You are on page 1of 18

1r9 en avril : lundi 21 avril 2008

Censure : et de trois !

Voici l'histoire d'un troisième cas de censure illégitime de la part du RIF.

Suite à l'arrêt de Randonneurs Nordic Walking le 27 décembre dernier, Annick et Michel


Cozic ont demandé l'aide du RIF pour reprendre le flambeau. Ainsi fut lancé Marche nordique
au RIF dès le 1er janvier. Ce blog, créé par le RIF et sous son contrôle éditorial, a publié une
quinzaine d'articles depuis son ouverture. Il entretient la flamme de notre passion. Le vote de
notre résolution 2 devrait lui assurer longue vie.

Un article intitulé La déception y est publié le 8 janvier : vu mon engagement passé pour
lancer l'activité, l'annonce de mon arrêt suscite étonnement et incompréhension des
pratiquant(e)s de la marche nordique.

J'attendrai ma dernière sortie en tant qu'animateur le 19 janvier 2008 pour expliquer ma


décision au groupe. Puis après avoir consulté les Cozic, je poste un long commentaire
d'explications sur le blog, comme je l'ai raconté ici dans le billet Une censure illégitime.

"La place publique n'est pas le lieu pour un débat interne au


RIF"

m'affirme t-on pour justifier la suppression ce que j'avais


écrit. Motif illégitime puisque depuis le 12 février les
turpitudes d'un RIF en capilotade sont largement étalées sur
1r9 .

Le RIF n'est ni une loge maçonnique ni une secte.


La censure ne doit pas y être arbitraire dès lors que les statuts sont respectés. En démocratie la
place publique - l'agora - est l'endroit du débat : certains administrateurs l'ont oublié.

L'existence même du blog 1r9 suffit à démontrer que des administrateurs ont abusé de
leur pouvoir en censurant - sans correction ni discussion - une explication gênante pour eux.
Michel et Annick Cozic n'ont même pas été sollicités pour avis préalable. Comme si le tout
puissant Bureau de la censure n'avait de rendre de compte à personne ! Même pas à d'autres
administrateurs, en outre responsables au sein de la Commission Animateurs, s'évertuant à
maintenir une nouvelle activité au RIF. Piétaille : voilà ce que ce manque de correction fait
savoir.

L'obligation de respecter les statuts, notamment de s'astreindre à la correction et à la


courtoisie, est impérative pour tous nos dirigeants : que diriez-vous si à l'Assemblée générale
on vous interdisait de prendre la parole ? Ne laissons pas l'arbitraire gangrener l'association.

Il convient que cessent de tels comportements illégitimes et répétés et


d'exiger des explications de leurs responsables.

Et vous, quel est votre avis ? Ici, il est possible de s'exprimer !


dimanche 20 avril 2008
Un projet sans espoir

"Ah ! Tout l'espoir n'est pas de trop pour regarder le siècle en face",
écrivait Aimé Césaire le nègre, dans son poème L'ombre gagne.

" Il faut savoir que les choses sont sans espoir. Et tout faire pour les changer. "
avait écrit le poète allemand Rainer Maria Rilke.

Et l'américain Francis Scott Fitzgerald reprenait dans La Fêlure :


" La marque d’une intelligence de premier plan est qu’elle est capable de se fixer sur deux
idées contradictoires sans pour autant perdre la possibilité de fonctionner.
On devrait par exemple pouvoir comprendre que les choses sont sans espoir et cependant être
décidé à les changer."

Réformer la gouvernance du RIF est un projet sans espoir ; cela n'aura pas suffi à nous
décourager. Réponse mercredi 23 avril au soir.

vendredi 18 avril 2008


Quel avenir pour le RIF ? Le suspense est total

Où va le RIF ? Apparemment il ne nous est pas proposé de débattre de cette question à cet
"évènement capital dans la vie de l'association" !

Avez-vous remarqué que le dossier joint à la


convocation à l'assemblée générale ne présente - à part
pour la marche nordique - aucun projet d'avenir ?

Et pourtant comme nous l'introduit notre Président : "


L'année 2007 aura été riche en discussions et
réflexions sur le fonctionnement de notre association.
"

Espérons que la CA en aura tiré des propositions


concrètes et que l'assemblée aura la primeur d'un projet consistant et documenté pour sortir
le RIF de l'ornière et relancer l'association ! Pour l'instant, c'est le suspense...

jeudi 17 avril 2008


Prescrire et proscrire

C'est suite à une analyse des écueils rencontrés durant le projet Marche nordique que nous
avons imaginé les modifications à proposer aux adhérents du RIF pour relancer le RIF :
1. Prescrire trois résolutions d'orientation pour qu'elles s'imposent sans délai à notre
futur Conseil d'Administration (CA). Le RIF est malade et c'est notre prescription en
première intention et,
2. Proscrire certains agissements au coeur des problèmes rencontrés : nous faisons
confiance au futur CA pour en instruire éventuellement le procès.

Karla Déjean a raconté la genèse du Nordic Walking au RIF et les débuts du projet. De
septembre 2006 à avril 2007, nous n'avons pas rencontré de blocage. Le président a tout de
suite adhéré à nos propositions. L'équipe d'animateurs a été inscrite aux frais de l'association
au stage les habilitant à encadrer les futures sorties.

C'est avec l'arrivée du nouveau Bureau suite à la dernière assemblée générale d'avril 2007 que
les choses ont commencé à se gâter. Cette nouvelle équipe de direction a pris l'option de ne
pas informer le Conseil d'Administration du projet. Lors de la première réunion du CA
préparée par le nouveau Bureau, le 13 juin 2007, il est demandé à Annick et Michel Cozic de
ne pas aborder la question. Il leur sera reproché de l'avoir fait malgré tout.

