You are on page 1of 6

4 Sermons sur la Vierge Marie

Nativité - Annonciation - Purification - Assomption


(Si 50, 6-10).
« Comme l'étoile du matin au milieu des nuages,
comme la lune en son plein,
comme le soleil rayonnant sur le Temple du Très-Haut,
comme l'arc-en-ciel brillant dans les nuages de gloire,
comme la rosée au printemps, comme un lis près de la source,
comme un rameau de l'arbre à encens en été,
comme le feu et l'encens dans l'encensoir,
comme un vase d'or massif, orné de toutes sortes de pierres précieuses,
comme un olivier chargé de fruits, comme un cyprès s'élevant jusqu'aux nuages »

Voici les douze pierres précieuses enchâssées dans le diadème du chef d'Aaron. Voici les
douze étoiles dans la couronne de la Vierge. En son honneur, et selon que Notre Dame
elle-même nous l'accordera, nous commentons ce passage du Siracide en quatre
sermons, d'après ses quatre fêtes :
Nativité, Annonciation, Purification et Assomption.

1°/ Sermon pour la Nativité de la Vierge

Comme l'étoile du matin au milieu des nuages

L'étoile du matin s'appelle Lucifer, parce qu'elle brille plus claire que toutes les étoiles.
Ce Lucifer qui précède le soleil, annonce le matin et arrose par l'éclat de sa lumière les
ténèbres de la nuit, désigne la Vierge Marie qui a annoncé au matin de la grâce le soleil
de justice à ceux qui étaient dans les ténèbres.

Comme la lune en son plein

La Vierge Marie est appelée « lune pleine », car elle est parfaite sous tous ses aspects.
La lune est imparfaite et semi-pleine quand elle a des taches et des formes en croissant.
La Vierge Marie n'eut pas de tache à sa naissance puisqu'elle fut sanctifiée dans le sein
de sa mère. Elle n'en eut jamais durant sa vie ; c'est pourquoi elle brille pleine et parfaite
et comme la lumière, elle dissout les ténèbres.

Nous te prions, ô Notre Dame, Toi, qui es l'étoile du matin,


chasse par ta splendeur le nuage de la tentation du diable qui recouvre la terre de notre
esprit.
Toi, qui es la lune en son plein, remplis le vide de notre coeur,
dissous les ténèbres de nos péchés,
afin que nous méritions de parvenir à la plénitude de la vie éternelle et à la lumière de la
gloire infinie.

2°/ Sermon pour l'Annonciation de la Vierge Marie

Comme le soleil resplendissant sur le Temple du Très-Haut


Le soleil possède trois propriétés : la splendeur, la blancheur et la chaleur. Ces trois
propriétés répondent aux trois paroles de l'Ange : Ave, pleine de grâce ; Ne crains pas ;
L'Esprit Saint surviendra sur toi.

- La splendeur

« Ave, pleine de grâce, le Seigneur est avec toi ; tu es bénie entre les femmes ».
Voilà la splendeur du soleil, voilà les vertus dont elle a brillé.
- Elle eut la tempérance, la modestie dans les paroles, l'humilité dans le coeur.
- Elle fut prudente lorsque, troublée, elle se tut, comprit ce qu'on lui avait dit, répondit à
ce qui lui fut proposé.
- Elle fut juste lorsqu'elle donna a chacun son dû.
- Elle fut forte dans ses fiançailles, lors de la circoncision de son Fils et de la
purification légale.
- Elle fut compatissante envers les affligés, lorsqu'elle dit : « Ils n'ont plus de vin » (Jn
2, 3).
- Elle fut en communion avec les saints lorsqu'elle était assidue dans la prière, au
cénacle, avec les apôtres et quelques femmes (cf. Ac 1, 14).

- La blancheur

« Voici que tu concevras et tu enfanteras un fils, et tu l'appelleras du nom de Jésus. »


Voici la blancheur du soleil.
Comment aurait-elle pu concevoir la lumière éternelle et le miroir sans tache, si elle
n'avait été elle-même toute blanche ?
De cette blancheur, son Fils dit dans le Cantique : « Ton ventre est une masse d'ivoire,
couverte de saphirs » (Ct 5, 14). L'ivoire, blanc et froid, désigne la double pureté de
l'esprit et du corps. La pierre du saphir, de couleur céleste, désigne la contemplation.

