You are on page 1of 58

Ecole Supérieure de Technologie

-Berrechid-

Université Hassan 1er -Settat-

Sous le thème:
« Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC 16F877 »

Présentée et soutenue par :

EL IDRISSI Ramzi

SEMLALI Amine

AGHMADI Ahmed

Le 03/06/2014
Filiére :
Génie Industriel & Energies Renouvelables
Encadré par :
Mr. MAKER Hattab
Dédicace
Qu’il nous soit permis de dédier notre rapport de projet de fin d’études qui
est le fruit de deux ans de formation à l’ESTB à tous ceux qui
compatissent à nos chagrins et partagent nos bonheurs, qui nous
enveloppent par leurs admirations, et à qui nous devons nos gratitude et nos
reconnaissance. Notamment :

 Nos chers parents

Que DIEU les garde et les procure santé, bonheur, prospérité et longue vie.

 Nos frères

Pour leurs encouragements incomparables et sans limites.

 Nos professeurs et nos amis fidèles

Pour leurs soutiens et leurs conseils précieux, pour leurs compréhension et


efforts.

 Notre école et tous les membres de l’administration

Pour leur fidélité, sacrifices et amour.

2 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
Remerciements

Les paroles peuvent être parfois insuffisantes parce qu’elles ne


peuvent traduire nos estimables reconnaissances envers toute personne qui
nous a exprimé son soutien, son aide, son encouragement et sa collaboration
pour arriver à fin de ce modeste travail.

Très sincéres remerciemenrts :

A notre ancadrant et professeur Mr MAKER Hattab pour sa


disponibilité, ses efforts, ses conseils et ses critiques objectives sur la
démarche de notre travail.

Ainsi que nos professeurs, pour leurs conseils avisés. Nous avons apprécie
leur disponibilité et leur patience. De plus leurs compétences indéniables
dans le domaine de l’industrie.

Nous remecions tous ceux qui, de prés ou de loin, on contribue à


l’aboutissement de ce projet.

En fin nous tenons à remercier tous les membres de jury qui nous ont fait
l’honneur de jury ce projet.

3 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
Liste des figures

 Chapitre I :
Figure 1 : Familles des convertisseurs statiques

Figure 2 : TRIAC & thyristors tête-bêche

Figure 3 : Alimentation et réglage de la vitesse d'un moteur à courant continu

Figure 4 : Pont monophasé

Figure 5 : Pont triphasé

Figure 6 : Un accumulateur avec dispositif de charge et un onduleur avec sortie


filtrée

Figure 7 : Variateur de fréquence

Figure 8 : Convertisseur DC/AC

Figure 9 : Circuit d’un pont en H

Figure 10 : Principe de l’onduleur autonome

Figure 11 : K en position (1)

Figure 12 : Tension ud(t) à la sortie de l’onduleur

Figure 13 : Pont de Graetz

Figure 14 : Réglage de la vitesse de rotation d’un moteur synchrone

Figure 15 : Alimentation de secours

Figure 16 : Transfert d’énergie entre deux réseaux de fréquences différentes

Figure 17 : Onduleur monophasé en demi pont

Figure 18 : Onduleur monophasé en pont complet

 Chapitre II :
Figure 1 : Pont H de la commande symétrique

Figure 2 : Signal de commande MLI

4 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
Figure 3 : MLI d’une simple impulsion

Figure 4 : MLI multiple

Figure 5 : MLI sinusoïdale, génération des signaux de commande par une porteuse
triangulaire sinusoïdale

Figure 6 : Spectre d’harmoniques

Figure 7 : Spectre de la tension de sortie

Figure 8 : Harmoniques 3 et 5 éliminés

 Chapitre III :
Figure 1 : Montage NE555 pour MLI

Figure 2 : Un montage à comparateur à hystérisis

Figure 3 : Montage astable à portes logiques

Figure 4 : La courbe bleue représente la tension relevée aux bornes du condensateur

Figure 5 : Pont en H

Figure 6 : Fonctionnement de pont en H

Figure 7 : Le moteur tourne à droite

Figure 8 : Le moteur tourne à gauche

Figure 9 : Diagramme de PWM

Figure 10 : Table de configuration CCPxCON

Figure 11 : Caractéristique de opto-coupleur

Figure 12 : Composants électroniques sur ISIS

Figure 13 : Shéma de système ISIS

Figure 14 : Simulation signal MLI sinus sur ISIS

Figure 15 : Test signal MLI 1

Figure 16 : Test signal MLI 2

Figure 17 : Les composants électriques

5 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
Résumé

Ce rapport est écrit dans le cadre d’un Projet de Fin d’Etudes en vue de
l’obtention du diplôme de technicien supérieur en « Génie Industriel et
Energies Renouvelables » depuis l’Ecole Supérieure de Technologie de
BERRECHID.

Le thème abordé est la réalisation d’un onduleur monophasé autonome


commandé par PIC 16F877.