L'équipe Marche Nordique d'alors fait l'hypothèse que pour que le projet puisse voir le jour, il
convient de mettre le CA devant le fait accompli. Ce qui fut préparé minutieusement durant
l'été 2007.

La validation de la marche nordique est approuvée au CA du 12 septembre alors que


le samedi précédent 56 personnes avaient déjà bénéficié d'une initiation organisée
avec la fédération de Nordic Walking... Bingo !

Il peut légitimement nous être fait le procès de ne pas avoir respecté les bonnes formes ; mais
ni l'intérêt ni la pertinence de la marche nordique au RIF n'ont jamais été sérieusement remis
en question par quiconque : cette activité entre parfaitement dans le cadre de nos statuts. Il ne
peut cependant être reproché à l'équipe d'avoir caché son action au RIF : le président et le
vice-président ont été en permanence tenus au courant et ont validé (au moins implicitement)
nos choix.

Cette tactique eut cependant un inconvénient majeur : le barrage du Conseil d'Administration,


médusé et mécontent d'avoir été mis devant le fait accompli. Ainsi le projet de communiqué
de presse remis dès le 13 juillet ne pouvait être envoyé avant information du Conseil, cela se
comprend : il prit 5 mois de retard et la deuxième réunion de promotion début 2008 fut un
"four". C'est pourquoi nous avons affirmé que ce communiqué fut purement et simplement
saboté.

Nous ne saurons jamais si la démarche dans le dos du CA était la seule viable. Nous l'avons
pensé à l'époque et nous avons réussi notre coup. Vous pouvez quand même en tirer une leçon
: s'il faut maintenir confidentielles les initiatives pour qu'elles puissent aboutir dans une
association, alors il y a quelque dysfonctionnement à corriger.

Nos propositions de prescrire et de proscrire visent à éviter cela à l'avenir. En déciderez-


vous ainsi ?

mercredi 16 avril 2008


NoteTonRIF

Comment filer un lien plus fort entre les adhérents et leurs représentants ? J'aimerais tester
l'idée d'un site NoteTonRIF.fr : un site où chaque adhérent pourrait noter chacun de ses
administrateurs sur une simple échelle de 1 à 4 étoiles après avoir renseigné son n° d'adhérent.

Bien évidemment ces notes seraient confidentielles et parfaitement subjectives, donc d'un
intérêt relatif. Cela permettrait toutefois d'identifier des administrateurs peu notés et donc a
priori que très peu d'adhérents connaissent ou apprécient. Je crains que cela existe ! Qui
représentent-ils alors ?

La note serait donc une forme d'appréciation, le nombre de votants en serait une seconde...
C'est une approche complémentaire à celle présentée dans le récent billet Comment évaluer
son Conseil d'administration ? Voilà qui donnerait une indication pour savoir si nos dirigeants
nous représentent ou pas. Ecartons la possibilité d'administrateurs que personne ne connaît ou
qui ne sont là que par copinage : il est dangereux de leur confier les clés du RIF.

Le web participatif favorise la démocratie et la transparence

L'instauration d'une appréciation par les internautes est une pratique courante maintenant, sur
les sites de films ou de vente par exemple.

Le site de potaches Note2be un avait lancé l'idée de noter les


enseignants : il fut immédiatement interdit à la demande de deux
syndicats corporatistes.

Un 'remake' fut lancé ensuite, encore dans cette logique "web 2.0" pour
noter ses médecins : note2bib qui a cessé temporairement faute d'un
filtre efficace d'appréciations fantaisistes.

On connait aussi en France le très intéressant NoteTonEntreprise. Il


existe de même à Los Angeles un site original pour noter ... les flics :
RateMyCop. Décidément le web est un 'fluidifiant des relations
sociales' ! Le Monde consacrait un article à ces développements récents
le 1er avril dernier.

A quoi ça peut servir ?

Les avantages d'une évaluation de nos administrateurs pourraient être les suivants :

1. les administrateurs ont aussi des comptes à rendre aux adhérents, comme les
responsables qu'ils ont nommés au Bureau et aux Commissions permanentes ;
2. Hormis les problèmes de santé, il paraîtrait injustifié que certains ne marchent
quasiment plus, se déconnectant du présent au profit du passé ;
3. il convient que les administrateurs soient mieux connus et plus accessibles ;
4. les administrateurs non responsables ne sont pas intouchables. L'AG peut leur
demander des comptes après les avoir nommés.

Si vous soutenez cette initiative ou avez une autre idée, veuillez vous faire connaître en BAL
privée svp.
mardi 15 avril 2008
Censure (bis)

Savez-vous qu'un site faisant la promotion de la marche nordique au RIF a existé durant
toute l'année 2007, accueillant l'automne dernier environ 50 visites par jour ? Soit un niveau
comparable à celui du site internet officiel du RIF conçu et maintenu par Ed Troupe...

C'est essentiellement grâce à ce site intitulé Randonneurs Nordic Walking que l'équipe du
projet a constitué un noyau de fidèles pratiquants, dont une cinquantaine de nouveaux
adhérents ayant choisi le RIF pour pratiquer.

(Ses 109 articles peuvent être consultés. Cliquer sur le bandeau)

Avoir délibérément caché l'existence de ce site comme celle d'autres blogs d'adhérents du RIF
en interne est un acte de censure stupide et inutile. J'avoue ne pas connaître les motifs du
responsable de la Non-Communication du RIF pour un tel comportement contre- productif.

