You are on page 1of 8

Interview de Cheikh Muqbil

Ibn Hadi al Wad'i


par Hassan al-Zayidi du journal le Yemen Times

Question :

Récemment, il y a eu quelques réclamations au sujet de votre


mouvement le qualifiant de mouvement radicaliste lié aux mouvements
islamiques de la Guerre Sainte. Quelle est votre réponse ?

Réponse :

Tous les groupes ou mouvements sont responsables de leurs centres et de


leurs activités. Il est vrai que nous avons des buts communs avec quelques
mouvements comme ceux que vous avez mentionnés, dans le sens où nous
essayons tous de servir Allah et de répandre l’islam dans le monde.
Cependant, j’ai entendu dire que Dr. Abdulkarim Al-Iryani a reçu un appel
téléphonique, probablement de Londres disant « Votre pays a des groupes
islamiques radicaux à Saadah. » Puis il répondit, « Tout ce que nous avons
n’est qu’un Shaikh enseignant les préceptes de l’islam et du Coran de
manière pacifique à Saadah et non pas des groupes terroristes ou radicaux. »

Nous sommes loin d’être des terroristes. Nous appelons au Coran et à la


Sunna, et à l’abandon de la violence et de l’intolérance. Nous avons nous
mêmes condamné les groupes islamiques qui usent de terrorisme et de
violence afin d’atteindre leurs buts, y compris dans les pays non musulmans
car cela effraye les citoyens ainsi que les personnes innocentes, et les
éloignent de l’islam et de ses concepts de base de paix et d’harmonie. Il est
légitime pour les Sunnites de combattre leurs ennemis ainsi que les ennemis
de l’islam quand ils se sentent menacés de façon militaire ou par d’autres
attaques.
Cependant, nous sommes ceux qui combattent le terrorisme et condamnent
de telles activités réalisées au nom de l’islam. Mais d’habitude, ce sont ceux
qui ne nous connaissent, ni nous, ni le Saint Coran, qui disent ce qui profèrent
les paroles fausses et injustes à notre sujet. Ils ont été plus de 100 000
personnes étudiant dans nos institutions de Dammaj-Saadah, et ils savent
tous à quel point le mouvement Sunnite est pacifique car il appelle à retourner
au Saint Coran et au Prophète Mohammed . Quoi qu’il en soit, j’ai la
conviction que ceux qui ne nous connaissent pas ne nous atteindront pas
dans le sens où nous sommes convaincu de ce que nous faisons, et tout le
monde sait qui nous sommes, même les politiciens.

Question :

Nous avons entendu dire que vous avez des étudiants venant de
nombreux pays dans le monde, et plus particulièrement de l’occident.
Pouvez-vous nous en donner quelques statistiques ?

Réponse :

Je crois que le fait que des étudiants viennent de l’extérieur du Yemen nous
procure une plus grande crédibilité et nous encourage à poursuivre dans cette
voie et de répandre l’islam de la manière appropriée. Nous avons des
étudiants du Royaume-Uni, des Etats-Unis, de l’Allemagne, de la France, et
de nombreux autres pays, recherchant à connaître plus sur l’islam. Ils sont
simplement venu seuls dans l’unique but de connaître plus sur leur religion.

Nous les nourrissons de nourriture modeste et les logeons dans des


chambres basiques, beaucoup moins luxueuse de celles où ils avaient
l’habitude de vivre. Ces étudiants ne désirent pas être conforter dans le luxe.
Ils avaient l’habitude du luxe dans leurs pays d’origine et ils en échappèrent
afin d’en apprendre plus sur cette religion de valeur, l’islam. Je les remercie
pour leur patience et les gros efforts qu’ils ont pu fournir, que Dieu soit avec
eux. Ils ont échappé à leur vie de luxe pour rejoindre le côté spirituel. Afin de
connaître leur Dieu, Allah, leur religion, l’islam, et d’avoir la paix de l’esprit, ce
qui est plus précieux que tout ce qu’on peut penser. C’est simplement sans
prix. Ils sont venus pour connaître la vraie vérité de la vie. Ils veulent
connaître le but de leur existence. Qu’est-ce qu’il y a après la vie ? Qu’est-ce
que la mort, un début ou une fin ? Ils veulent la paix de l’esprit, et savoir que
leur vie n’est qu’un test de leur endurance, leur force, et leur foi. Lorsqu’ils
viennent à nous, ces étudiants cherchent ce qui est plus précieux que
quiconque peut imaginer. Ils cherchent la vérité.
Question :

Des rapports disent que vous les entraîner pour des combats militaires
et que quelques fois vous les envoyer en Tchétchénie, Afghanistan et au
Kashemir pour la Guerre Sainte. Est-ce que c’est vrai ?

