You are on page 1of 126

Ahmed DEEDAT

EL-QOR'AN
Le miracle uldme
Ahmed DE EDAT

EL-QOR'AN
Le miracle ultime

T r-.tduit de l'anglais par


M. C. Belamine

Edataon> CHAMA/ ALPHABETA


(:• Edsti(~n-!> Cl l.\:0.1. \/. \l.Pf-1"1\ ar·1·\
'll)~nH:Jnm Pi~:m:Tlmlx.mü ~511 1 1 P;tn&
lc.·I :HI ..J". :)7 riH(d 1•:~" Hl n=.-(.H ";'t;

l!'tO'\. :! fJ Il al~:' H2. 2


Dcp..l lcii,<-~1: l-é-\nt>t·2fl(ll l
Avant-propos

(,1 llamdou Lillah, Gloin: a cdut :IU<jttd les


mctll~:urs auribut' ct plus beau" noms
comwmwnt. Gloire il la tnaJ<'''~ tlu Tom pw"ant
<Jlll mc pcnnct aujourd'hw J~ prt·st·nter au lecteur
francophone cette moc.lcstc traduction J 'un
tr:tvail unportant. Car en fau, c'est un cravail
unpnnant accompu par \hmcc.l DeeJat, dcwnu
un dt·s plus grands sp<·ctaltstcs de rhéolo~ic
COIOJ}A<éc c.lu :O.!onc.le i\lu.,ufman.

(".., spêctaltst,· n'est plus a prcscntt·r tant il feU\ re


pour une mttllcurc conna~<sancc <k l't<lam dans
le mnnc.lc occiJr:mal. fo ml:uu pour cela le Centre
dt• Propnr;a r10n 1slamtq uc (Il' Cl) à Durban. wn
lieu d e r.:sidence en ·\fn<J.lll' du :--uJ, délinant
conference sur confere ne~ ,, ml\ crs le monde,
tout en rein a nt k defi c.lcs Jébats face au"
spécialtsres c.lu monde jud~o t·hri:ut·n.
\hmniDenlnl n'est p~s <Jll" cd a pui~qu'il laisse
c..lc:s 1 races Je son unn,ensc o;:.l\'olr en ll1ill i(·rt' d~
teligu>n à travers les nomh t·c:us'" puhlicatium.
eJuées pnr son Centre Jonr «" 1/-{!m·~m. lht•llllilllalt'
111imde », titre ori?;inal Je: la uaJuction yuc: vous
tc.;ncz entre \ ""O$ n1ains.
T'raJuire c\::::r tt~l ht r~ <.h~('nt lt>~ inüit"'nS . Pou.rtanc.
j'ai essayé, ma~>t·C: l'c"1rême Jifficulté, tk rc:;tcr
fidèle au verbe Jyna.tni<JUC Je l'auteur yui s ':tdr<:ssc
plus à un audiroire <1u'i1 un lectorat. Sans doute
l'habitude des conférences et débats.
(~unnl ; 1~ traduction de~ écrintres saintes~ si
pour les pa::;~agçs bibhtp.Jes hl \·crsinn urilisét:- eH la
(( Nouvdlt r ' rrJÎOII .rfC()/1(/ Rù-i.rir )) éditée par
1'.\lliance Biblique 1-mversc lle ._.,, 1 1)80, les
nombreux 'c:rsecs curanH.JUC::S ont nécess ité ln
consultatio n dt· dm] traducti<Jns différentes
doublc:cs d'un effort personnel pour cerrams
détail~. CcpenJant, hl version dt> base uùliséc: fur
ceUe de D. l\·I asson éditée en 1985 pa.r Dar AI-
Kit:lb Allubnani. Les au1rcs furent ce lle s de
Kasimirski (Garnier-Flammarion 1970), Je
f\ lu h:lmm:td l-lamiclullah, NouYelle Edirion
Î.on;g.:·c: <'l t\uj!;menrée (t\mana Curpurauon
7

1'JR'J) , du Dr :-a !ah l ~ddtnt' Kechnd (Dar El


(;h;lrh 1 1 )<lam 1985) et de Cheik~ Bouh;ol..<·ur
H;ulva ' 1 '\. \(, 191<9).
PUI"<: t<:l c.:ffon ùe traùucnon \ ous pennt'ttrt•

de '""" k< nu:1nces du message d~ l'aut.:ur ct c.:


Lravai) n"nura pal' l'1l· \·•un !
·• ... Scipne ur 1 Ne 110us dens p11s rip m :ur
c/c.• rw.~ ouhiis ov de no.<; erre ur!.· <f.

1\lohammnl Chems-Eddine Aclamint•


1
Re merciemem

pmpr<: ~ryl.: ~t <:n roui<.: htnndirO:·. pris ln !ibert<'


J'urih,cr le irLtit d~~ recherd'<' ;.ciemitiyue~ dll
;.tr.md <en·!teur de l'l•lrun •ru'<·>t te Dr RashaJ
J..: hHhf,l
Pr.,t(,nc.lènlctlt èunt t't H•u<."hl· :1pre .. (tn)ir éruùi~
~on 1r:waL1, i'm pti5la J(;ci~inn Jc:- Jé1l\ rer un cenain
n•unbn; de conférenCe':-' ~ t.Jc:~· :!~'~ •u1 ,-:, n:''tr~inr:-.
~~ :1u ph1o; lnrge public.
Ccr dfort d'éCl'irur.: t'>L 1t: p mlung<'l1l<:nt d ~
mun /~ker de mrm emhousia<m, 1\ ru urili<é en
tolH< lihcné les iniomrorion:. du Dr ".bahia <:1 t:n
c:~ruun~ c;·udroi~. j'aJ reproduu Ulh.:gralC"tn~nr 't: ....

propn> éloquèm < poUl' a·~'<1Ïr p~s 'u trou\ c~ d..-


m.-illeut'<"> l'Spre;;:;irom<.
P ui >"C D ieu acc<.:pt~r le< cfforr.• de- '<:'
:-::~rY irt.•ul'~.