Qu'il me soit permis de considèrer que ce mépris par notre responsable d'une vitrine appréciée
est une FAUTE qui aura porté préjudice au développement de l'activité et nous aura sans
doute coûté de nouveaux adhérents. Une faute qui mérite donc sanction : tant d'arbitraire n'est
pas acceptable. Nous solliciterons l'avis de l'assemblée des adhérents à ce sujet le 23 avril
prochain lors du rapport qu'il nous fera de son action. Et vous, qu'en pensez-vous ?

lundi 14 avril 2008


La vie du RIF

La vie au sens biologique a fait son choix : un empirisme non planifié qui valorise la réussite
spontanée.
La vie s'est développée sur terre sans plan, sans 'Groupe de Réflexion et de Proposition', ces
GRP dont il est bien aléatoire de constater les implications pratiques ultérieures : masturbation
le plus souvent.

Comment la vie est apparue sur terre et s'y est développée ? En 4 étapes :

1. Génération d'agents d'une très grande variété, sur un mode aléatoire (protéines
aléatoires, recombinaisons et mutations de l'ADN, espèces, etc.) ;
2. Identification des agents qui semblent résoudre des problèmes collectifs ou améliorer
leur propre condition, même partiellement (aptitude à se nourrir, à se défendre et en
général à survivre) ;
3. Fourniture d'avantages à ces agents en les dotant de ressources, en augmentant leur
nombre (le plus souvent en augmentant leur descendance et en incitant les membres de
leur groupe à les soutenir et les aider) ;
4. Suppression des agents qui échouent de façon répétée (ou autodestruction favorisée)
afin de pouvoir mobiliser les ressources libérées au profit des agents qui réussissent.
Appliquons ce schéma de développement au RIF maintenant. Par exemple en substituant le
terme 'agents' par 'bénévoles' ou 'animateurs'.

Ainsi nous pourrions considérer le recrutement de nouveaux animateurs :

1. Ouverture à des profils différents


2. Mise en situation et évaluation de la capacité à animer en sécurité pour le groupe
3. Formation et stimulation des animateurs les plus appréciés
4. Mise à l'écart des animateurs mal notés, à l'état de santé trop fragile, etc.

Nous suivons cela en partie. C'est bien d'avoir défini le 'format' standard à appliquer pour être
animateur au RIF. Cela est sécurisant. Mais on se ferme aussi la porte à des options
alternatives.

Par ex. est-ce que le RIF est prêt à nommer Animateur une personne ne pratiquant que la
marche nordique ? Il y a quatre candidates dans les starting-blocks : saura t-on les garder au
RIF (car elles iront surement postuler ailleurs sinon). Est-il nécessaire de passer l'exigeant
Brevet Fédéral FFRandonnée quand l'on anime seulement des balades de 12 km en région
parisienne sur des chemins connus depuis des décennies ? Il y a de la demande, il n'y a pas
d'animateur volontaire, avec nos critères sélectifs d'habilitation. Nous avons perdu de vue
l'intérêt de la diversité d'origines.

Précisons maintenant avec le même fil rouge comment nous pourrions envisager les projets
de développement du RIF :

1. Ouverture à toutes sortes d'initiatives, de la Randonue (et pourquoi pas ?


Statutairement c'est possible) à la marche de nuit au GPS (je fais partie des amateurs
de cette seconde option) en passant par la Géocache, etc.
2. Suivi d'expérimentations et évaluation de celles à fort intérêt potentiel
3. Soutien par le RIF de ces initiatives, ces affaires pas courantes mettant à mal la ligne
Maginot bureaucratique
4. Apurement des projets ayant échoué

Certains prendront peur d'une telle nouveauté foisonnante. J'ai démissionné parce que le
RIF s'obstine à ne pas aider les projets nouveaux :

• neufs mois d'attente pour disposer de cartes de visite du RIF de la part du responsable
de la Communication, c'est mieux que rien, mais comment voulez-vous avancer avec
de tels délais ?
• Un projet d'un durée totale de 3 mois ne peut être géré de fait par un Conseil
d'Administration se réunissant avec une périodicité de 3 mois aussi ???!

Le RIF ne peut plus se permettre le luxe d'ignorer les initiatives diverses, variées, venant des
bénévoles et des animateurs. Qu'il considére en priorité les motivations des uns et des autres.
L'administration du RIF doit entendre et s'adapter aux initiatives et non seulement
l'inverse : votez la résolution 1.

Je suggère aussi d'appliquer - à nos administrateurs - l'étape 4 : révocation de ceux présentant


un trop médiocre bilan. Il reviendra à l'assemblée souveraine d'éventuellement l'envisager.
C'est la vie ! C'est la vie du RIF qui est en jeu.
samedi 12 avril 2008
Pour un certificat d'aptitude à la randonnée pédestre

« Tu dénigres tout le temps, il n'y a donc rien qui trouve grâce à tes yeux dans les décisions
du Conseil d'administration ? »
Si, si, bien sûr; et je vais en surprendre plus d'un(e) : l'obligation décidée le 24 octobre dernier
de présenter chaque année lors du renouvellement de son adhésion un certificat d'aptitude à
la randonnée pédestre. Je suggère d'ailleurs fortement que l'on commence par l'exiger de
tous les animateurs qui n'auraient pas adhéré à la FFRandonnée (qui exige un tel certificat).

J'approuve la décision : plus de 1500 décès ont été recensés en France en 2007 lors d'une
activité sportive. Je serais plus réservé, c'est un euphémisme, sur la façon dont son annonce à
fait l'objet : vous partagez ce sentiment ?

Bon, voici une video qui peut vous décoincer le zygomatique à propos de la visite chez le
médecin pour l'obtention du fameux sésame : pas besoin de comprendre l'anglais...

vendredi 11 avril 2008


Comment évaluer son Conseil d'administration ?