Réponse :

J’ai peur qu’il n’y ait encore une autre rumeur qui porterait préjudice à notre
image. Je le dis une fois et je le dis encore. Notre mouvement est purement
dans le but d’enseigner les concepts du Coran et de la Sunna. Nous ne
sommes en aucun cas impliqués dans des activités de Guerre sainte où que
ce soit dans le monde et je mets au défi quiconque pourra me prouver le
contraire. Nous n’avons pas le temps et les installations pour la Guerre
Sainte. Quiconque reste avec nous pendant seulement 3 jours verra à quel
point nous sommes pacifiques et différents des autres mouvements. Je crois
que les personnes têtues sont extrêmement difficile à convaincre. Ces
rumeurs viennent de personnes têtues qui n’ont aucune idée de ce dont ils
parlent. Je peux seulement les appeler à venir et à assister à l’une de nos
séances et de voir ce que nous faisons. Nous ne prêtons plus attention à ce
qu’ils disent car ils sont devenus des menteurs.

Question :

Je répète encore ma question par rapport au nombre d’étudiant


étrangers que vous avez et quelles sont leurs nationalités ?

Réponse :

Franchement, je ne connais pas les chiffres, cependant la personne


responsable et chargée de leur enseignement, M. Ahmed Al-Wasabi, devrait
pouvoir vous fournir ces informations. Personnellement, je donne 3
conférences chaque jour. Je me dois de prêter une attention particulière aux
étudiants étrangers dans le sens où ils se retrouvent loin de chez eux. Par
conséquent, j’essaie de me rapprocher d’eux afin de leur faire oublier leur
souffrance quant au fait d’avoir quitter leur pays en interagissant intensément
avec eux, et en enseignant ceux qui ne connaissent pas les mots et phrases
utiles en arabe. Je me concentre à faire en sorte qu’ils se sentent comme
dans leur propre famille, comme des frères.
Question :

Au sujet du meurtre de l’étudiant Anglais, […]. Que s’est-il passé ? Et


est-ce que vos étudiants portent habituellement des armes et sont
enseignés à les utiliser ?

Réponse :

Premièrement, nous n’avons aucun camp d’entraînement et n’entraînons pas


nos étudiants à manier les armes, etc. Nous nous chargeons seulement de
leur enseigner l’islam, le Saint Coran et la Sunna. Même si il ne nous est pas
interdit d’utiliser et d’acheter des armes, nous n’avons pas les ressources
financières pour faire autre chose que les nourrir, comment pouvons penser à
acheter des armes et à les entraîner ? C’est ridicule. Cependant, quelques
étudiants ont leur propres pistolets et armes personnelles et nous interdisons
leur usage sur le campus, excepté pour des personnes digne de confiance
qui utiliseraient ces armes pour des mesures de sécurité uniquement. Les
personnes qui propagent les rumeurs concernant l’accident en disant que ce
ne serait pas un accident sont les mêmes personnes qui veulent ruiner notre
image aux yeux du monde.

Nous sommes un mouvement pacifique travaillant à répandre les concepts de


l’islam de manière pacifique aux étudiants qui viennent de n’importe où dans
le monde. Nous offrons ce qui est plus précieux que les pistolets, les fusils, ou
même les tanks. Nous offrons l’enseignement de l’islam, la jurisprudence et la
connaissance de la vie et des actes du prophète Mohammed de sorte que
nous puissions suivre ses pas. Vous pouvez demander à n’importe lequel de
nos étudiants s’il préfère la connaissance du Coran ou une arme dernier cri, il
choisira à coup sûr la connaissance. Pourquoi ? Parce que leur foi est forte,
ce qui les rend supérieurs dans leur façon de penser et d’agir qu’une
personne avide. Avant de porter des préjugés sur ces garçons étudiant dans
notre institut, je veux que toute personne ressentant des doutes de venir
comme une personne curieuse désirant comprendre ce qu’il se passe et non
pas comme un espion ou un journaliste. Il sera surpris de voir à quel point nos
étudiants sont fidèles et se comportent sincèrement comme des frères,
quelques uns même mieux que moi dans leur foi. Ils prient de longues nuit
durant, ils souffrent même de faim parfois, mais résistent grâce à leur foi qui
augmente leur force lors des difficultés de la vie. Ils sont passés d’une vie de
luxe dans leur maison où ils ne connaissaient pas le but de leur vie, pour une
vie simple mais avec la foi, et l’intime conviction qu’il y a une vie après la
mort, le paradis et l’enfer. Ils sont devenus plus proche de Dieu, et du
prophète Mohammed. Que pourraient ils demander de plus ? C’est ce qui
apporte la paix de l’esprit et la vraie joie. Je pense que c’est de notre
responsabilité de les encourager et de les soutenir dans leurs moments
difficiles. Le gouvernement sait, comme nous tous, que notre mouvement est
un mouvement pacifique. Le président Ali Addullah Saleh lui même est au
courant des activités de nos institutions. Si nous étions un mouvement
terroriste, nous aurions été arrêtés il y a longtemps, mais ce n’est pas le cas.
Question :