:\min.-
\hme.t DenL1t
1
CHAl>JTRE 1

AUX SOURCES OU
COMMENCEMENT

Depu1:-- le-. rt:lnp:' mlll1~11l·.~n.tu,, tl c:-~r un tran


conm1un ~ l'n;pt·ce lnunatnc. 1.ptt' 11 1Uh:'~ le:> foi~
IJU'arparur un Guid~ de Oi~u ~ tin dr rt·orienrer
rhUin:tnlr~ \ 't'CS la Yulont.: l'( h_: d c:-.:-t.'lll dt' :;-.on
C rémcur, au lieu J'accep ter k bitn fonJé Ju
. le:. homme~ dc:mandl-rl·:u de ... .prt"un:•s
mc:o-!'o:l~otc:.
'tt mat urdlc, ~ cc:< homme> Je Otc:u.
\ titrt> J'ex.-mpl.-. lor><JUc: .J•·>u,-Chn>t
cc >mm~nç:t a prêcher la hntull pa mie J sc '" pcupk
- le> c:nfanr> d'l$t':lël - dan> lt> bur de s'amender.
d'an·t·u:-r dl' :-:'adonnt'l' :lu t~anl:lli~mt· k-gHii!'tc c l
tk pu i 'n dans l'cs p L'Il d,., 1" i s <' r Je,
comnl~ndc:tw:nt.:; dc: Dieu. -.,on u pt:up; c ,, hu
..ll'lll:llll.b de... Jnlr;tde..; pour pumn.·r ....._., tloP•t J'.f f

4bonnc..: iut CnllUnc: rappunt· d:lah rE, an:.;ik J1..


1 •

:-.1 1\ l.olll ll<'ll ch:~pirrl' 12. vc"e~>' ."18 cr 39: «alors


tJ"' !.t"' r 1111t tlr.t ,f,·ri/~.r ~/ d~s PIJuiÙÙII.c prirrlll /t1 ptuv/t'
d ,/,)•If! : ,\1,,/trr. 1/0II.c roudriOJJS l'OÎr 1111 s{f!.llt' 1/~ /tJ

t•·uf. 11/mr n'f>tnlflit : l 11/t .~éuhutio11 mtllll~li.rr rf llflllllùl'


mho·n·hr 1111 .<(~11r, il 11r lui .rera douui d(mff~ .f(~llf 111r

'"'"' du l'mphi:lr )o11a.r » "·


1\ rH\,.' ITl i \TC VUC, jJ t:t.::: f1,1~C d ' ac...\..i:dt"t à lc1.11"
d l'll1and f: , ITI:li~ no u~ appren o rl $ p ar le~ réc i r~
t:Vnngl: Ji lJllCl'i '-Jll'c n t~lj t-Î l aCCOI'Yl.pli~t-~ait p)u:•iÏCur:o;
rnirnd l·~.

l.a Bible rcl{orgc d'évén ement$ >urnature ls


:111 ri hués aux Prophètes par leur Seigneur. F. n

réahté tous cc!" (( sig:nc..'i »,« merveilles» ct« miracles


" étaiem des actes de Dieu, étant donnés <1u'ils
i-taicnt réa1i ~és à tr:.,~cr~ ses agent$. nu s les
décriron> comme étant les miracles de Moïse ou
dl' .Jésus ).!;nice auxyuds ils étaicm accomp lis.
i\!ohammaù (c1uc la pai x soit s ur Lui), le
l'rophèn: de Dieu, n~<Jlli t q uekruc six :<iècl":< ~pri·s
_ll·:<us, à ln McC<JliC e n Arabie. qunnù il eut annoncé
sa n1i :;:-;ion ~ J'ftp;c ùc '-JUa ran re an~. ~c!\ concitoyen:-;

i 1) 1 c "lllt'l t \ • "IUt' tl.m.. t:t'' ' t'f't·t.., ._....( l:t~t'Ult'nf Jt..,c:utl' p.arl\autt·ut
,1.,,, 111 Il' ~alli•-. Jlll•ll "' •nf 1•. 1110: C:"'l : .. Qml il.,/ 1- ~("' tlt }"" '' ~ ...
1I./Qor·(l/1. l....f mirmlt lfiiÏI!tt

firent une re<JUê te iden tique de miracles comme


cel.le <JUe fit le peuple de Jésus à leur Messie promis.

~ Os dirent si seulen1ent des signes, venus de


son Seigneur, étaient descendus sur lui ! Îl'
(!':tint <.) or':m: ~ou r:u ..· 29, \ '~:rJ'.c.·t, 50)

Voici la cendance générale de leur dem ande .


En ter mes sp éci fiq ues , ils dem andèrent que
Moh amrnad pose un e échelle droite vers le ciel et
fasse descendre un livre de Dieu devant leurs yem:
- « r\lor~, nous c roirons >>- clin:·n c-il~. ( ) u . «Vois-
tu la 1110ntagne là-bas, transforme l'en or. Alors,
nous croirons » o u « Fais q ue des je[S d'eau
jaillissen t du désert. Alor~, no u:-:. croirons )).
Ecoutez l es tend res et d oux propos d e
Mohanm1ad devant le.s d emand es sceptiques et
irraisonn ables. - « Vo11.< di.r:Je q11ejc .mis vfrita/J/c/1/e!II
1111 t!IJ.'!,C ? Vo11.r disjc q11'ily " v~liltJblclllmf Clllre /liU

III(IÎII.< lc.r trésors de Dim ? }r 11c.faù qm 111e .-onfomm· ti

<e fJIIÎ 171 'est titJélé ». Ecoutez en o utre la plus digne


11 1/1/1/( tl 1>t'lill/

n ·plu.J• u: 'l'" hu C:'l recc nnrn-andl·c par .... n1 !'t.·a~ne.:ur


a '"l' •lllh.· t au' lncréduJc~ :

~ \ ~ , -
.;..,;!:, ill 1 ~ ..:,~'j '
- -
<~ Dis : << Lc8 s~t:nes n'uppurtiennent (/11~4
Dieu ; c t je ne suis qu'un :tve rti:;:;;eu r
explicite » ,,_

Dam Il- n:rst·t suÎ\':lm, k ;o;ainl l' roph~·u: 1:~1


H.· nu dl· :o.t.· n:férer au (~or,an Coinlnl· t..:tanr la
r<'pwhc it leur dl'manJ,. h~-pocritc dt· « :->tgnt·s »
ou (( 1111rad4."s )• d'un cc:rrain rypt". Leur ttlcntalul·
dt· p•tÎl'll l':-r.t accroch.:c: à ct: ryp .: cJ~ rt'-lul~a t·. Vo\TI'

Ll a·l·pnn:o\c.· du (Jt •r'an !