Dans ce rapport nous avons traité trois chapitres :

 Généralités sur les onduleurs

 Généralités sur les commandes des onduleurs

 Partie pratique : La réalisation d’un onduleur monophasé


autonome commandé par PC16F877

Mots clefs :

Onduleur, Convertisseur, Monophasé, Autonome ,MLI,PIC 16F877

6 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
Sommaire

Dédicaces 2

Remerciements 3

Liste des figures 4

Résumé 6

Sommaire 7

Introduction générale 9

Chapitre I : Généralités sur les onduleurs


I.Familles de convertisseurs statiques 11
I.1.Le GRADATEUR 12
I.2.Le HACHEUR 13
I.3.Le REDRESSEUR 14
I.4.L’ONDULEUR 16

II.Généralité sur les onduleurs 19


II.1.Définition 19
II.2.Principe de fonctionnement 19
II.3.Classification des onduleurs . 20
II.4.Le role de l’onduleur 23
II.5.Applications 23

III.Onduleur monophasé 25
III.1.Onduleur monophasé à demi-pont 25
III.2.Onduleur monophasé à pont complet 26

IV.Les commandes des onduleurs 26


IV.1.Commande symétrique 26
IV.2.Commande décalée 27
IV.3.Commande MLI 27

Chapitre II : Généralités sur les commandes des onduleurs

7 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
I.Les différents types des commandes 29
I.1.La commande symétrique 29
I.2.La commande décalée 32
I.3.Module de génération d’un signal MLI 34
I.4.Différents types des commandes MLI 34

II.Onduleur en MLI 38

III.Les applications des onduleurs MLI 39


III.1.Les variateurs de vitesse 39

Chapitre III : Partie pratique : Réalisation d’un onduleur monophasé


autonome commandé par PIC 16F877
I.Les technologies possibles pour générer un MLI 42
I.1.Montage NE555 42
I.2.Un montage à comparateur à hystérisis 43
I.3.Montage astable à portes logiques . 43

II.Technologie des microcontroleurs 45


II.1.La technologie de la commande d’un pont en H 45
II.2.Pourquoi l’utiliser 46
II.3.Comment le pont en H fonctionne-t-il 46
II.4.Configuration de PIC16F877 47

III.Etude des composants 50


III.1Choix de l’interrupteur éllrctronique 50
III.2.Le microcontroleur PIC 16F877 51

IV.Simulation de shéma électrique sur PROTEUS ISIS 52


IV.1.L’édition de shéma électrique 52
IV.2.Shéma de systéme 53
IV.3.Simulation de shéma ISIS 53
IV.4.La simulation globale de circuit sur PROTEUS ISIS 54
V.Le cout de projet 55

Conclusion gérnérale 57

Webographie 58

8 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
Introduction générale

Dans le cadre de notre formation du semestre 4, nous


allons realiser un projet d'etudes. Le but de ce projet est de
mettre en oeuvre nos competences sur la conception et la
realisation d'un système electronique ou electrotechnique,
ainsi que sur la redaction de son rapport.
Nous avons choisi de realiser un onduleur autonome de
voiture; le but etant d'avoir une tension de 230V alternatif
a partir d'une tension de 12V Continu. Nous allons donc
commencer par l’étude théorique et finir par l’étude
pratique.

9 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
10 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC
16F877
 INTRODUCTION

L’énergie électrique est surtout distribuée sous forme de tensions


alternatives ou sinusoïdales. Les besoins actuels (en sources de tensions
variables aussi bien alternatives que continues), nécessitent l’emploi de
convertisseurs d’énergie électrique notamment :

le hacheur, l’onduleur, le gradateur et le redresseur.Et pour réaliser ces


convertisseur, il faut utiliser les dispositifs électroniques notamment les
semi-conducteurs, thyristors, GTO, transistors, diodes ...etc.

I-Familles des convertisseurs statiques :

 Définition :
Un convertisseur statique est un système permettant d'adapter la source
d'énergie électrique à un récepteur donné.

Exemples :

_ On trouve un convertisseur alternatif continu dans l’alimentation


d’appareils électroniques (TV, ordinateurs, chargeurs de téléphones…) qui
transforment la tension alternative sinusoïdale du réseau EDF en tension
continue.

_ Un onduleur de secours transforme la tension continue des batteries en


tension alternative pour alimenter, par
exemple, du matériel informatique.

Suivant le type de machine à commander et suivant la nature de la source


de puissance, on distingue plusieursfamilles de convertisseurs statiques
(schéma ci-dessous) :

11 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
Figure 1 : Familles des convertisseurs statiques

 Structure des convertisseurs :


I.1-Conversion ALTERNATIF/ALTERNATIF :

Le GRADATEUR

Le gradateur est un montage qui permet de faire varier la valeur de la


tension efficace aux bornes d'une charge telle qu'un moteur sans changer la
fréquence de l'onde alternative de la source.
Ce montage est très fréquent dans le domaine domestique, au niveau
notamment des variateurs de lumière pour lampes halogènes.

La structure de base repose sur un interrupteur électronique capable de


conduire dans
les deux sens à l'état passant et de supporter une tension également dans les
deux sens à l'état bloqué.Cet interrupteur peut être alors réalisé :

_ Soit avec 1 seul composant : le triac


_ Soit en assemblant deux thyristors tête-bêche

12 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
Figure 2 : TRIAC & thyristors tête-bêche

I.2-Conversion CONTINU/ CONTINU :


Le HACHEUR
Le hacheur permet d'alimenter une charge sous une tension continue
réglable à partir d'une source continue fixe.
Cette source peut être par exemple une batterie d'accumulateurs ou
provenir d'une autre conversion préalable comme un redresseur à diodes.
On obtient une tension de valeur moyenne variable en établissant et
interrompant périodiquement l'alimentation de la charge par la source grâce
à des interrupteurs électroniques.

Exemple d’utilisation des hacheurs :


_ Alimentation et réglage de la vitesse d'un moteur à courant continu.
En utilisant une source de tension fixe, le hacheur est très utilisé pour faire
varier la vitesse des moteurs à courant
continu à excitation séparée (schéma ci-dessous):

13 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
Figure 3 : Alimentation et réglage de la vitesse d'un moteur à courant continu

I.3-Conversion ALTERNATIF/CONTINU :
Le REDRESSEUR
Le redressement est la conversion d'une tension alternative en une
tension continue.
On l’utilise pour alimenter un récepteur en continu à partir du réseau de
distribution alternatif.