Le ventre de la Vierge Marie fut d'ivoire et couvert de saphirs parce qu'elle avait la
blancheur de la virginité dans son corps et la beauté de la contemplation dans son âme.

- La chaleur

Le Saint-Esprit surviendra sur toi. Voici la chaleur.


La chaleur est l'aliment et la nourriture de tous les vivants ; lorsqu'elle manque, c'est la
chute et la mort.
La chaleur est la grâce du Saint-Esprit. Si elle se retire du coeur de l'homme, la sève de
la componction vient à manquer et l'âme malheureuse tombe dans la mort du péché.
Mais si la chaleur revient, si le Saint-Esprit survient, Marie conçoit et enfante le fruit
béni qui ôte toute malédiction.

Comme l'arc-en-ciel brillant dans un nuage de gloire

L'arc-en-ciel se forme lorsque le soleil entre dans un nuage.


Il a quatre couleurs : fuligineux, azur, doré et de feu. Ainsi, lorsque le soleil de justice,
le Fils de Dieu, est entré dans la glorieuse Vierge, elle est devenue comme un arc-en-ciel
brillant, un signe d'alliance, de paix et de réconciliation, entre « nuages de gloire » c'est-
à-dire entre Dieu et le pécheur.
Remarquez encore que la couleur fuligineuse de l'arc désigne la pauvreté de Marie ;
l'azur, son humilité ; le doré, sa charité ; le feu, dont la flamme ne peut ni être partagée
ni endommagée par l'épée, sa virginité intacte.

Viens donc, notre Dame, unique espérance !


Eclaire, nous t'en supplions, notre esprit par la splendeur de ta grâce,
purifie-le par la candeur de ta pureté, réchauffe-le par la chaleur de ta présence.
Réconcilie-nous tous avec ton Fils, afin que nous puissions parvenir à la splendeur de sa
gloire.
Que nous l'accorde celui qui, aujourd'hui, à l'annonce de l'ange, a voulu prendre de toi
sa chair glorieuse et rester enfermé pendant neuf mois dans ton sein.
A lui, honneur et gloire pour les siècles éternels ! Amen !

Comme la rose au printemps

L'enfantement de Marie est comparé à la rose et au lis. De même que ces fleurs, tout en
répandant un parfum très agréable, ne se détériorent jamais, Marie a gardé intacte sa
virginité lorsqu'elle a donné le jour au Fils de Dieu.

« Comme la rose au printemps ».


Le printemps (en latin ver) est ainsi appelé parce il verdoie. Au printemps, la terre se
revêt d'herbe et se colore de fleurs bariolées, la température s'adoucit, les oiseaux jouent
de la cithare et tout semble sourire.

Nous te rendons grâce, Père saint, parce qu'au milieu des grands froids, tu nous as
donné un temps printanier dans la naissance de ton Fils Jésus. Aujourd'hui la Vierge,
terre bénie et remplie des bénédictions du Seigneur, a enfanté l'herbe verdoyante, le Fils
de Dieu, pâturage des pénitents. Aujourd'hui les anges chantent : « Gloire à Dieu au plus
haut des cieux. » Aujourd'hui sont rétablies sur terre la tranquillité et la paix.

Que cherches-tu encore ? Tout sourit, tout se réjouit. « Je vous annonce une grande joie,
qui sera celle de tout le peuple, dit l'ange aux bergers : aujourd'hui vous est né un
Sauveur, qui est le Christ Seigneur. Et ceci vous servira de signe : vous trouverez un
nouveau-né enveloppé de langes et couché dans une crèche" (Lc 2, 10-12).

Comme un lis près d'une source

De même que les lis le long d'un cours d'eau conservent leur fraîcheur, leur beauté et
leur parfum, la Vierge Marie garda la fraîcheur et la beauté de sa virginité, lorsqu'elle
donna le jour à son Fils.

Nous te prions donc, ô Notre Dame, Mère nourricière de Dieu :


Dans la Nativité de ton Fils, que tu as engendré en demeurant vierge,
que tu as enveloppé de langes et déposé dans une crèche, obtiens-nous son pardon,
guéris les brûlures de notre âme, que nous avons provoquées par le feu du péché ;
guéris-les avec le baume de ta miséricorde,
par laquelle nous méritions de parvenir au bonheur du festin éternel.
Que nous l'accorde celui qui, aujourd'hui, a daigné naître de toi, O Vierge glorieuse,
et à qui soit honneur et gloire pour tous les siècles des siècles. Amen !
3°/ Sermon pour la Purification de Marie

Comme un rameau de l'arbre à encens en été

Le mot encens vient du grec Theos qui signifie "Dieu", en l'honneur de qui il est brûlé.