i. Ou bi'' " '"' leur :1-t-il p:ts su/Ji q11t.' ou H


l.''·" "imt." d<'.çc:cndre sur toi (6 i\'lolwnun.td)

..._
' ' "• 1'

1. /11 ,. . ( f .'J l}ur ·.,,) CfUÎ k ·ur L'SI r écitt.= ? Il y :1


1. 1 . t .. ..:ur•., , , ., , ' "''-' nu:..;c.:ricorde ct un r:tppc/1

l'""r 1111 f" '"f,l<" CJIIÎ <:ro it ~-

1 l t· t " :11 r.tn ne..· nt :-: peuvent être :1\':tncé$ con1mc..·


l 'l c-H\ t dt· l'a 111 ori t~ di,i n c c t de la nacure lnÎ rnct..t-
lc·ll ··c d u ( )o r'a n :
'
1) <...•uc..· H Nous>> (D ieu 'J'out-Puissanl) vous
·'' ••Il' rc..~,·.:lé
l\· L ivre (( \'ous )>qui êtes rntnlcn1(,:nt
dJ, .,, ,.,.. l 1n Prophi:re « oumm.i ». Cdu.i <]Ui ne pn11
" ' ],,.,. 111 .:crir.:. Cdw yui ne peut mt:mc pa ~ écrin·
··•·•• prt •rrc "'un.
I .;II>MIIh à Thomas Carh·k · le """ Je
••·••u u~ncr de:' aptin1Jes scc,lairc~ de Î\(c)hammcc..l.
.. 1:11 '"" 111111~ tin-onsltiiJce l'on m doit poi111 oub!Jrr
•l" ï/ 11 'nif t/111'111/t iuslmdÙJII .•·mlaùr : dt /11 dw.rc tt"e
/ iw 1101111/IC .<tOftlfilé. pas rlr.1 ION/ ».
Ain~ i l'aun.:t lr Oi vi., (Di<' u Tour - Pui~~;ll1 1 )
l'l'l'li fit· la vén1dtC: de~ déccla rarion~ de 1\lohammnl

(2) 1 tin ph t' ~nmd <~ j1('11M'Ut":O: du .. it·dc.· p:t!i,.t:, "1111 c.· n 1K4! 1 tlt h\ t<l
n
unt• "t'nt- Je ,;unh•tt.'llH'" 'Ut' .. 1.<·.!< llt:ru~ c;l lt• t--uht• ...14-, 1h '"' ot 1" •
( ,,.,, po f"" u~ulr (11<tt Il ,.,f(/'ç ( ku.q..,).
llo

'1''.'''"' puo jam:Jb n:<hg.:r le Saint Qor'an, yu'tlow


j'Ill 4,'11 l·1rc: raU[t'Uf.

' '
.4. <> . 11..'11 (...,\]" ':1 1.)1 .•1- , ' .
~ r-:-- . J . --·

~ Tu ne récitais aucun livrt.• :Jvflnt celui-ci;


fit n 'en tr:tçais :w cun de t t l ITmin (droite);
lc:s Imposteurs .9c livrc:nt donc à d es
hypnth ès,·s ~-
r:'.u•u tJ•...·.,.,: Sour:ttc 1'J. \ ' t·r-..c· l ·IK)

1 (~uc :.tohanuneJ <·ur éré un homme insm.oir,


<lu'il fUI capable Je lire ou J'écrir.: er rous le,
h,l\ a rd~ dt:z.; souk:; auraicnl t·u t)ut·lyucs rmsuns
.J,. douter de sa p awlc aftirmam yue le <~ot·'an
"' ' la pawle de Dieu.
l.l.'.:o: i n si n urHi on~ dc :-ocs c n nt·tnl~ au rau:~n r J'Hl
I'H ' 't..' l' d 'un puid~, :-;l 1\ lu hm1·unad ilY:·l i l C:·té un lt.: n •·l-.
1 1~ :tUI':'llt'lll p u avant:t·r· ljU'il ~ coptt- son L i\ Tt' (El
1 t, •r'.m) >ttr les .Juif<,., 1,., Ch ré liens. 'ltt'il a 0:-rudié
\11 ,t ot.._. t•t Platon~ n u lJ U.al a •·écoltl· :-:: c ...
t J•' 1 .
"

"d .. llntllootl d, l.1 •• lora h •)~ du (< Z HhnUI' ,. l 'l dl'


1 l11 1d .. 1 " '·lllh ~ 'lu'il rail disullé Jan!'\ un Janxn~c
• ''·''''" ••• \1 •• ,, ....., \:l llllt.'UX aurntcnr pu n1ar<1tu..:r
"" , ... u,, !\l.n' rnl·n1l' le..· n'loinùrè poinr :t étC:
t lll tïdll .1 l"u~e. •n..luk c..· t au <.:ynk1ue: un po int pa~
I IWII W ~.11 t11~:Hlt pour )' ~lCCroCher Ut1C l110UCh~!

'l ) .. 1,,. 1.1\'1'<: ? '' l )ui, le << Livrelui-même ,


>>

• • •n•••·n r ... c'' ' p n•prc Lérn< •ignage l JU'il es t d t.: IJ icu.
I ·.I H• IIt·/ I l · ;'.t )U~ n ' U11poxtc l JUel angle. ~cnucz le.

,~..,,,,, .• •ll t.'tl l' ..JCfie le:-: sce!pcic..Jue~:

.JJ, ;;- ..0.. ::,.. ~15- ')J ~r)Jt ~ J:;.~ ~~ ~


~ 1~ \!~1 .U IJ~Y

~Ne méditent-ils p :•s le Qo r':tn ? S'il


pro vcn :tit d 'un a utre que Dieu, ils y
tro u vcruie nt .5ûren7ent d e n o mbrcu.çcs
contmdictions ,

Pfl~ un sc.:ul autc..·ln· hLUnain ne peuc dc..·nl<.:un.·•·


fidèle.· à ~c;o;. cn..;l·Î~n\.'tnc:nt~ ptnùant vin~• cro1 ~ :tns.