Une idée à retenir, car il semble qu'il y ait du grain à moudre au RIF...
A l'occasion du 2ème Forum National des Associations et Fondations, l'Institut Français des
Administrateurs (IFA) a présenté un guide permettant d'aider les Conseils d'Administration
d'associations dans leur démarche d'auto-évaluation.

Le document nous rappelle les exigences qui s'imposent aux associations :

• La gestion rigoureuse des fonds reçus des adhérents


• La transparence et le compte rendu
• L’évaluation des résultats
• La maîtrise des risques par les dirigeants
• La professionnalisation croissante et la qualité de service
• La concurrence éventuellement d'autres associations
• L’éthique et la réputation

Il y est mentionné l'intérêt d’une bonne gouvernance pour :

1. Assurer la dynamique du projet collectif : respect des valeurs, des engagements et du


projet associatif ;
2. Garantir la transparence et le compte rendu ;
3. Favoriser la confiance et l’engagement de toutes les parties prenantes et donc le
développement de l'association et du secteur en général.

Parmi les 20 bonnes pratiques recommandées nous relevons notamment la n° 7 :


Le Conseil d'Administration définit une procédure d’évaluation de son fonctionnement et
présente à l’assemblée générale annuelle un rapport sur la gouvernance de l’organisation.
Télécharger le guide ici.
jeudi 10 avril 2008
Un incident curieux

On sait que notre Conseil d'Administration est si apprécié de tous qu'il n'éprouve pas, depuis
bien longtemps, le besoin de soigner ses relations avec les adhérents de l'association. C'est son
choix, et comme pour l'ensemble de ses choix, il s'impose à nous tous membres du RIF.

Les pouvoirs du CA proviennent du fait qu'ayant été élu lors des Assemblées Générales
annuelles il représente les associés du RIF. Avec plus de quinze ans passés au RIF, il arrive
que je connaisse (et apprécie !) plusieurs administrateurs étant dirigeants de l'association ou
responsables de commission, ou bien encore, comme moi, membres de la Commission
Communication.

J’ai cherché en vain dans mes papiers la liste complète de nos représentants en 2007. « J'ai dû
louper quelque chose dans les communications du RIF », je me suis dit. J'ai donc pris mon
téléphone pour demander au RIF où retrouver la composition du CA. La Vice-Présidente a
pris mon appel. Elle m’a gentiment indiqué que cela faisait partie de chaque compte-rendu
publié dans le Diverticule à la suite de l’Assemblée Générale. « Ah que j'suis bête ! » Je l'ai
remerciée et on s'est donné rendez-vous pour la soirée animateurs du lendemain.

Je me suis plongé dans mes anciens numéros du programme et ai bien vite mis la main sur la
liste des administrateurs... de 2003 ! Mais pour les mandats plus récents, les comptes-rendus
listaient seulement les dirigeants et responsables nouvellement désignés.

J'ai donc téléphoné une nouvelle fois pour rapporter cette situation et demander comment un
simple adhérent pourrait obtenir la liste officielle de nos représentants. Mon appel fut encore
pris par la Vice-Présidente. Elle avait dû en parler avec ses collègues présents au Siège...
Brusque changement de ton : pour avoir la liste, il fallait déposer une Réclamation ! Par
écrit !! Avec accusé de réception !!! Na !!!! Dialogue avec un camp retranché.

Certes, comme tout adhérent, les dirigeants du RIF doivent " avoir une conduite correcte et
courtoise vis-à-vis des autres membres ". Mais l'engagement s'entend limité apparemment aux
"populations rencontrées au cours des randonnées" : ils se conduisent librement de la
manière dictée par leur éducation…

Il s’avère que ladite liste est incluse au verso du feuillet faisant office de convocation à la
prochaine assemblée générale, indiquant chaque année les candidats à l'élection . Chacun
dispose donc d'une liste des administrateurs durant les semaines entre la convocation et
l'assemblée. Ensuite, c'est à chacun d'y apporter les modifications adaptées sur cette feuille
volante qui sert aussi au recto de convocation et de procuration [et de bulletin de vote ?]...
A condition de la conserver bien sûr !

Ed TROUPE

mercredi 9 avril 2008


Démission du CA : le courriel du 27 septembre
Le groupe de réflexion et de proposition que mentionne Ed Troupe dans son dernier billet
était une mascarade. Dès que j'en ai eu connaissance, j'ai voulu faire connaître à son
responsable, un vice-président mandaté par le CA, que je ne comptais pas perdre mon temps
dans des discussions oiseuses.

L'invitation adressée aux Animateurs est datée du 21 septembre 2007. J'en ai pris
connaissance le 24 et ai répondu par un courriel le 27 du même mois. Ma réponse était
intitulée :

Démission du Conseil d'Administration

Je vous invite cordialement à en prendre connaissance dans son intégralité (lien dans les
Textes de référence en colonne de droite). En voici la fin :

Voila donc ma réponse à ta sollicitation :

1. Pas de bla-bla mais des actes svp, et dans des délais raisonnables;
2. Les animateurs ne s'impliqueront que si on leur promet de les soutenir et
que leur voix soit portée par les administrateurs à qui il en revient la charge; on
fait tout l'inverse actuellement;
3. Le problème n'est pas au niveau des animateurs, mais à celui d'un CA qui ne
remplit plus ses fonctions et oeuvre - les chiffres le montrent - à la perte du
RIF. Je demande sa démission générale.

Ces propos sont à considérer comme PUBLICS et je te saurai gré de bien vouloir m'en
accuser réception.