Le redresseur non commandé est composé de diodes montées en pont. Ici


en pont monophasé (appelé pont de GRAETZ).

14 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
Figure 4 : Pont monophasé

Le redresseur commandé est composé de thyristors montés en pont. Ici en


pont triphasé.

Figure 5 : Pont triphasé

15 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
I.4-Conversion CONTINU /ALTERNATIF :
l’ONDULEUR
Un convertisseur continu-alternatif permet d’obtenir une tension alternative
(éventuellement réglable en fréquence et en amplitude) à partir d’une
source de tension continue.

Exemples d’utilisations des onduleurs :


_L'onduleur de secours pour le matériel informatique permet d'assurer la
continuité de l'alimentation en cas de coupures sur le réseau.
Il permet aussi de filtrer les éventuels défauts de la tension du réseau
(parasites ou surtensions).
La structure comprend un accumulateur avec dispositif de charge et un
onduleur avec sortie filtrée (schéma ci-dessous) :

Figure 6 : Un accumulateur avec dispositif de charge et un onduleur avec sortie


filtrée

16 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
_ En ce qui concerne les applications industrielles, nous rencontrerons
l’onduleur en sortie des variateurs de fréquence pour alimenter les moteurs
asynchrones.

Figure 7 : Variateur de fréquence

 Choix de l'interrupteur électronique adéquat :


L'interrupteur électronique qui doit réaliser la fonction voulue est soumis à
une contrainte de tension (imposée par la source) et par une contrainte de
courant (imposée par la charge).
Il existe de multiples interrupteurs électroniques et il conviendra de bien
les choisir, citons les 3 plus courants à partir desquels on peut en construire
d'autres :

17 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
La diode :

La diode est un composant unidirectionnel en courant et unidirectionnel en


tension. Cela signifie qu'on la détruit si on lui impose un courant ou une
tension de polarité interdite. Les zones de fonctionnement autorisées de la
diode sont indiquées sur la caractéristique statique ci-dessus : en rouge la
zone de conduction et en bleu la zone de blocage .C'est la source qui
imposera généralement la valeur de la tension de blocage et la charge qui
imposera généralement la valeur du courant de conduction : il ne faudra
pas que ces valeurs sortent de la plage autorisée pour le type de diode
choisie.

Le thyristor :

Il possède une troisième électrode (broche) appelée gâchette et qui permet


de le débloquer. Il reste donc bloqué si l'opérateur n'agit pas sur la gachette
(tension positive entre gâchette et cathode sous forme d'impulsions répétées
de 1 V crête environ). Une tension Vk positive peut donc se développer à
ses bornes, contrairement à ce qui était observé avec une diode, lorsque le
thyristor est bloqué.

Lorsque le thyristor est passant, rien ne le distingue d'une diode.

18 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
Le transistor :

Il possède également une troisième broche, comme le thyristor. Mais,


contrairement à ce dernier, cette troisième broche appelée "base" permet
non seulement de débloquer le transistor (tension base - émetteur de l'ordre
de 0,7 V) mais aussi de le bloquer (tension base - émetteur nulle). En
revanche il n'admet pas de tension vK négative à ses bornes, contrairement
au thyristor :

II-Généralité sur les onduleurs :

II.1-Définition :
-Les convertisseurs de courant continu en courant alternatif sont appelés
des onduleurs. La fonction d’un onduleur est de convertir une tension
continue d’entrée en une tension de sortie alternative symétrique
d’amplitude et de fréquence désirée.

Tension continue Tension alternative


Figure 8 : Convertisseur DC/AC

19 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
II.2-Principe de fonctionnement :
-Les onduleurs sont basés sur une structure en pont en H, constituée le plus
souvent d'interrupteurs électroniques tels que les transistors de puissance ou
thyristors. Par un jeu de commutations commandées de manière appropriée
(généralement une modulation de largeur d'impulsion), on module la source
afin d'obtenir un signal alternatif de fréquence désirée

Le pont en H est une structure électronique servant à contrôler la polarité


aux bornes d'un dipôle. Il est composé de quatre éléments de commutation
généralement disposés schématiquement en une forme de H d'où le nom.
Les commutateurs peuvent être des relais, des transistors, ou autres
éléments de commutation en fonction de l'application visée.

Figure 9 : Circuit d’un pont en H

Le pont en H permet de réaliser 2 fonctions qui sont d'inverser le sens de


rotation du moteur, en inversant la tension aux bornes du moteur et la
variation de la vitesse du moteur en modulant la tension aux bornes du
moteur.

-Pour réaliser un onduleur autonome, il suffit de disposer d’un interrupteur


inverseur K et d’une source de tension continue E .

20 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
Figure 10 : Principe de l’onduleur autonome

Lorsque K est en position (1), on obtient le montage de la figure 11.

Figure 11 : K en position (1)

Soit : Ud (t) = E
Lorsque K est en position (2), on obtient: Ud (t) = -E
La figure 12 donne la forme de Ud(t) sur une période complète de
fonctionnement.

Figure 12 : Tension Ud(t) à la sortie de l’onduleur

21 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
II.3-Classification des onduleurs :
Il existe plusieurs centaines de schémas d`onduleurs, chacun correspondant
à un type d`application déterminé ou permettant des performances
recherchées.