'" lh111rtl 1>trdrtl

\ 11":1\ t.: r~ lt.·:.. v•c:l:-ositudt:s cr les conflit!" dt· la \ ' le:,

un lu •111n·u. nç 1•..:ul c:, iu:r dt· fa..irt" C.(Ud~r.ruc.· p:tn


..J..., l'otnpronus ou ù~ se contn.·c.üre. ul homnlt.'
Ill' J'H.' ll 1 Jl'l11cun:r toujours le mèn1e J!ln s s~s
" fl~"<'clw~ », à b diffc'rence du ml·ssage contl·nu
dm" k Sninr t~or'a n : aussi cohc'rl·nr el lidC:·Ic i\
lui lllt'l11l' toul au 1, •ng du linc. ( )u bien S<· p n 11 il
l ille les inc r~·d ulcs :{o i e n t t•n co n trad ic tion f! \ 'l'C
kur p r<•pre jugcm<.:nt ct l iLLe lem s objections soient
pur.. mcnr spécul:11ive~ ?
C: ha<lllc fois <Ille l'on demandait des m1rnclcs :i
1\lohammaù. 1~ Prophètl' ùe Dieu, il lui é tllit
reco>mm:mdC: d 'orienter le~ gens en ùirt:cuun d u
(~or'an 1\lcssage ùu plu' haUJ comm e écant
1
« le 1\liracl.., ». I.e miracle Je' miracle~ 1 ( )r k s
sa\'ancs, J..·s Ac:n s cultiYC::o; et hcunrnes J e leur..:s.
'-JliÏ é 1:\Ît·nt suffisaJnJnc.:nt honnê1·cs envers cus:-
n1l'n1l'S, on1 n.:con nu tt accepté le Qor'nn COil1111c..·
111 1 vé•·i1nhll' m irnclc. Comme le révè le le Sn inr

( Jor'm1 :

• •
l.oJ ~ 1

il
1')

1 ,,lf.i. '""' ·"' ,·ontruirc, des sipnc.o;


, ,,ft.,,... d .tll o.: 1<'... cn·urs de ceux :u1xquels
J., ... ·u ·u. ·c- . 1 , : , ,: donnée4 Seuls les injus rc:s
11Îcttl nos signes ? ·
1
CII API T RE Il

I'H 1•: t lVE SCIENTIFIQUE


li ES HI ·:V I~LATIONS QOR'ANIQUES

Il '''"l'' :.ujounl'hui d ans le monùt". cruelq ue


Und t t'UI~ 1ni llion~ de !Vfu!o>Uh11a11$ yui, sans }a
111· •llhln· 11\·~i t~Hi nn. reconnaiss~lll ~~ li~ le: Saint
cy. ,. ·.u l la (( Parole de Dieu )) c L qu'il est un
l':'l

" 1\111 .11 le "· l'our<Juoi ne le fcr:ti cnt-il~ pa~ alors


'1"'. u1i-1ne de:-; cnnc::n1is notoire~ Juj rendent
lu '"'"'"):c cu é~arù à sa namrc mtraculeuse. Le
,,., •·rend R. Bns,n>rth Smith dan~ son li He
.. .ll flhtlllllllllll et illtthtJIIritium » (,\luhallltd a11d
. \ l nhti!I!IIICdtniÙIJJ) est tl'avi:-: <.luc le (Jor't1 11 est « 1111

lllltw-lr dr purl'lé dt .<t)'le, de .l't(~r.r.rr 1'1 dr ràité >>. Un


.1111 re anj.\lais - 1\). A rberry - dans la prt-facc J e sa

1raduction Ju Sain t (~or'an déclare : « CbtHjllt.foi.t

qur1 'mtmds Ir Qoro11 psolmodii, je 111 Ï111a~i11r imllftllll


dr /t1 IIIIISÎrJIIt. l'llr-dtlà ft .tlol 1ft 111ilodir (jill 1 trollk Ir
Ort/k/1/fl/f f'c'/:1'/, l' fllll/ rfi111 /t/1/J/J(JIIr J i'JI/l'/!1/. ( ,(•.•'/ ~ Y)///1//l'
lt !J,t/ktl!t 'll/ de• IJ/1111 ,.,1111' •), L)an:-. ('t•:-. 11HII ~ çon1Jl1L'

dan!' k fl'' h ' d ...· -'~' préf.tce. lt.· ré' t·ruh.l r:ai:-:onnl·
Colllllll' un ~ l u!'ouln1an. p"urranr rl 11ll'Urt t:n
..:h n'·1 ic.: n.
l ' n rnoll't' Hriran ni 'luc. 1\ l. J\ l aron~dukc Pickthn ll ,

l d an:-. 1",1\ :tnt-p ropos ~ sa 1 nu.l ucrion du Sain1


<.2ur·~ut IL· dl·cnr c:n Ct:~ h.·nnt·$ : (( Cc/Ir fJIII/JÛOIIÎr
11/lllll!tl/J/r, ct~r snJJ.r rài1t1/Jir.r 'fiiÎ lrruuporftlll /c.r IJOII/11/l'.f
l 'li plnn;i ('/ t il l'XIa,rc• )), C l' l h on1n1e se t.:(Hl\Trtir :1.
l'i,; lam :1\':\ nt de oo:ad ui rc le (.!or'an . No u~ nt'
snmmt·s Ct'pt~ntlant pas l'Il mt:~ure de: ll' rifin si
le=-: t-·ff<.·c... du (~or':tn :-.ur ~a pc.·r-.onne prirc:tu
nai~sa n cc.· a '·anr ou nprC::- sa CCH1Vcr,aon. Peu
il nrorl t· . n1a i!" les S\' 11lf':H h i~;Hlt:-o t· t le~ hotl1111e~
de .son g'l ' llfl' :;\ •,tn;.; ic.: n l dl'\"an l l'ultinll..· J'é\'t:larion
dt· Dil'u, 1<· :-ainr (,lnr'an . L.., cnn<t·mpor:tins dl'
,\ Jnhamm:od 1 décdü,·no lle>tull- t'l \l:tJt•Sit:. Ils
' 1rc:nr t.bu..;; la tl~Jblc.·s:-;c.: d~: :-;un :•ppel ._,.r la n1n~nani
n liH.:· d t' so n nll'~~:lg:t.· k ~i.~nc t'l k .\laradt-- d 'u n
d wf·d'u·" ' l't' di,·in. IJ, ac.:c"l" ""t·n< donc J' Jsiam.
\ •• ·u~ n.·, lu Jl1lJl1:tg c:, c.·t tl'lllt ugn:1~c.·~~ l'u1cn'·duk·
~·1 k ,c.·c.·pt llfllt" Juouf ll lll' c~ nt.· .;:on t l.flll' dt·:-.
-.t ·f tltn1t n 1 ~ " Hhjl·ctJ{-... Plus lotn. ,f:..; :t\' •lltt'l'nllt Il('
1 '1••1. Ill. / J ni/Id /. lti{IIFH
-·..
1'·'· • ( llll lait r c ln languL· ar~lbc. <<.fe JJe 1•oi.r f>11.1' ,.,. qm•
l'otn /'tiJ'('~'- _/r /If /f',f.ffll.' J'll.r a : lfllt' l'iJtt.r />OIII't:( n'.flNIIÙ:
f ,ulllllc'lll fN11117UηJ,. Sfii'Oir tptt 1)t~ll rxiflr r i 'Jill' r "tsl
J.., " 1Jli rt"i 11 ifr /'/11.rpimfmr & <'t Jlln1Yill~lt.V llltSStlfl!
·' '"" 1:JI/'ff)'é t\ /QillJ!IIIJf(Jd. 1.r Qor{w ( » Il continue
.. 1• "'' ..-uù pa.r oppo.<r ,; la bw1111i tir .ra pbilo.rt•phir• .rtl/1
''''''l"r pmtiqut• ri -''' baule 1/lflmlili. Je .flli.r prit à Ir
• ""•, 1/rr : , \ lnlhlllllllttd itail 1111 ÛOI/111/t lti.J .rùut't'r tpli