Cordialement, Luc DUSSART (souligné par mes soins)

J'ai relancé ce responsable à trois reprises afin d'obtenir non


pas une réponse (du CA) mais un accusé de réception écrit à une demande
écrite. Six mois plus tard, j'attends toujours...
Considéreriez-vous qu'il s'agit d'une conduite "correcte et courtoise"
comme l'exigent nos statuts (article 3) ? Pour ma part : non. Il est possible
que l'assemblée générale soit donc amenée à considérer qu'il s'agit d'une
faute incompatible avec une responsabilité de vice-président du RIF.

Ceci est aggravé par la contexte de cette censure : nous avions été invité - et réinvité ensuite -
à nous exprimer par écrit, dans le cadre d'une réflexion pour une meilleure prise en compte
des attentes des Animateurs. Les attentes des Animateurs, eh bien au lieu de les prendre en
compte on s'assied dessus : on joue chez Guignol. C'est ce qui confirme mon jugement initial
de mascarade. Mascarade en effet de demander aux Animateurs leur avis alors que ce n'est pas
un problème d'animation mais de gouvernance : notre Conseil d'Administration ne sait plus
représenter les personnes qui font vivre l'association au quotidien et refuse de traiter les
questions que nous lui avons posées.

Censure d'un responsable du RIF au motif que la communication ne semblait pas "pertinente"
: à quel titre le responsable de ce groupe de réflexion agit-il ? S'il ne prend en considération
que ce qui l'intéresse et prive le groupe d'un avis important (la démission du CA, excusez du
peu !), il prive le groupe d'une source de réflexion et manque à son mandat.
Censure ensuite d'avoir obstinément et soigneusement refusé de transmettre mon message au
Conseil d'Administration, concerné au premier chef. Je n'ai pas en effet eu connaissance que
nos dirigeants aient jugé bon de prendre mes propos en considération. Il est temps que cette
collectif de représentants qui ne nous représente pas soit profondément renouvelé.

Qu'en pensez-vous ?

mardi 8 avril 2008


De la représentativité des animateurs

La présidence du RIF, vue la fuite des adhérents, a pris la décision en 2006 de solliciter un
cabinet de Conseil pour enquêter, non pas sur les relations entre association et adhérents, mais
sur les relations entre association et bénévoles. Soit.

Certaines catégories de bénévoles font simplement ce que l'on leur dit de faire, ce dont
l'association tire pleinement bénéfice. Ces adhérents méritent la gratitude - rarement exprimée
- de tous les membres de l'association. Et il y a une catégorie qui a exprimé lors de l'audit le
sentiment de ne pas être écoutée par le RIF : il s'agit des Animateurs.

Il a été lancé une discussion au sujet de la "représentativité" des Animateurs, sous la


responsabilité d'un vice-président. Le dictionnaire dit : représentativité = "caractère de ce qui
représente bien les intérêts, les aspirations d'un groupe humain, etc." Le naïf devrait croire
que cela indique que les animateurs, en contact régulier avec les adhérents, auraient quelque
chose à raconter au sujet de leur défection croissante ; et de faciliter la remontée de ces
informations vers les instances du RIF afin d'y pallier.

Eh bien non, le sujet traité fut autre. Ne se reconnaissant pas dans leurs représentants, les
Animateurs acceptèrent une place réservée dans le Conseil d'Administration afin d'y assurer
leur représentation. Mais ils y sont déjà présents en nombre, que demander de plus ? La
réponse vous la connaissez : un collège spécifique d'électeurs avec trois places assurées au
CA. Les procédures de nomination au Conseil d'Administration sont déjà assez complexes
avec les mécanismes de la représentation hommes/ femmes. Ajouter un deuxième collège
d'élus (et comme je suggère par pure méchanceté, y assurer la parité hommes/ femmes...)
rendrait encore plus mystérieuses les élections et leurs résultats. Une usine à gaz de plus au
RIF.

Depuis les débuts de l'association il a dû être clair à toute personne censée qu'aucune décision
d'importance concernant le RIF ne pourrait avoir d'effet sans l'approbation et l'adhésion des
Animateurs : faute de s'en souvenir le Conseil d'Administration a creusé un fossé entre
association et animateurs qui n'est pas sans rapport avec celui croissant entre association et
adhérents.
Ed TROUPE
Animateur

lundi 7 avril 2008


Animateur au RIF : métier à risques !
Animateur : "chef d'orchestre et technicien du
sol, qui en a parfois plein le do d'être pris pour
un fat".

Illustration : âne-imateur (en l'air) ne faisant pas le poids


face aux conservatismes du RIF (qui n'iront pas plus bas) ;-)

dimanche 6 avril 2008


Comment le web change le monde

Internet change le monde. Apple, avec son service iTunes est devenu le premier vendeur de
musique aux USA. Pas vendeur de musique numérique, de musique tout court (source Reuters
3 avril 2008). Le traditionnel CD sera bientôt une antiquité, comme nos 78 tours microsillon.

Internet change le monde. Il révèle les confidences des hommes politiques, les massacres dans
les pays totalitaires, il dévoile les mensonges des medias traditionnels.

Internet va changer le monde associatif et le RIF. Notre résolution 2 vise à inciter nos
dirigeants à comprendre de quoi il s'agit et à utiliser ce formidable moyen de communication
pour rapprocher les dirigeants des adhérents et des animateurs, par trop éloignés ces temps-ci.
La première version du site du RIF doit être repensée : cela fait déjà trois ans que l'on le
déclare... Où en est-on ? Au point mort ? En attendant on enterre les blogs qui se créent de-
ci de-là.