Les onduleurs sont en général classés selon les modes de commutation de


leurs interrupteurs.

-Onduleurs autonomes : C’est un système qui nécessite des composants


commandés à la fois à la fermeture et à l'ouverture, de fréquence
variable. Il n'a pas toujours besoin de réseau électrique pour fonctionner ;
par exemple un convertisseur de voyage que l'on branche sur la prise
allume-cigare d'une voiture utilise le 12 V continu du véhicule pour
générer du 120 ou 230 V, alternatif en 50 ou 60 Hz .

-Onduleurs non autonomes : Un onduleur non autonome est un montage


redresseur tout thyristors (pont de Graetz) qui, en commutation naturelle
assistée par le réseau, auquel il est raccordé, permet un fonctionnement en
onduleur. Les thyristors sont commandés juste à la fermeture et la
commutation est "naturelle" contrairement à l'onduleur autonome.
L'application principale de ce type d'onduleur se trouve dans les variateurs
pour moteurs synchrones de très forte puissance où les thyristors sont
souvent les seuls composants utilisables.

Un pont de diodes ou pont de Graetz est un assemblage de quatre


diodes montées en pont (montage similaire à celui d'un pont de
Wheatstone) qui, en régime monophasé, redresse le courant alternatif en
courant continu, c’est-à-dire ne circulant que dans un seul sens.

22 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
Figure 13 : Pont de Graetz

II.4-Le role de l’onduleur :


l'onduleur permet d'assurer la protection de nombreux appareils en cas de
coupure de courant. C'est le cas, par exemple, des appareils industriels, des
périphériques informatiques et des ordinateurs. Ce type de dispositif
électronique peut être considéré comme un excellent moyen pour protéger
les appareils contre la foudre, les micro-coupures, les variations de
tensions, les parasites électriques et les coupures de courant.

II .5-Applications :
 Réglage de la vitesse de rotation d’un moteur synchrone

La vitesse d’un moteur synchrone est fixée par la pulsation des courants
statoriques. Pour changer de vitesse il faut donc changer la fréquence des
tensions d’alimentation.

Il faut donc redresser la tension du réseau puis l’onduler à la fréquence


désirée.

Figure 14 : Réglage de la vitesse de rotation d’un moteur synchrone

23 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
Remarque :pour que la puissance du moteur reste nominale lorsque la
fréquence varie, il faut en fait conserver le rapport f /V constant
(Si la fréquence augmente, il faut augmenter la tension
d’alimentation proportionnellement).

 Alimentation de secours

Lors d’une panne d’électricité, un onduleur assure la continuité de


l’alimentation des machines à partir de batteries. En informatique
professionnelle, un onduleur est indispensable pour éviter la perte
d’informations en cas de panne de secteur.

Figure 15 : Alimentation de secours

 Transfert d’énergie entre deux réseaux de fréquences différentes

La France fournit de l’énergie électrique à la Grande-Bretagne, mais la


fréquence du réseau anglais est 60 Hz. Il faut donc adapter la fréquence.

Figure 16 : Transfert d’énergie entre deux réseaux de fréquences différentes

24 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
III-Onduleur monophasé :
On peut classifier les onduleurs selon leur régimes soient triphasé ou
monophasé :

L’étude réalisée doit s’articuler sur les onduleurs monophasé, et en fin de


réaliser ce type on emploi un interrupteur inverseur et d’une source de
tension continue. Et on utilise soient le montage en pont ou demi-pont.

III.1-Onduleur monophasé à demi-pont :


Il est constitué d’une seule cellule de commutation. Dans ce type on utilise
deux interrupteurs bidirectionnels en courant et unidirectionnels en tension.

E est une source de tension continue, réversible en courant. K1 et K2 sont


deux interrupteurs électroniques, commandés de manière périodique :

 0 < t < T/2 : K1 est fermé et K2 est ouvert : Us = +Ve (> 0 V)


 T/2 < t < T : K1 est ouvert et K2 est fermé : Us = - Ve (< 0 V)

La tension Us est alternative


Le courant Us est alternatif

Figure 17 : Onduleur monophasé en demi pont

25 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
III.2-Onduleur monophasé à pont complet:
Deux ce type on a deux cellules de commutation.Donc on a 4 interrupteurs
avec des diodes antiparalléles.

La tension de sortie peut prendre pour valeur +Ve, -Ve, 0 V. Cela implique
une structure en pont.

Figure 18 : Onduleur monophasé en pont complet

 0 < t < T/2 : K1 et K3 sont fermés : Us = +Ve (> 0 V)

 T/2 < t < T : K2 et K4 sont fermés : Us = - Ve (< 0 V)

IV-Les commandes des onduleurs :

IV.1-Commande symétrique :
On appelle ce type de commande la "commande simultanée" car les
interrupteurs k1 et k3 sont commandés simultanément (de même pour les
interrupteurs k2 et k4). On l'appelle également "commande symétrique" car
la tension V charge vaut +E ou -E.

26 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
IV.2-Commande décalée :

La commande décalée permet d'éliminer en partie les harmoniques et


améliore donc le convertisseur. D'ailleurs l'allure du courant s'en ressent.

Au niveau de la commande, il suffit de décaler la fermeture des différents


interrupteurs dans un ordre précis.

IV.3-Commande MLI dite aussi PWM (Pulse Width


Modulation) :

La commande dite MLI est la technique de commande la plus fréquemment


utilisée avec les onduleurs (MLI scalaire et vectorielle) : elle a pour objectif
de réduire les harmoniques de courants lorsque la charge est inductive
(moteurs électriques par exemple). Il s'agit d'un filtrage naturel (sans l'aide
de filtres additifs) uniquement réalisé par la stratégie de commande.