n/11'11 ,; IÏIIIII/tlllili. polir SOli bn·ll·ilre. dt lrr.r IJC<IIIX


/ '" •>1>/e.r. ê.rpr11dmtl. œ ti quOi.Je 11e pmx .rou.roirr. ,. i:sl
·!''' l'flll.r A111.r11/111tiiiJ. rmt.r pritrlldez qne .roH 111r.r.rt~1!,e
!111 /ut ri1ili p11r //!If ïmtQritf .rllmlllllrrlle.. )).
\ cc g<=nrc c.lc m<=ntnliré >ympathi<JLIC, bien
'l".' " crédulc, l'autcu( Ju l.i,•rc (F.I <,2or'an) util1 ~e
d1 11t ..-cnrs rypc~ d'a rgtuïlt:JHS ~tfin de n!soud n.: ces
,J, , llt l'~ . Aux :H ht-e$ <:r nux n~nosiÎ tluc~, aux
' ' nic.1ucs cr au'\': :-ct:pliqucs <.JUÎ ont la connaÎ!'~ancc:
·,, •. _·nttl-Îtjue c:n abondanc e: c:l l)UÎ !'oC consiJl·rt·nr
• •1111 111c étnnr t.k:-o (( g:tnnrs intc:l1cclud!'- ))~ ll csr
· '' ''Jlli~<' C..J ll~l' n t'é:tlité il~ re:-\~en"lhlcn l à des «C n a m s >>
,,,houg:Jis. ·rd le pl·tit hnnunc <.JUÏ Joi r a\'oir c.·onnu
•tn .Jë,·c.:loppc..·tnt..·nt anor n1nJ c.lans Ul1l' c.Jir.:cuon
p :11·ncul ièrc: nu~ ~..lëpens de seo.; aurres capacttés.
( otnrnc une t.'·nom1c têr~..: ~u1· un corps cht~lif. I.e:
< rt•ai<'Ur Suprême <JliCStlonnc: cet homme de
sc.:u.·ncc.· ...
,\, :uu dl· ln':trrèr·cr; à la <.JUestion~ Jt: vouel mi~
"'ti$f~u·c ~ ma propre cmiosi1ê. « 1 ou.r. 1/QtUIIIr.t df
.<â(l!l'l: qui tll'tZ f/lf(/il f'a.rlrrJJJOIIIÙ N qui rtudil!'{ llllfrr
mtirrr.r à tmtV't:r !lOS f>11ÙSilltl.r ték.r,vpt'.r l'fil/IF/le .ri r•o11.r
.rt'r'TIIiez 1111 o!l;rt dall.f k1 j>mtme de /'QIJ~ lllflill. dite.r-IJioi
t'OIIIIIICIII limir•er.r a -t-il Jm
e.'.istct· (." Cet h om 111<: de
scicnct:, b ien t(llt' mantJUant Je pwfondcur spi ri
tucU.:, csr llGll nmoins le plus gé néreux à parmgc·r
son savnir. fi rérond pre~rem.-nt. " /Jim », corn -
mcnct'· f il, « f1 r 11 de a la tlcJ IIJillillrllt rlinmétJ. 1/flln•
IIIIÙ>:rs 11 'était qu ime .rmle 11/tl/ièrt q11mul 111/C " rifllmlr
tlfjla~nllioll •• (Ri_~ btii~P,} m .ro1t t~lltn la jit id11ttr til
111ÎI/it1'1 dt 1/IOHM/f.'\' f/IIÏ l'fi/hm! dmJ.r /011/ts lu dirt'dÎOII.f.
De œ .~n111d.fhmu lltli]Jltf 110tre :<J'Sièntt solaù~ !nul tYHIIlllt
kr .~ttlll.'.'lf.f. Or ltt111l do1!11i qu'il 11) a tJ/1<'111,. ri.rùtu11œ

dam l't.rpatr à a/Ir forttJ d'i111p1!1.riou or~~i11dlo .~éJIIIrir


par l'rxplo.ri011 iru/iale, le.r ftoile.r ri le.r pla//Ùio.r 1'0,~11<'111
dmu ll'lln odlilt•.r. Le 11oln est 1111 JJIIÎI•tJ:•· c11 ''·'-'firlll.•·ioll.
Le.r .wt!rt.vit.r .< 'lloi:~llclll tlt IIOJ/s de p!Ju m pl11.r l'itt•. 1:1
tftl.r {(Il rllc.r lllfCilldmll/ la 1>if•s.re de fa fltiiiÏff'l!, 1/0it.r lit

~'"t'I'YJII.r pllu tJJ Jlle.r11rrde lr.r tJ/J.rert'l'l' ti llfJIIJ'ttllt. t\'mtJ


tkm11.r mmtmùr dr JJJeillem,- rf pl11s .~nmd.r likrropu Ir
J t J,.,.·.111. 1.J· mimdt 11/ttme .• .

!'·"' '"f>~~lrmml po.rsi/Jie f!lill dëtu-dier le.r IJOn'Vi"' · .flllllll


" "" • IHfJitiiiiJ tir J"(J itT Ir l r cÛI J ~~~ /JJaJrbc ~>.