Pour comprendre Internet, le 'web' comme on dit, voici un ouvrage rédigé par Francis Pisani
que je recommande à tous ceux que le futur intéresse. Notre futur est là.

SOMMAIRE
Première partie - Le web d’aujourd’hui
1 Les jeunes et le web : ensemble, dans les nuages
2 De la dynamique relationnelle
3 Les techniques discrètes du web d’aujourd’hui
Deuxième partie - L’alchimie des multitudes
4 Les webacteurs, créateurs de valeur
5 L’alchimie des multitudes
Troisième partie - Ce que cela change
6 Une économie de la relation peut-elle être rentable ?
7 Vers l’entreprise liquide ?
8 Les multitudes et leurs médias
9 Le web de demain

L'ouvrage est disponible à la FNAC depuis le 5 avril et dans les librairies à partir du 11 (22 €).

Ceci dit, ne pas oublier que c'est en forgeant que l'on devient forgeron...

samedi 5 avril 2008


Merci pour vos procurations

C'est à chaque fois avec plaisir que je reçois un pouvoir dans ma boite
à lettres. Je vous remercie de votre confiance, et aussi de votre
marque de soutien. Continuez !

D'autres visiteurs du blog 1r9 m'écrivent qu'il est un peu fouillis :


cette critique est justifiée.

1r9 est un journal à lire dans la durée dressant par touches


successives les arguments qui seront présentés à l'assemblée générale. Une synthèse sera
présentée le 23 avril et dans toute la mesure du possible, si l'avenir du RIF vous concerne,
venez participer au débat !

vendredi 4 avril 2008


Opposition constructive

On dit qu'un verre est à moitié vide ou à moitié plein, la réalité étant identique. De la même
façon, une opposition est constructive ou négative selon le point de vue que l'on choisit.
N'ayons pas peur du changement. C'est la seule chose éternelle.

Avec le temps, toute organisation met en place des conventions relative à son
fonctionnement. De plus en plus de conventions : ceci est évalué positivement ; cela
négativement... Ces conventions sociales se figent dans des règlements et des procédures, et
pendant ce temps l'environnement devient de plus en plus complexe et évolue de plus en plus
rapidement. Pour y répondre l'organisation se dote de nouvelles procédures. A la fin, c'est le
blocage. L'organisation, coincée dans une armure de règles et d'habitudes ne peut plus
répondre. La crise est inévitable.

Tous les systèmes sociaux vivent des périodes de crise, où l'adaptation n'est plus possible
sans changer les conventions : il faut réviser le cadre de référence.
En France, notre histoire est marquée par le Révolution qui mit fin à une royauté incapable
de résister aux audaces des penseurs des Lumières : Diderot, Voltaire, etc. Certains d'entre
nous ont vécu mai 68, dont l'anniversaire approche. Les oripeaux de l'après-guerre ont alors
été lavés et essorés. Et la France s'en est sortie à chaque fois plus forte pour de nouveaux
défis, entreprenante.
Nous constatons que le RIF est gangrèné par l'immobilisme. Les personnes en charge de
le conduire n'osent plus prendre la moindre initiative ; les rares audacieux ayant tenté de
faire bouger ce système bureaucratique de caciques un peu trop loin des réalités du terrain ont
été écartés, radiés parfois. Que pas une seule tête ne dépasse sinon : exécution ! J'ai été sous
la menace d'une telle issue pour avoir osé demander selon les bonnes formes la démission du
Conseil d'Administration après avoir constaté son incurie quelque temps avant le passage du
programme au très tendance Noir et Gris.

Le dernier éditorial de notre Président fustige ceux qui attaquent notre association de
l'extérieur. Je ne fais pas partie de ces gens "de l'extérieur" et ne me sens pas visé donc. Mais
ces personnes feraient oeuvre utile dès lors que de l'intérieur toute réforme est quasi
impossible, avec les conséquences que nous savons. Nos dirigeants vont nous rendre compte
du résultat du mandat que nous leur avons donné : décrépitude. Notre RIF a mal supporté
les poids des ans et s'irrite à la moindre critique.

Un système incapable de s'adapter est condamné. Ses


conventions doivent être écartées avant de reconstruire, avec pour
une bonne part les vieilles pierres, une organisation nouvelle,
libérée de toutes ces chaines qui l'entravaient précédemment.

La convention explicitée dans notre règlement intérieur alléguant


que sans contestation possible, en tout lieu, à tout moment, "c'est
le CA qui décide" doit être réexaminée. Que cet examen ne
convienne pas au CA est compréhensible : il résistera de toutes ses forces pour conserver
les pouvoirs qu'il s'est attribués sans raison légitime.

jeudi 3 avril 2008


Le RIF nous appartient !

Dans son dernier éditorial du Diverticule (n° 59), notre président formule le voeu que chaque
adhérent s'implique dans la bonne marche de l'association, et il a bien raison !
L'association que les anciens ont créée il y a quelque trente ans et à laquelle nous nous
sommes tous également 'associés' nous appartient collectivement : nous en ferons ce que nous
voudrons bien.

Je suis convaincu que les énergies, les compétences et la disponibilité ne manquent pas. Si nos
instances les laissent s'exprimer, si nos dirigeants peuvent percevoir les adaptations
nécessaires comme des opportunités et non des menaces, alors nous serons riches, très
riches, trop riches peut-être à la limite.

Des projets foisonnent et seront annoncés en 2008 : qu'il leur soit réservé le meilleur accueil,
que notre organisation se mette les soutenir et non à les combattre comme j'en ai fait l'amère
expérience, de façon répétée et quasi systématique, en 2007. Il convient que cessent les
blocages aux initiatives proposées par les adhérents.

