’un tableau qui ne me
semblait pas concorder avec le quatrain dédié à tel ou tel artiste-phare,
j’ai l’honneur de vous soumettre ce modeste travail, signe de respect
envers mon professeur et mes camarades de classe et signe de
reconnaissance envers mon frère, qui me présenta, grâce à son travail,
parmi d’autres auteurs illustres, Charles Baudelaire et ses phares, il y a
quelques quarante quatre ans. Merci.
Abdellatif Fawzi
Déc. 2008 - Jan. 2009.