.. (!ullnd tiNI{· I' OII.f dù ollt'trl u l/e but oire


/,-_,:,·tllloirr ( n. Ocmandon::; nous. t< l\'011. tt ne JOJI/
/'•" ,~,., !t~mdts 11/tiÙ de.r fuit.r .rtùutijiqms ! •> réponJ
' " '' " ' :uni. « /) (u·,'Orrl, j'tiC<'ej>le le.r Jaits, po11r t•• Iflit 111
''" "'·''· mai.< tli.r-11/(}Î tlepui.r fJ"""d en tt.t· lll pris
o'""""''·'''"Cit ( » « Oep11ù hier sm/emeut!» répo nd-il.
l :""1"'"1tl' ~nnécs ne so nt << Cf1t'bicn> d~ns l'histoire
dt· l' humani té . Un A rabe illen:ré viv~nr dan s le
dt'w n 1-l-00 an~ plUIÙt ne pourrait jamais avoir
V• 111 ,. ('llnnnigsnnce ùe la « tiok11tt difoJgrtJtiott » ~r
<1<· .. l imÎI'tl:< t il r...ptllt.riou ». Lt: peut -il :> Demandons ·
" "" ' · « Nou. JIIIIIIIÙ !
répond-il avec beaucou p
»
d':o" " nm ce. Bien. alor.: écouœ ce que cet ho mme
di-.:ut :.t ,u~ l 'in~ptrarton de Dieu :

·~ I.e.~ incrédules n 'ont-ils pas ''" qne le.~


cù·11s ct /:1 terre formaient une nn•ssc
ctunp:tctc ? Nous les :uro n s ens uite
séparées ...~

,.,

~ E t c 'est lui qui a créé la nuit Cl le j o ur, le


, ·olcil Cl !tt lune; chacun vogu:m1 d ttns un

orbite. ?
(S.:unt<~ •r'w : !'woou.r,lh- 21 . \"••,...çf \l)

J c \'c)\~cz vous pas que ces n1ot$ vous érni~nr


:-:pêcialt"mcnr :tdrc:s:o;é:\, à vou~ hon1Jnc~ de science~
gt-ogrnp hcs, asrronome::-. y ui après a\'oir n~:1J i sé
d'é~c u1nanrt·s d écou ven es et le~ a v oi t' rapp on<; à
1
• 1'h lllna 11 ic ~. dcn1eu rez aus~i c<" aveug-le:-;. >' p ou t ne

• p :1s y u v oil' >"> le u r 1\urc:ur ? << .- ) }'(-'l' JttJS JtÙIIt'rl f'l !lfM
' t'lll'l'dfJj)(!'dit-.r, 1/t)ll.r J'IJrF//1/i!J' eJJ. IJ/e.fl/1'1! ti(JII/Jiit r la tlirinitl,
''"'/.1' q11i .r()IJ/ lr.r 1uilrer •>. Oh::air
n •r lllbtJrlf/tJÙë'.f
l'l mm:t ~ Carlyle. Où sur la rcrrc. pourrair un
' h •J ·.m. 1~ JJtùudt 11/IÎihe _,
''

• ou dut'f cur d e chalneaux dnn~ le dé!'err avn lr


.... lll·iiJi vos faits t.jU...'H<>-rze cetlt$ ans plurùr, ~inon
de · t •: lu i <.JUi a provo<.1ué la violente JéA1agnJtlon
le Il lll~··ll lt' ?
1:., , .• n1~ b iologi~tes
qui setnblt:% 1tvojr nl.Ï$ vos
de H!',l ~ ~lit toute vie orp;~a ni<.Juc::, ct ccpen.dant vou s
;1 \T / la térnérité J e renier l'existence Je la :-;ource

dt· •·\·Ife \'Ïc, qui e~r D ieu. Dite~-tnoi. ~elon votte


n·d wrdu.: tant van tt'"'· yudle e$t l'origine Jt: la vic; ?
' l'o 11 1 co1nrne so n co1np agnon de 5CÜ!ncc,
u l'uwn'·d ult:' >> ns.cron ome. lui aus~l conunence par
" /!"·"· i( J' u de re/a de.r millùml.( tl'a!ll!ieJ, Jo molièJ~
/IIÙIII/11'<' ""''·' la mer do!l!ltl !lt!Ùsrmce tilt protopla.rme.
1>,. rdni ,-i e.•'l t'tl/lie l'amibe. fit de cette jat{ge rlmu la
, ,.,. , .~·1 rtiiiiC lottfe chose t'ÙJallle. E 11 JoJ llJOI, ltJ11/e Pie
p mriml dl' la /JieT: Ce q~ti .r{~11ijùt de /'cmt! >>.
« 1'·' dq>uis quand savez-,·ous que tout cc qu•
vir P l'o\'ii,' IH de r ea u ? )) L;l répon~e t:!H la tnt·n1t '
'Jl lt' t'(' Il l· de: ~on ~uni J'astronornt..:, <<. th:J"'ù hil'r ».
« Aucu n horrune de savotr, aucu n philo~nphc o u
pc•(· l t· . n ';n1 r a i t p u <.lt.:vint~ r votn.· dt:.CCHIV<"rtt:
C.IWII«U'i'.\' :-.1~·dt.·~ p lutc\t. ()u bie n c.::-:t-n: pn='~ihk: ~· >>
Nc, f !T ) , Îc•lc•g:Ï ~ t t: est ~lll$$i C tlll v a incu \jll ~
l'u:-; rro•u m u:. c-< f\rJII, J(III!(Ii.r /))dit-il. Bien, écoute
ul•u·~ ccl ill c:l l n.'· Iii:-; du dt·s-.: rt :
2X