Il convient aussi de changer le code génétique d'instances arc-boutées sur un fonctionnement


ni transparent ni démocratique. Si c'est cela qui est considéré comme une 'destruction
consciente ou inconsciente' pour reprendre les mots de notre président, alors oui il faut
abattre ces obstacles qui entrainent notre belle association dans une spirale dangereuse (13%
de déficit en 2007 malgré des réductions sévères sur notre couverture assurancielle et sur nos
moyens de communication).
Faire sauter quelques verrous est une condition nécessaire mais pas suffisante. Il faut aussi
penser et agir pour contruire notre RIF de demain. J'ai démontré que c'était possible et de
façon solide dans tous les projets dont j'ai été à l'initiative :

• la marche nordique qui représente désormais une part significative des nouvelles
adhésions au RIF ;
• RIF International qui a été relancé et qui continue avec des sorties régulières au
programme ;
• les activités autour du GPS en randonnée qui se développent avec cent adhérents
venus au RIF pour s'informer et un important programme de formation en préparation
;
• la publication de trois blogs pour le RIF, celui-ci et deux autres dont je serais étonné
que vous ayez eu connaissance, etc.

Il est facile de critiquer quand on ne fait rien : m'en accuser serait un faux procès. C'est
précisément pour que ces projets et d'autres nouveaux puissent nous sortir de l'ornière que je
propose cette réforme. En quoi le RIF a-t-il innové depuis deux ans à part ce que j'ai
contribué à lancer ? Vos réponses en commentaires svp. Vous avez trouvé ?

Notre RIF vieillissant doit se reprendre. Il est notre bien commun, à tous et pas seulement à
quelques personnes qui le mènent consciencieusement à sa perte, avec la meilleure bonne
volonté du monde. Le navire tangue, souhaitons qu'une équipe compétente en reprenne le
contrôle avant qu'il ne soit trop tard.

mercredi 2 avril 2008


Stop au gâchis des idées originales

" Pourquoi Luc t'acharnes-tu à démolir le RIF comme ça ? " me demande t-on. Je proposerai
quelques réponses demain dans un billet intitulé Le RIF nous appartient.

100 visites 'uniques' sur 1r9 hier : l'article du 1er avril a connu son
petit succès, et même un commentaire, chose trop rare [merci Jacques
;-) ]. Je connais des personnes qui vont encore et encore trouver à
redire à mon attitude : tu joues solo, pour toi, tu dénigres notre beau
club, etc.

A titre d'illustration, voici la vraie histoire du billet Randonueurs d'Île


de France.

J'en avais eu l'idée en début d'année et m'étais adressé le 19 février à une personne membre
de la Commission Communication pour le rédiger et le proposer pour notre Diverticule :

J'ai une proposition - honnête - à te faire. En tant qu'animatrice, et aussi membre de la


commission Communication. Je te propose de faire une contribution mémorable au prochain
Diverticule à paraître au 1er avril. C'est une tradition et je ne sais pas si cette année encore
une idée a été trouvée.
Tu sais sans doute, via le site 1r9.fr que je propose de favoriser les initiatives pour recruter de
nouveaux adhérents, en demandant au CA de désigner parmi les deux vice-président un qui
sera personnellement responsable (accountable on dirait en anglais) de soutenir les projets de
développement, les 'affaires pas courantes' comme je l'ai écrit dans ma première résolution.

On peut trouver plein de nouvelles façons de marcher: c'est juste une affaire de créativité.
Avec des bâtons en marche nordique, c'est une nouveauté qui est maintenant dans la routine.
Quoi inventer d'autre ? Je cite la marche au GPS, le geocaching, la marche d'orientation, etc.
Mais on pourrait se poiler, et de se dépoiler un peu en proposant au RIF une section
'Randonue'.

Il s'agit de randonner à poil, tout simplement. Pour les détails de cette spécialité qui a fait la
une des medias il y a peu, voir : http://fr.wikipedia.org/wiki/Randonue
Je m'étais abonné à leur forum pendant quelque temps 'pour voir'. Bon sur le forum yapa de
photos, on imagine. Je précise que je ne suis ni voyeur ni naturiste, juste curieux et ouvert à
toute sorte d'innovation.

Je te propose de signer un papier annonçant la création de cette section, que tu es la première


animatrice, ça tombe bien tu es la plus jeune. L'idée c'est d'écrire ça de façon à ce que cela
paraisse plausible : il a une forte demande de soleil dans le public et de randonnée, tu
apprécies de marcher nue seule dans la forêt mais préfère le faire en groupe pour éviter les
rencontres grivoises, etc. Qu'en penses-tu ?

Moi je pense à toi car cela serait plausible et mettrait un peu d'air dans celui - pesant - de la
prochaine AG où l'on annoncera quelques nouvelles moins drôles. C'est une manière de
contribuer à animer le RIF non ? Au départ j'ai pensé écrire et signer ce texte mais
finalement, je t'offre l'idée, à titre personnel, confidentiel et amical. Je préfère ça à le proposer
à Serge, vu les échéances mentionnées ci-avant...

Réponse le 29 février : " L'idée est bonne mais je ne me sens pas assez culottée pour assumer.
" Et l'on en est resté là. Dommage ais-je pensé, et effectivement cela aurait été dommage de
laisser tomber. Et c'est ainsi que j'ai pris ma feuille blanche et me suis mis à rédiger moi-
même le billet pour donner un peu d'air frais à 1r9, bien lourd de remugles parfois. J'espère
que vous avez autant ri à le lire que moi à l'écrire ! En tout cas, merci de votre attention.

La leçon de cette histoire ? Encore une idée venant de la base perdue pour le RIF : c'est pour
cela qu'il conviendra de voter nos résolutions.