 CONCLUSION

Cette étude nous a permis de bien comprendre le principe d’une alternative


de commande parmi plusieurs alternatives existantes pour assurer la
commande des interrupteurs de l’onduleur.

Nous avons étudié les 4 convertisseurs statiques qui jouent un role très
important pour convertir l’énergie électrique, la classification des onduleurs
et nous avons dit que les onduleurs sont en général classés selon les modes
de commutation de leurs interrupteurs.
Nous avons étudié aussi l’onduleur monophasé et donné une vision
générale sur les 3 commandes des onduleurs.

27 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
28 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC
16F877
I-Les différents types de commandes :

I.1-La commande symétrique :


Cette commande se résume à commander les interrupteurs K1 et K3 à la
fermeture pendant une demi-période puis de commander K2 et K4 durant la
deuxième demi-période. (Nous sous-entendons que les interrupteurs non
commandés à la fermeture sont en fait commandés à l’ouverture).

L’analyse se décompose en deux phases :


T
- 1ère phase : K1 et K3 sont commandés à la fermeture de l’instant 0 à .
2
Durant cette durée K2 et K4 sont ouverts. Nous obtenons donc le schéma
équivalent très simple suivant :

uK2
K1 K2

iK1 iK2
ic charge charge
E
équivalent à E
uc uc
uK4
K4 K3 ic
iK4 iK3

Figure 1 : Pont H de la commande symétrique

la tension aux bornes de la charge aura donc la valeur uc = E.

- 2ème phase : K2 et K4 sont à leur tour commandés à la fermeture de


T
l’instant à T. Le schéma équivalent sera le suivant :
2

29 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
uK1 K1 K2
iK2
ic charge
E
équivalent à E charge
uc uc
K4 uK3 K3 ic
iK4

Durant cette phase uc = -E

Il suffit donc de dessiner des oscillogrammes suivant la charge choisie:


a) Charge résistive R :
éléments
K1 et K3 K2 et K4 commandés à la
fermeture
uc(t)
E
on obtient bien
une tension
alternative de
T/2 T t valeur moyenne
-E nulle

ic(t)

E/R
l'allure du courant
est identique car il est
T/2 T t lié par la loi d'Ohm

- E/R

ik1 (t) ik3 (t)


E/R
le courant dans les
interrupteurs est
toujours positif
T/2 t
T

ik4 (t) ik2 (t)


E/R les interrupteurs sont
passants une demi
période sur deux
T/2 t
T

30 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
La valeur efficace de la tension aux bornes de la charge est fixée par la
tension d’alimentation.
Nous obtenons donc les valeurs suivantes :

Uc = E
< uc > = 0 V

b) Charge inductive RL :

La charge inductive simule un moteur alternatif. Nous nous apercevons que


pour cette charge, seul l'allure des différents courants change.
Dans l'utilisation sur une charge résistive pure, nous voyons que les diodes
sont inutiles. Elles trouvent leur fonction dans le cas d'une charge
inductive. Elles évitent une discontinuité dans la conduction du courant et
prennent donc le relais des transistors, quand ceux-ci bien qu'étant
commandés à la fermeture, ne peuvent pas conduire car ils sont
unidirectionnels.

De plus, il faut remarquer que la charge fournie de la puissance à la


l'alimentation quand les diodes sont passantes. Il s'agit de phases de
récupération.

Ces phases de récupération nécessitent d'utiliser des alimentations en


tension réversible en courant.

31 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
uc(t)
E

allure de la tension dite


symétrique
T/2 T t
-E

ic(t)
icm ax

l'allure du courant
T/2 t dépend de la charge et
T
donc de la constante de
- i cm ax temps L/R

ik1 (t) ik3 (t)


icm ax
les transistors ne sont plus
passants durant toute la
T/2 t demi période
T

id3 (t) id1 (t)


icm ax
les diodes prennent le relais
quand les transitors ne
T/2 T t conduisent pas

ik4 (t) ik2 (t)


icm ax

T/2 t
T

id4 (t) id2 (t)


icm ax quand les diodes sont
passantes, la puissance
échangée par la charge
T/2 t est négative
T

D1 D2
K1 et K3 K2 et K4 éléments passants
D3 D4
signe de la puissance
- + - + échangée par la charge

I.2-La commande décalée :

Cette commande, plus sophistiquée dans sa conception, est une première


étape vers l'obtention d'un courant sinusoïdale. Si nous nous attachons à
une analyse spectrale, nous verrions dans la commande précédente que la
tension, ainsi que le courant, sont riches en harmoniques ce qui pose des
problèmes pour une utilisation avec des moteurs(pertes joules, couples
pulsatoires …).

La commande décalée permet d'éliminer en partie ces harmoniques et


améliore donc le convertisseur. D'ailleurs l'allure du courant s'en ressent.

32 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
Au niveau de la commande, il suffit de décaler la fermeture des différents
interrupteurs dans un ordre précis(ordre donné ci-dessous). Nous traçons à
nouveau les oscillogrammes.

H2 H3 H2 éléments
commandés à la
H1 H4 fermeture
uc(t)
E

T/2 T t

-E

ic(t)
icmax

T/2 t
T
- i cmax

H2 D3 H3 D2 H2
éléments passants
D1 H1 D4 H4
0 - signe de la puissance
- + 0 +
échangée par la charge

La puissance échangée par la charge comporte une phase de plus avec la


commande décalée. Pendant deux intervalles de temps, elle est nulle : il
s’agit de phase de roue libre. Au cours de ces intervalles, l’énergie
emmagasinée par la bobine est cédée à la résistance car la tension aux
bornes de la charge est nulle.
De plus, nous retrouvons les phases de récupération.