Encore une fois, pouvez vous nous dire ce qu’il est arrivé à [… ],
l’Anglais qui a été assassiné récemment ?

Réponse :

J’étais à Sanaa lorsque cela eu lieu. J’ai reçu un coup de téléphone de


Ahmed Al-Wasabi m’annonçant la mauvaise nouvelle au sujet de la mort de
[…]. J’ai alors rencontré le frère de […] qui est venu à Sanaa et m’a expliqué
tout ce qui était arrivé. Je compris qu’ils nettoyaient ou jouaient avec le
pistolet quand une personne le pris et une balle sortit en direction de la
poitrine de […] entraînant sa mort. Je prie Dieu pour qu’il donne paix à son
âme et qu’il soit à ses côtés au Paradis. Cet incident est le premier de ce
genre au Yemen, et les pistolets comme je l’ai dit précédemment sont interdit
d’utilisation aux étudiants non autorisés.

Cependant, les journaux en ont profiter pour ruiner notre image de


mouvement pacifique et ont mis la pression sur le gouvernement pour se
retourner contre nous. Cette mort fut le résultat d’un pur accident, compte
tenu du fait qu’il n’y avait aucune haine entre n’importe lequel des étudiants.
Malheureusement, un journal des Emirats Arabes Unis comme de nombreux
journaux Yéménites ont produits de faux rapports sur l’histoire et sur nos
institutions. C’est un acte que nous ne jugeons pas justifié sachant qu’ils ont
construit l’histoire sur la base de rumeurs venant d’ici et là. Pourquoi n’ont-ils
pas questionné le service de sécurité du Saadah au sujet de l’incident ?
Pourquoi ne sont-ils pas allé à Dammaj, où l’accident eu lieu et demandé aux
étudiants et aux témoins ce qu’il s’est passé au lieu de raconter un récit
manquant de précision ? Nous somme déçus et en colère contre les
mensonges et les rumeurs que ces journalistes répandent dans le monde.

Question :

Quelle est votre position par rapport à l’Occident ? Croyez-vous que


vous devez lancer une guerre sainte islamique contre les pays
d’occident ?

Réponse :

Nous ne prêtons pas attention à l’Occident. Nous nous focalisons sur notre
propre nation, et nous concentrons sur le fait d’acquérir suffisamment de
connaissance sur notre religion pour être fort sans donner plus d’importance à
tout ce qui pourrait nous distraire.
L’Occident a développé son secteur industriel, médical et d’autres sciences,
non pas parce qu’ils ont abandonné leur religion, mais parce qu’ils donnent
plus d’importance à la science, ce que l’islam actuellement appelle à faire.

D’un autre coté, nous ne pouvons pas combattre les ennemis de l’islam
(Occident) si nous n’avons pas la puissance et la force interne en matière de
religion et les capacités physiques. Les occidentaux n’ont pas une croyance
commune dans leur religion du Christianisme. Certains croient au prophète
Jésus et à la Trinité, d’autres croient que Jésus est Dieu, etc. Ils connaissent
peut être beaucoup sur la physique, les maths et la médecine, cependant ils
ne connaissent pas tellement leur religion. C’est la raison principale pour
laquelle des millions de chrétiens de se sont convertis à l’islam, une religion
claire et basée sur des concepts très spécifiques communs à tous les
mouvements islamiques.

Question :

Comment voyez-vous l’avenir du mouvement Salafi au Yémen ?

Réponse :

Le passé du mouvement Salafi a été rempli de succès. Par conséquent, je


crois, avec la grâce de Allah, que cela continuera à prospérer. Au cours des
10 dernières années, la croissance du mouvement a été rapide à tel point
qu’il a dépassé les frontières du Yémen, et sa réputation augmenta en Europe
mais aussi dans les autres continents. Cependant, nous avons fait face à des
difficultés et quelques harcèlements par certains officiers du gouvernement
qui ont enlevé le contrôle des mosquées par les Sunnites en utilisant la force.
Notre mouvement demande à tous les musulmans de retourner aux
conditions de vie de notre prophète béni Mohammed . Les histoires et les
contes sur sa vie ont toujours été d’une grande inspiration pour tous les
musulmans, où que ce soit. Par conséquent, il est normal de penser que vivre
comme lui est la manière idéale de vivre et nous devrions nous y adapter tant
que possible.