·~ l ;"t nom; :1vons <:réé, à partir d c l'cMt, ro ute


di(JSC viwmre. Ne croient-ils donc p tt.9 ? ~

Il n \ .:• t pa~ d ifficile de $C cendre comp1" <lue


c.:s p :, roks de I'Omniporent, l'Omniscie nt
C:rtiattmr lk I'U ni vas, éraient adn:ssécs il vo u~
hwnm"' de scie nce et du savnir, en réponse à
votr<· scepti cisme. Leur ,-érirauk imporrance
d<'passair l'imér.;t des habitants Ju Jé:<ert lJUaiOr/.c
" <·d es plu tÔI. L 'auteur csr en train Je raiMmner
avec vous, vous hurnm~$ de ~cience. CoJnn1el1[
pouvez vous ne pas croire en D ieu ? Vous dc.::vriez
\'· 1re l~s dcr11 ie.rs :\ nier $on ~xi~tenct: ~l c'·pcntlan r
vous C:1cs lt.:s p~:cnUers à Je faire! Qud cntl l vous a ~
ji am :inr ?
" ' au.~ bmanistes, zooln~;,'Ut:s ct php u.:icns lJui,
,., d.:·pir d e leur formidabl.: connaissance de la
n al un· dt'!' choS l'S, refuse:= n t d e rt:CtliHl:'lÎl r~
1 t t lm'i oJ. !.J' INJratle 11/time 29

1 ' ''"tence d'un ?\.l a itre Créateur. Laissons-les


ou ..diter les « propos » de i\-Iohan1maù, le porte-
l''" .,Jt. de Dieu.

~ {;Joire :1 cehli Qui a créé cous les couples :


de cc que f:lit pousser la terre et d'eux-
mên1es e r de ce clont ils n 'ont pHs
connaissance 9>
{Saine Q..J't"'an: :'tlllr.lrr '(), Vc-rwc J(,)

1,,., \'Crscrs de cc Livre de Dieu sont suffisam-


1111'111t·xplicitcs. Les exégète;; tlu Qnr'an voot·nt
d<'rroi·n· toute n ouvelle découv<:rtt: de l'hom.rnc la
l" "":oncc infaillible de Dieu. Ce sont ct·s << si!-\nt·s »
rt « tnil'!ldcs » du Seigneur Miséri cordi cu.x ct
( :h:ll ll'll l (,JUi Ct1 11lrÎbucnt à Ôter t'nus Jc:S doutes cC

it r.. rlllit·t· '" foi.


30 . JIJJJtuf 1>ttdtJI

~ ~~Ali ..:..t!'J ~1 .} ~! ,
i i .. # ... ... ,

~ ··· Il y :t certaineJnent 1:1 d es sig nes,


pour ceux qui save111. 9>

Quc:lle ironie du ~ott! C e ~om les geu~ du ~avoi o·


y ui ~on t, en fair, n:bcllc~. Leur rrt-s imp o rHonre
~<HM"tc tle con n}l is~a nce!' le:: n ).;O ntlé ù 'o rgucil.
I l~ mnnLJm·nr d e ct=tte hunùlitt' <JLU ,.a d e pai r avec
lt! \'érH~ blc san>ir.
CHAPITRE III

DELA P U RETE
DU SAIN T UVRE

Cc y ui n précédté, c'étaient des miracle~ dl'~ ti nés


a11x peuple~ Ju passé pui~é du Livre de Dieu le
:-.:11n! Qor'an -. Mais qu'rn est-il d'aujourd'hui ? ,\
" l'ère Je l:t puce miraculeu$e Ct de la m:tj!,IC
··l<'ctronique » - le~ ordinatetU'l'.-. « L'enfant du
, ...-veau de l'homme plutf>t <JUC de sa chair » 1 •
< ;r:tce à l'n rdinatcur. nous a\~ons Jécouvcn unt:
""u vl'l le facette du S:tint Qor'an. qui fair de cc
l .ll'rt' de Dieu lt: " Miracle ul time de la cr.:adon •>.
1.a p lus si m pit: dHinition d'un m iracle es r : un
'"'" au de li1 d u p ouvo ir humai n . Co mm en t·
pou von:-\ nou~ Uérnontrer à La satisfacti on de toul
;Il h~· c, t()ul n.~nosti'-JUe, tour chrétien cl 1nu1

t 1) \'"n filiN M~Hr. Ju 20 fC:•nier 1978.


32

commumsr.: yuc le Saint Qor'an t:>l bien la


véritable parole ùe Oieu, mor pour mot, cr <.tU ïl
en c~t le n1iracle JL~ miracles ? ou..; ;tuton.;; t. le~
convaincre par les sciences t"Xactc~, ).tr,ÎCc :tux
marhémnuquc~. car les matbémauqucs ne sont
jamais pnrrinlcs ct leur arrxait et leur lan~agc som
u r\Îvc.·t·~cls.

Pout· l:tr<· capa b le;: dl:' voir, se ntir, toucher ct


examine•· cc miracle du Qor'an, I'Américnin nu k,
Chinois, le: Russe, I'Airicain ou I'Asim:i<rue n'a pas
hcsoi n de connaître ou m:ùtriser ln lan).,''UC du
Qnr'an l'arabe •. Les seuls prérequis nêcc~~airc~
sont des yelL'I. pour voir er la faculté de comprcr
au moins jusqu'à 19 ( 10 plus 9).
Pnur apprécier pleinement le tout dernier
miracle, nous aurons à commencer p:tr le début
ùc la révél:t1ion <.tOr'aniguc. Nous savons que le
Qor'~ut. co1nmc nous J>avons aujnurd'hui, suit ce
<rui est :1ppelé, son ordre rraditionncl de numéro-
rati<)ll $ur instruction directe du S aint Prop hète
avant !'ion décès. f\1ais le Qor'an t"''a pa:-: été r~v(·Jé
sd<m Ccl ordre. Son ordre chronolo~Îl!liC C$t
dtfférenr. I.e Qor'an en entier tl'ét:lit révélé it
1\luhamm~ù 'luc petit it petit, ~elon sc> nécessité:<
( 1 1111 ',J/1. J ,J' JI/ÙiJd(> lflfi/1/f