L'arbre à encens s'appelle « liban ». "Comme le liban non entaillé, dit la Vierge dans le
Siracide, j'ai rempli de parfum mon habitation " (cf. Si 24, 12). L'arbre de l'encens est
une plante d'Arabie, très haute, d'où est extraite une gomme-résine aromatique. L'encens
est cueilli deux fois par an, en automne et au printemps.

Cet arbre est la figure de Marie. Elle ne fut incise par aucun fer de concupiscence. Elle
parfume de vertus et d'amour l'âme dans laquelle elle habite. Elle émane d'elle l'encens
parfumé, l'humanité de Jésus Christ, dont le parfum a rempli le monde entier.

- La double offrande du Christ

La double cueillette de l'encens représente la double offrande du Christ. Dans la


première, la Mère l'offrit dans le temple selon la prescription de la loi de Moïse ; dans la
seconde, le Christ s'offrit lui-même en sacrifice à Dieu le Père, pour la réconciliation du
genre humain.

- L'offrande de Marie

Dans sa pauvreté, Marie offrit son Fils et l'offrande des pauvres, une paire de
tourterelles et deux jeunes colombes. Voici ce que prescrivait la loi : « Si une femme est
enceinte et enfante un garçon, elle sera impure pendant sept jours. Quand sera achevée
la période de sa purification, après quarante jours, elle apportera un agneau à l'entrée de
la Tente. Si elle ne le trouve pas ou si elle n'a pas la possibilité d'offrir un agneau, elle
offrira deux tourterelles ou deux jeunes colombes » (cf. Lv 12, 2.6.8). L'offrande de
Marie fut donc l'offrande des pauvres qui n'avaient pas la possibilité de se procurer un
agneau. Tout cela manifeste l'humilité et la pauvreté du Seigneur et de sa Mère. C'est
cette offrande que font au Seigneur ceux qui sont pauvres.

« Comme feu resplendissant et encens qui brûle dans le feu ».

Jésus Christ a resplendi comme un feu devant les bergers lors de sa Nativité, devant les
mages lors de sa Manifestation, devant Syméon et Anne lors de la Purification de sa
Mère. Dans sa Passion, en revanche, il a brûlé comme encens au feu, et de son parfum
furent remplis les cieux, la terre et les enfers. Les anges du ciel se réjouissent de la
rédemption du genre humain ; sur terre les hommes qui étaient morts furent ressuscités ;
dans les enfers, les prisonniers furent libérés.

Nous te prions, ô Notre Dame, Mère choisie de Dieu, purifie-nous du sang de nos
péchés
afin que nous puissions parvenir à la gloire de la Jérusalem céleste.
Que nous l'accorde celui qu'aujourd'hui tu as offert dans le temple :
A lui soit honneur et gloire dans les siècles des siècles. Amen !
4°/ Sermon pour l'Assomption de Marie

« Il posa sur sa tête le diadème royal ».

« Venez, dit le Cantique, contemplez, filles de Sion, le roi Salomon, avec le diadème
dont sa mère l'a couronné, au jour de ses épousailles >, (Ct 3, 11).

La Vierge Marie a couronné le Fils de Dieu avec le diadème de la chair humaine, le jour
de ses épousailles, lorsque la nature divine fut unie, comme un époux, à la nature
humaine, dans la chambre nuptiale de la Vierge Marie. Aujourd'hui, le Fils a couronné
sa Mère du diadème de la gloire céleste.

Venez, admirez la Mère avec le diadème dont son Fils l'a couronnée, aujourd'hui, jour
de son Assomption.

Vase d'or

L'humilité se conserve par la pauvreté. La pauvreté est dite « d'or » parce qu'elle rend
riches ceux qui la possèdent.

Où il y a la vraie pauvreté, il y a le nécessaire. Où il y a l'abondance, il y a l'indigence.