33 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
I.3-Module de génération d’un signal MLI :

Un signal MLI (Modulation de Largeur d'Impulsions) ou PWM en anglais


(Pulse Width Modulation) est un signal dont le rapport cyclique varie.

La conversion numérique – analogique , C’est une manière simple et


efficace de générer une tension analogique avec un microcontrôleur. Peu
d’entre eux sont en effet équipés d’un convertisseur numérique analogique.

Le principe est de générer un signal logique (valant 0 ou 1), à fréquence


fixe mais dont le rapport cyclique est contrôlé numériquement. La moyenne
du signal de sortie est égale au rapport cyclique : il suffit donc de mettre un
filtre pour obtenir la valeur analogique recherchée.

Figure 2 : Signal de commande MLI

I.4-Différents types des commandes MLI :

a) MLI simple :

Cette MLI utilise une seule impulsion par demi-cycle et la largeur de cette
impulsion fait varier l'amplitude de la tension à la sortie de l'onduleur.

34 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
Figure 3 : MLI d’une simple impulsion

b) MLI multiple :

Figure 4 : MLI multiple

35 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
C) MLI sinusoïdale :

la largeur de chaque impulsion varie en fonction de l'amplitude d'une onde


sinusoïdale évaluée au centre de la même impulsion

Figure 5 : MLI sinusoïdale, génération des signaux de commande par une porteuse
triangulaire sinusoïdale

REMARQUE :

 Aucune de ces techniques ne réduit de façon significative ce


problème d'harmoniques.

 La MLI permet de se rapprocher du signal désiré;

 Elle génère dans les machines tournantes des oscillations du couple,


des bruits acoustiques et des résonances électromagnétiques.

 Elles injectent du bruit sur la commande et introduit des non


linéarités qui peuvent déstabiliser le système.

36 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
Il est donc impératif de minimiser les harmoniques

Le spectre est un histogramme fournissant l’amplitude de chaque


harmonique en fonction de son rang et son importance.

Figure 6 : Spectre d’harmoniques

• Les harmoniques les plus fréquemment rencontrés dans le cas des


réseaux triphasés, sont les harmoniques de rangs impairs.

• Au-delà du rang 50, les courants harmoniques sont négligeables et


leur mesure n’est plus significative.

• les harmoniques de rang 3, 5, 7, 9, 11 et 13 sont les plus surveiller.

• La compensation des harmoniques jusqu’au rang 13 est impérative,


une bonne compensation prendra également en compte les
harmoniques jusqu’au rang 25.

On vérifie la suppression des harmoniques de rang 3 et 5 on remarquera


que l’amplitude du fondamental a diminué et que celle des harmoniques
restants a augmenté.

Conclusion : cette stratégie permet d’augmenter la fréquence des premiers


harmoniques et donc facilite le filtrage.

37 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
II-Onduleur en MLI :

La tension de sortie est composée de créneaux de tension de largeur


variable (d’où le nom de MLI : Modulation de largeur d’impulsion, PWM :
Pulse width modulation en anglais.) Les angles de commutation sont
calculés de façon à éliminer un certain nombre d’harmoniques. Voici un
exemple ou sont supprimés les harmoniques 3 et 5.

Figure 7 : Spectre de la tension de sortie

Figure 8 : Harmoniques 3 et 5 éliminés

38 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
III-Les applications des onduleurs MLI :

III.1-Les variateurs de vitesse :


Constitution

Les variateurs de vitesse sont constitués principalement d'un convertisseur


statique et d'une électronique de commande. Les variateurs récents
contiennent aussi un étage de correction du facteur de puissance afin de
respecter les normes de compatibilité électromagnétique.
En général, le convertisseur statique est un hacheur ou un onduleur.
L'électronique de commande réalise la régulation et l'asservissement de la
machine à travers le convertisseur statique de sorte que l'utilisateur puisse
commander directement une vitesse. Sa conception dépend essentiellement
de la stratégie de commande choisie (commande vectorielle, commande
scalaire, etc.).

Variation de vitesse pour moteur à courant alternatif

Principe de fonctionnement

Dans un moteur à courant alternatif, la vitesse mécanique du rotor est liée à


la fréquence des courants au stator. Ce lien mathématique rend possible une
commande de la vitesse du rotor par la commande de la fréquence du
courant au stator. C'est ce que l'on appelle la condition de synchronisme qui
s'exprime différemment selon que l'on considère une machine synchrone ou
une machine asynchrone.
Pour une machine synchrone, la condition de synchronisme est :

Avec :

 Ns, la vitesse de synchronisme en tours par minute

 f, la fréquence d'alimentation en hertz

 p, le nombre de paires de pôles


39 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC
16F877
Pour une machine asynchrone, la condition de synchronisme est :

Avec :

 g, le glissement en %

 Ns, la vitesse de synchronisme en tours par minute

 N, la vitesse de l'arbre (vitesse réelle) en tours par minute

Ainsi, il existe une relation directe entre le pilotage de la fréquence du


courant au stator et la vitesse mécanique du rotor qui permet, pour toute
vitesse mécanique souhaitée, de fixer la fréquence statorique
correspondante. C'est sur ce principe que se base le fonctionnement du
variateur de vitesse : commander une vitesse de rotation mécanique en
commandant la fréquence du courant statorique.
Bien que les machines à courant alternatif soient connues depuis le
XIXe siècle, c'est l'amélioration des variateurs de vitesse (grâce aux progrès
de l'électronique de puissance) qui va leur permettre de s'imposer sur les
machines à courant continu. En particulier, la machine synchrone était
autrefois difficile à commander faute de dispositif garantissant la condition
de synchronisme entre le rotor et le stator.
On réalisait alors un accrochage, c'est-à-dire un entraînement du rotor à
l'aide d'une génératrice à la vitesse souhaitée avant d'alimenter le stator. Il
existait aussi certaines machines synchrones équipées de bobines rotoriques
en court-circuit pour permettre un démarrage en machine asynchrone puis
un fonctionnement en mode synchrone.