Notre mouvement appelle au Saint Coran et à la Sunna. Je veux que


personne ne me suive dans le sens où je ne me voit pas comme une idole.
Aussi, je n’appelle pas à devenir un comédien imitant le prophète. Nous
appelons à considérer le prophète comme un exemple, comme d’une
personne dont nous pouvons apprendre beaucoup dans sa vie, ses actes et
dans sa soumission à Allah.
Question :

Comment voyez-vous la démocratie, le système politique pluriel, le


système orienté sur un parti, la liberté de presse et d’expression, etc. ?

Réponse :

Nous ne regardons ces outils pas plus que comme une approche séduisante
imposée sur les musulmans par les Etats-Unis pour les affaiblir. Je ne crois
pas qu’un tel système soit meilleur que celui enseigné en islam. Aujourd’hui,
nous pouvons voir à quel point les parties politiques favorisent leurs propres
intérêts plutôt que ceux de la nation. Nous sommes prêt à coopérer et
travailler ensemble, avec les tous les secteurs Yéménites dans l’intérêt de
notre pays. Cependant, nous voulons vraiment le faire pour l’islam et non
pour de la propagande démocratique, etc. En islam, il n’est pas permis
d’apprécier le point de vue d’une personne si celui-ci est contraire aux règles
islamiques, dans le sens où par exemple si une personne pense que boire
devrait être autorisé, cela ne sera jamais pris en compte car ce serait une
nouvelle règle qui nous guiderait hors de l’islam. C’est actuellement la
première étape dans l’affaiblissement de la nation islamique, un horrible
cauchemar qui devrait être arrêté avant qu’il ne devienne réalité. Notre
système devrait être l’islam, et il possède toutes les règles pour organiser nos
vies de la meilleure façon possible.

Question :

Quel est le lien entre l’autorité et vous, et souffrez-vous de pressions de


façon personnelle ou générale ?

Réponse :

L’autorité n’est en aucun cas affectée négativement par notre mouvement.


Nous prévenons sans cesse contre la violence et de personnes innocentes.
Nous les demandons aussi de ne pas désobéir aux dirigeants parce que cela
entraînerait le chaos et une vie désorganisée. Je ne dis pas ça pour faire
plaisir à l’Etat, mais parce que notre religion nous demande d’obéir aux
dirigeants tant qu’ils ne sortent pas du contexte de l’islam. Hormis cela, nous
sommes un groupe pacifique qui ne dérange ou n’interfère en rien dans les
affaires de l’Etat ou des autres groupes. Lorsque nous ressentons de la
pression, nous restons forts et patients jusqu’à ce que les temps difficiles
passent. Quelque fois, nous faisons face aux pressions d’individus du
gouvernement qui possède l’autorité et imposent des mesures sévères à nos
mosquées en postant des douzaines de soldats. Mais nous ne rétorquons
jamais. Nous restons patients et continuons notre mission.
Si nous sommes exclus de nos mosquées, nous continuons quand même nos
séances même dans la rue sous la lumière du soleil. Ceci même est une
preuve d’une foi forte et nous en serons définitivement récompenser par
Allah.

Question :

Etes-vous sujet à des harcèlements par d’autres mouvements tribaux ou


religieux ?

Réponses :

Nous faisons face à des harcèlements de la part de quelques mouvements


politiques et religieux, mais nous n’y prêtons jamais attention. Nous gardons
patience, et continuons à croire en ce que nous faisons. Nous respectons ces
groupes de musulmans et ne les accusons pas d’infidélité. Cependant, nous
souhaiterions qu’ils nous traitent de la même façon. Tous les musulmans sont
sacrés. Leur honneur, leur vie, et leurs biens sont tous sacrés. Par
conséquent, nous ne causons jamais de tord à un musulman, quelque soit
son appartenance religieuse, politique ou ethnique. Nous avons la force
suffisante pour surmonter ces distractions avec patience et foi, et nous
savons que nous serons les vrais gagnants de la bénédiction et de la
miséricorde d’Allah.

Traduction : Nourdine al jazairi (jazahu Allah khayran)

(source: www.salafipublications.com )

http://www.alminhadj.fr