Or éclatant de la pauvreté ! Celui qui ne te possède pas , même s'il possède tout le reste,
n'a rien ! Les biens temporels enflent et s'évanouissent. Dans la pauvreté, il y a la joie ;
dans les richesses, la tristesse et le tourment.
« Mieux vaut une bouchée de pain sec avec la tranquillité, dit Salomon, qu'un veau
engraissé avec la discorde ou une maison pleine de victimes,
Mieux vaut peu de biens avec la crainte du Seigneur que de grands trésors qui ne
rassasient pas,
Mieux vaut habiter un pays désert qu'avec une femme querelleuse et chagrine
Mieux vaut une habitation à l'angle d'un toit que faire maison commune avec les autres
»
(cf. Pr 17, 1 ; 15, 15-16 ; 21, 19 et 21, 9).

Vase d'or massif

L'humilité et la pauvreté de la Vierge Marie furent ornées de la pureté ; c'est pourquoi


on ajoute : Vase d'or massif.
Ce vase a été orné de toutes sortes de pierres précieuses , privilèges et dons célestes.
Celle qui engendra le Créateur et le Rédempteur réunit en elle-même les mérites de tous
les saints.

O incomparable dignité de Marie, abîme insondable de miséricorde. Jamais à un ange ni


à un homme ne fut ou ne sera donné une telle grâce et autant de miséricorde que celles
qui furent données à la Vierge que Dieu le Père a voulu comme Mère de son Fils. Ce
serait une grâce et une dignité très grande pour une simple femme que d'avoir un fils
avec un empereur. Vraiment supérieure à toute grâce fut celle de Marie qui eut un Fils
en commun avec le Père Eternel. A cause de cela, elle a mérité aujourd'hui d'être
couronnée au ciel.
Olivier chargé de fruits

L'olivier est la plante ; l'olive, le fruit ; l'huile, le suc. L'olivier produit une fleur
parfumée, d'où se forme l'olive qui est d'abord verte, puis rouge et enfin mûre.

Sainte Anne fut l'olivier d'où germa la fleur au parfum incomparable de la Vierge Marie.
Celle-ci fut verte, demeura vierge dans la conception et la nativité du Sauveur, avant
l'enfantement et dans l'enfantement ; elle fut rouge dans la passion de son Fils, lorsque
l'épée transperça son âme ; elle fut mûre dans l'Assomption d'aujourd'hui, car elle est
épanouie et possède le bonheur de la gloire céleste.

Prenant part à sa joie, nous chantons dans l'introït de la messe de ce jour : «


Réjouissons-nous tous dans le Seigneur »

Cyprès s'élevant jusqu'aux nuages

Comme un cyprès, la Vierge Marie s'élève aujourd'hui plus haut que tous les anges.

A ce sujet, nous lisons dans Ezéchiel : « Au-dessus du firmament qui était sur la tête des
quatre animaux, apparut quelque chose qui avait l'aspect d'une pierre de saphir en forme
de trône, et sur cette forme de trône, tout en haut, un être ayant apparence humaine »
(Ez 1, 26).

Dans les quatre animaux sont représentés tous les saints, décorés de vertus et instruits de
l'enseignement des quatre évangiles ; dans le firmament, les choeurs des anges ; dans le
trône, la Vierge Marie, dans laquelle le Seigneur s'humilia lorsqu'il prit chair en elle.
Dans le fils d'homme, Jésus Christ, Fils de Dieu et de l'homme. Dans la gloire du ciel, il
y a donc tous les saints, les anges, la Vierge Marie et Jésus Christ.

Nous te prions, ô Notre Dame, Mère de Dieu,


exaltée au dessus des choeurs des anges.
Remplis le vase de notre coeur de la grâce céleste ;
fais-nous resplendir de l'or de la sagesse;
soutiens-nous avec la puissance de ton intercession ;
orne-nous des pierres précieuses de tes vertus ;
répands sur nous l'huile de ta miséricorde,
par laquelle tu couvres la multitude de nos péchés.
Que nous soyons trouvés dignes d'être élevés à la hauteur de la gloire céleste
et de vivre heureux pour l'éternité avec tous les bienheureux.
Nous demandons cela à Jésus Christ,
ton Fils qui en ce jour t'a exaltée au-dessus des choeurs des anges,
t'a couronnée de la couronne du royaume et t'a placée sur le trône de la lumière
éternelle.
A lui soit honneur et gloire pour les siècles éternels. Et que toute l'Eglise chante : Amen.
Alleluia !