40 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
41 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC
16F877
 INTRODUCTION

La PWM Pulse-width modulation ou modulation de largeurs d’impulsions


est unetechnique très utilisée dans les systèmes électroniques, partant des
alimentations SMPS aux variateurs de vitesses de moteurs.

I-Les technologies possibles pour générer un MLI( PWM) :

I.1-Montage NE555 :
Un montage simple et facile à reproduire doit essentiellement utiliser des
composants courants et bon marché, si on parle de composant courant et
dans la catégorie des circuits intégrés vous allez surement penser à un
ne555.

Figure 1 : Montage NE555 pour MLI

42 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
I.2-Un montage à comparateur à hystérisis :

Figure 2 : Un montage à comparateur à hystérisis

I.3-Montage astable à portes logiques :


Nous utilisons pour cela des portes NAND.
Le circuit intégré 74HCT00 est un circuit TTL compatible CMOS, il a
quelques propriétés des circuits CMOS mais s'alimente avec une tension
unique : +5V.
Il contient 4 portes NAND intégrées.

Figure 3 : Montage astable à portes logiques

43 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
Principe du fonctionnement :
A t = 0, on suppose que D est à l'état "1" et A est à "0".
Le condensateur C se charge à travers RA jusqu'à ce qu'il apparaisse un état
"1" au point B. Alors D passe à "0" et A passe à "1" grâce aux inverseurs
que réalisent les portes NAND. Le condensateur C se décharge ainsi
jusqu'à ce que B passe à "0" permettant à D de passer à "1".
Le cycle se répète ainsi indéfiniment formant un signal rectangulaire dont
la période dépend des valeurs de C et RA.

Figure 4 : La courbe bleue représente la tension


relevée aux bornes du condensateur

Le signal que l'on trouve est très parasité par des signaux haute fréquence.

44 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
On utilise des condensateurs de découplage sur l'alimentation et en sortie
du signal pour filtrer ces signaux HF : le signal obtenu est quasi parfait.

II-Technologie des microcontroleurs :

II.1-La technologie de la commande d’un pont en H :


Le pont en H est une structure électronique servant à contrôler la polarité
aux bornes d'un récepteur. Il est composé de quatre éléments de
commutation généralement disposés schématiquement en une forme de H
d'où le nom. Les commutateurs peuvent être des relais, des transistors, ou
autres éléments de commutation en fonction de l'application visée.
Il permet d’inverser le sens de rotation d’un moteur à courant continu.

Figure 5 : Pont en H

45 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
II.2-Pourquoi l'utiliser ?

Les moteurs electriques ont besoin de courants importants par rapport a la


sortie maximale d'un microcontroleur. Un moteur ne marcherait pas si on le
branchait directement a la sortie d'un microcontroleur. La premiere
fonction du pont en H est fournir de forts courants aux moteurs en
permettant leur contrôle par le microcontroleur. Une autre fonction est de
pouvoir inverser la tension aux bornes du moteur pour inverser le sens de
rotation. Inverser le sens d'un courant
est une tache simple dans les circuits electriques, il est de bien placer
quelques interrupteurs. On utilise des transistors a la place d'interrupteurs
parce qu'un transistor peut aussi amplier un courant et est plus facile a
controler par des signaux num_eriques ou analogiques.

II.3-Comment le pont en H fonctionne-t-il ?

A B C D
1 0 0 1 le moteur tourne à droite

0 1 1 0 le moteur tourne à gauche

0 0 0 0 le tourne librement
0 1 0 1 le moteur freine
1 0 1 0 le moteur freine

Figure 6 : Fonctionnement de pont en H

Figure 7 : Le moteur tourne à droite

46 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
Figure 8 : Le moteur tourne à gauche

II.4-Configuration de PIC16F877 :
Dans la mode de modulation de largeur d’impulsion, la broche CCPX
produit jusqu’à une résolution de 10-bits sortie PWM.Depuis la broche PC1
est multiplixé avec le verrouillage de données PORTC ,le TRISC <2> bit
doit etre autorisé à faire la broche CCP1 une sortie.

Figure 9 : Diagramme de PWM

47 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
Générer un signal PWM sinus:
La génération d’un signal MLI(PWM) se fait en deux temps :

 On utilise un compteur qui va compter du 0 jusqu’à 225.

 On compare en permanence la valeur du compteur à une valeur


variable qui permet de donner un rapport cyclique variable.

Etapes à suivre pour générer ce signal:


1.Configuration des broches du port C correspondant à CCP1 en sortie
par écriture dans le registre TRISC.

2.Initialisation de CCPxCON = 0 .Et TMR2 = 0.

3.Ecriture dans le registre PR2 afin d’établir la période.

4.Ecriture dans le CCPxCON afin de configurer le mode PWM à l’aide


des bits CCPxY et CCPxX.