• R1 : Charger un vice-président du Développement et de la Qualité


• R2 : Développer la communication externe

mardi 1er avril 2008


Randonueurs d'Île de France

L'objet de notre association est d'organiser sans esprit de compétition des sorties pédestres
collectives, de durées diverses et en toutes régions; elle peut étendre son activité à d'autres
formes de randonnées non motorisées (statuts art. 2).

Nous proposons pour prendre en compte le Grenelle de l'Environ- nement que notre prochaine
Assemblée Générale approuve l'opportunité de diversifier nos sorties en autorisant une
nouvelle façon de vous faire marcher compatible avec nos impératifs en matière de
développement durable. Dès le prochain programme (juin+juillet) une équipe d'animatrices
(et -mateurs) du RIF vous propose de la rejoindre lors de sorties de randonue, dans le strict
respect des aspects légaux bien sûr.

Vous adorez vous mettre nu sur la plage, il vous


arrive même de fréquenter quelque sympathique
centre naturiste et vous aimez ce formidable moyen
d'évasion qu'est la randonnée... Alors essayez la
randonue.
Cette activité est tellement vivifiante et libertogène
que les randonueurs disent eux-même : une journée
de randonue, c'est huit jours de santé assurés !

Voici le détail des dispositions proposées :

Randonueurs d'Île de France


Il est créé au RIF à compter du premier juin 2008 une section de randonnée nue sous la
responsabilité personnelle du Vice-Président en charge de la Qualité et du Développement en
attendant la nomination d'un administrateur irresponsable. Il n'y a pas d'âge limite pour
participer mais en dérogation à nos statuts cette activité n'est accessible qu'aux plus de 16 ans.

Un blog ɹɟ˙ossɐ˙ǝnuopuɐɹ permet le partage d'une bibliothèque de photos, de reportages et


d'informations : son accès est réservé aux membres de la section. Les conditions de
participation à la traditionnelle soirée Galette des rois nudiens seront à préciser avec la
prochaine responsable de la Vie Associative (merci à Marie-Madeleine pour son grand coeur
et bravo).

Pour assurer un développement rapide de cette section et combler nos soucis de trésorerie, une
action promotionnelle en partenariat avec des grands cabarets parisiens est envisagée. Des
premiers contacts prometteurs ont déjà été pris avec un célèbre salon de l'avenue Georges V,
mais ceci doit rester confidentiel svp jusqu'à la levée de l'embargo d'un communiqué de
Presse en cours de validation d'ici Pâques la Trinité par la Commission Communication.

Equipement

Un dispositif Spécial Rencontre est indispensable. Malgré l'itinéraire choisi avec soin, les
randonueurs rencontreront inévitablement d'autres groupes de randonneurs, notamment ceux
du RIF qui sont particulièrement prudes.

Dans 99% des cas les deux groupes se croisent avec les amabilités d'usage, mais le
randonueur aguerri sait reconnaître si le groupe qui approche, souvent bruyamment, va
supporter la nudité d'autrui. Et dans ce cas-là, il convient d'avoir à portée de main, accroché
au sac, un vêtement pratique à enfiler rapidement.

Un short ample qui s'enfile en gardant les chaussures, un mini paréo, ou même un kilt
conviennent. Certains randonueurs se sont confectionné un short spécial coupé en deux sur les
côtés, et muni de bandes scratch qui permettent de le mettre et de l'enlever rapidement. Pour
les femmes et les jeunes filles, deux solutions : soit le paréo sera facilement et provisoirement
noué au dessus de la poitrine, soit les dispositifs cités ci-dessus suffiront en gardant les mains
accrochées aux bretelles du sac-à-dos, la poitrine étant provisoirement dissimulée par les bras.
Note : l'usage d'un cardiofréquencemêtre est obligatoire pour les hommes de plus de 60 ans.

Initiation

Une initiation est obligatoire en partenariat avec l' Association pour la Promotion du
Naturisme en Liberté : APNEL

75, rue de la Division-Leclerc, 91160 Saulx-les-Chartreux

Sylvie NATURE, présidente

Les conditions d'adhésion à l'APNEL sont précisées ici.

Premier stage : à la Saint Médard, dimanche 8 juin, en espérant qu'il ne pleuve pas !

Randonues d'accueil

Après l'initiation sont prévues des randonues d'accueil pour les débutant(e)s. Il s'agit en
particulier de vérifier la motivation, la forme et les formes des participant(e)s ainsi que la
disponibilité de l'équipement.

Itinéraires et consignes de sécurité

Si en France de nos jours les procureurs donnent de moins en moins suite aux plaintes pour
nudité simple dans la nature, il convient de respecter les autres randonneurs en évitant autant
que faire se peut de les surprendre ou de les provoquer avec une nudité ostentatoire malvenue.
Le seul moyen d'éviter de devoir se rhabiller souvent, c'est donc de bien choisir son itinéraire.
S'éloigner des sentiers battus permet souvent de découvrir des coins et des paysages
tranquilles et sauvages.

En matière de randonue, il est indispensable de ne pas passer trop près des villages, et de ne
pas emprunter de sentiers trop fréquentés. Par temps chaud, il est donc conseillé de ne pas
oublier les gourdes.

Bienvenue !

A votre arrivée à l'Assemblée Générale (textile) du 23 avril, veuillez svp vous faire connaître à
l'équipe chargée du vestiaire ;-)

Liens et sources utiles

• Clubn@turiste.net
• Droit et naturisme
• Forum Randonue
• Vivrenu.com
• Héliomonde
• Randonneurs Nordic Walking
=O=