48 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
Figure 10 : Table de configuration CCPxCON

Configuration de CCPxCON :
Les bits 2 et 3 de mode du registre CCPxON (x=1 ou 2)
doivent etre configurés à 1 pour etre en mode PWM

49 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
III-Etudes des composants :

III.1-Choix de l’interrupteur électronique :


L’interrupteur électronique qui doit réaliser la fonction est soumis à une
contrainte de tension est par une contrainte du courant ,il existe de
multiples interrupteurs électroniques et il est bien de choisir le meilleur
interrupteur,citons les 2 plus courants.

Transistor :
Il possède également une troisième broche, comme le thyristor. Mais,
contrairement à ce dernier, cette troisième broche appelée "base" permet
non seulement de débloquer le transistor (tension base - émetteur de l'ordre
de 0,7 V) mais aussi de le bloquer (tension base - émetteur nulle).

Thyristor :
Il possède une troisième électrode (broche) appelée gâchette et qui permet
de le débloquer. Il reste donc bloqué si l'opérateur n'agit pas sur la gachette
(tension positive entre gâchette et cathode sous forme d'impulsions répétées
de 1 V crête environ). Une tension Vk positive peut donc se développer à
ses bornes, contrairement à ce qui était observé avec une diode, lorsque le
thyristor est bloqué.
De facon générale,ily a deux principaux types d’onduleurs , les onduleurs
monophasés et les ondulerus triphasé .En faite,pour chaque type on peut
utiliser soient : MOSFET ou BJT comme des interrupteurs de commande
selon l’application désiré.

Opto-coupleur :
Un opto-coupleur est un dispositif composé de deux de deux éléments
électriquement indépendant ( isolation galvanique),mais optiquement
couplés,à l’intérieur d’une isolation enveloppe,parfaitement étanche.

50 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
Figure 11 : Caractéristique de opto-coupleur

III.2-Le microcontroleur PIC 16F877 :


C’est un microcontroleur de la société Micro chip. 16= Famille Mid-
Range :

Désigne une des familles des microcontroleurs 8 bits. F = mémoire de


programme de type type Flash (et donc teprogrammable).

 Un jeu d’instructions 35 instructions

 Vitesse d’horloge max 20 MHZ

 Interruptions 16 sources

 Mémoire de programme 8192 mots

 RAM 368 octets

 EEPROM 252 octets

 Entrées/Sorties 33 (5ports)

 PMW 2

 Timer/Compteur 3

 Convertisseur ADC oui

51 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
IV-Simulation de shéma électrique sur PROTEUS ISIS :
Pour la simulation du shéma électrique,on utilise le logiciel PROTEUS
ISIS 7 Professionnelle version 7.10 SP0,est principalement connu par
l’édition des shémas électriques.D’une facon ,ISIS permet de simuler les
shémas aussi.

IV.1-L’édition de schéma électrique :


Tout d’abord on va choisir les composants sur le logiciel ISIS PROTEUS :

Figure 12 : Composants électroniques sur ISIS

52 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
IV.2-Shéma de système :

Figure 13 : Shéma de système ISIS

IV.3-Simulation de schéma ISIS :


Après la sélection des composants adéquats et la réalisation complète de
schéma, nous arrivons à l’étape cruciale c’est la simulation de schéma :

53 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
Figure 14 : Simulation signal MLI sinus sur ISIS

IV.4-La simulation globale de circuit sur PROTEUS ISIS :

Figure 15 : Test signal MLI 1

54 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
Figure 16 : Test signal MLI 2

V-Le coût de projet :


Le coût de notre projet est = 83 MAD
Les composants électriques nécessaires sont :

 TRANSISTOR MOSFET IRF9630 CHANNEL-P


 THYRISTOR MOSFET IRF630 CHANNEL-N
 OPTOCOUPLEUR 4N25
 LED Vert
 LED Rouge

 Résistance 10 kΩ

 Résistance 220 Ω

 Les fils électriques de liaison

55 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
Figure 17 : Les composants électriques

 CONCLUSION

La technologie des onduleurs repose sur un principe électronique simple de


conversion de l’énergie électrique. Cette technologie devient, en réalité, de
plus en plus complexe au fur et à mesure des avancées technologiques et
des innovations qui lui sont apportées.

56 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
Conclusion générale

Nous pouvons dire que nous avons été très interessés par
le sujet et que nous serions heureux de poursuivre les
recherches sur les microcontrôleurs.La gestion des
membres et la répartition des tâches a aussi été un
apprentissage qui nous a été bénéfique. Nous regrettons
cependant d'avoir parfois été bloqués à certaines étapes de
la fabrication de la carte pour des raisons telles que le
délai de réalisation.

57 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877
Webographie

 http://www.ecus.fr/comprendre/technologie/comment-choisir-
onduleur

 http://www.chimix.com/an12/bac12/sti4.html

 http://jmandon.free.fr/PWM/pwm.htm

 http://fabrice.sincere.pagesperso-orange.fr/electrotechnique.htm

 http://missiontice.ac-
besancon.fr/sciences_physiques/physique_appliquee/simulation/
onduleur_autonome/cde_decalee.htm

 fltsi.fr/files/article/2418/ONDULEUR-2012.pdf

 petitjeand.free.fr/docs/tge/cours%20onduleur.pdf

 tolza.univ-tln.fr/pages/geii/et3/cm/S3_ET3_CM3_Onduleurs.doc

58 Réalisation d’un onduleur monophasé autonome commandé par PIC


16F877