' "'llh·din res ; crunme de$ << annonce:-: >> , dt·~


.. u• l •>nnarions d e dernière h eure>>? o u des« flas hes
d'lllfl• l'll Httions >>.
No us rappelleron~ son premier appel. Il .é tait
"'"" une )!:torce ~icuéc à q uckjue cinq kilomètres
11 u Nord Je:: la ville de l\'!ekk~h (lvlect]UC). C'était
le- ,.,"!',1-sep tièm e jou r tlu moi~ Je RamacU1an. JI
i·t:ut ;,).!..:· de quarante ans. li était allé à cette grotœ
,., ,lnll lt.' à ~on habitud e, {luelquefois seul ? 1nais
~ut t \'t· n l avc.::c sa fenun(! bien aimée K h adija (' JUe
1)h·u lui accorde St$ bénédicdons) « b Mère des
t't'"'""'""», pmu y rrouver 1:\ pai>: et pour m éJi tèr.
A < ,., ,,. <•ccasio n il émir seul. Tl eut m1e visio n
dnns l:tt)Uelle l't\ rchange Gabriel lui ordonna Je
li n· d:tns sa langue m aternelle,« l qm! >>'''· Lors d e
· )H pn·lllit'rt' visite de Gab riel, les c inq premi ers
\ll'l''<'ts <k la sou rate« El '/ 1/aq >>lui onr é té rtvélés.
;,.tt <· snnnHe es t l.a quarœ -vingt-$ti:tièmc du Saint
>t''an (voir le tab leau l , page .'16). Dieu a choisi
>lt:11111nad pour ê.tre ~on porre-parnl~:. Mais pour
' M u h:ll lHlla d ce n'étai t pas un e cé.rén1onie J e
rt'll"'·'· dv diplùme, il n'était pa~ prépare; it paœi.l

( l t 1 ,, P' ~· mi~·n• nh·(·lflti•m a éu~ lnljtt·c J..~ différent:-> P''int:-o de \'Uc tbn..::.
llfl h\ u · 1 1111 uu k .. ( .(' (/ft•' iu 8ihk r.'Ï / â {!lt){N)! <lt 1\liJI'tlllfll/t lff '' •
choc. il s'empressa de retourne.r chez lui ,·ers son
<ipousc b icn ·aimét', pour y chercher r<icnnfort
m oral et $Outicn. JI ~e sentit troublé e t d ésorienté.

T.-bleau 1 :
PREMIER APPEL ùE MOHAMMAD

f Au de Dieu, le plus Ch!rncnt, fe plus


r 10n1
MiséricordieuJt !>
~ Lis :1u aom de con Seigneur qui fi créé ! * Il a
cri:(: PhomLné d'un c :tiDot de s:1ng Lis f C:tr *
tOJJ seigneoresf le ph1s géJiéreux *Qui :1instruit
l'honune FUI n1oyen du Qalmn (La phune) * .Et
lui :1 enseigné ce qu'.i l ignore. ~
~;Ji nt t~or':111 : :-;~ IUt':tt~: 9Ci, n r~·1 t :'t 5)

C)t!l-:u~ n l l cs cÎn1.1 prcml <~rs vet'l'A".; Is dt• b ~ourMe <• E l '_.\ I:KJ »
rnainu•mmt le 96èm~ ç hapitrc: d u S~lm Qor':tn (IUt éf:liCOl
r~· vC:·lCs au Sl'linr Ptt)ph i:t~.: par 1',\ rch:m.g.: G:lbt'id lo)r:- tl~:
:-:oa pct·mih\: vh::ift'.
1 nt: foi~ Il' choc in i tial pa~~e, il médita le
11ws:-.agt· Jans ~c •n esprit. LI ne certaine s:lvcur et
11 11 an.lc:nt dl·~il' J'en savoir plu::-; naissaient en lul.
1 l u long n1nn1enr s'écoula avant qu'il ne:
, , ••un1cnça à parler ùe Di~u cl J'une vie plus êle\·ée
,., pit" noble. Les langues commc ncèrcnt il se
\k hc.:l'. Les ba\'al'd~ cotnn1enc~ rt:n l à În :-;inlll'r ((lie
t\f.,ham.maJ était «fou ou po~séJé». En réponse
:o , l"llt' accusauon lors de la Jcmuème visite Jc
( o.thrid - iJ lui fut réyé)é <jllcllJUCS \"Cû<CIS de plus
' l"' occupe maintenant le soixante-huitième
do:op itTt:: d u Sai o1t Qor'an , qui rep résente la sourate
u/ :/ (!t liOIII» ( voir z<m . tablcau, page 3!1). En
l"nl c.· ur-re.ncc. fl'lOn seu l souhair esr d'attirer
l':lllt·nrion Ju lecteur au Jcto.~ième verser de C<.:ttC
re·., l'latin n.

e Gr:ÎC<.'Il ho faveur d e ton Seigneur


T u n'es pas un possédé! 4
Tableau 2:
D E UXJ J:;ME REVELATI ON

N' m.·z "-l\ll' le: d.:u.xiC:Inc \'t'~t:l 'it_•nt


en l'é.p oO$ C' a WlC: f!C('U."l~lion

~ ~\ ' >J-" t
.1. _..::-:;::\\~IÎ-:,1,1.__
_ _ -;;;:~ l..
~ ~ t)"" .;,.. - ,.~ 'J"

~ Au nom de Dieu, le plus Clément, le plus


Jtlisérjcordicux 4>

~ No un p;~r IL' Q;~/:un (plumt-) ct p.•r ce qu'il,<


écrivent * Grâce n la ftureur d'· ton Seignt.·ur, Tu
n'cs pus un po.~sé dé ! *
U n e l'éC(Jinpc: nsc:
<.'l(C!tu p t t• de reproche Pest de.tuiné~.-· lù 111 / tud...· *
d'une trés ~:randc n 1'0rtllùé jt
( :S:licll (~,,r':m : ~ 1Ufôltt" (tl{, V~·rl't'tll 1 l4)

1
5
Dans ce vt:rset D ieu Tout-Pui~~ant rejette k~
a.·cusntions Jo:s ùétrac teurs. l'v1ohrun.nuoù était le
plus Saint e t lt: p lus Snge J es hommes, mais il est
<Ille habimde p ropre au g enre humain, qut: d e:

pn·nùre route vé.rité pour t m mensonge er rome


·<:•g~sse p our J e la folie. Son gnond prédéces~eur,
1<-:>us-Chri»t, n' a pas é té ext:mpt d t: par eilles
l-:d o1nn i e~ par ses en nc n1i s lul au~::'L N o us
t n •uYn11S ce qui snit enr.cgistJ·é dan$ ks évangiles
,·h r..:r.iens . " Pltt.riem'S d'eu1re-e11x tli.raie111: il a tilt démon;
Il,._. , ji111 : po11rq11oi !'tfcotliez-11otJs ?» Oean lü : 20).
l\ l.:·me ~es chers compagnons pen~aienr de temps
a :. u rœ (jlle Jésus (què la paix w ir su r lui) n'émir
1" " rour à fair Saint. « / 1 cette uourd/e, lu gm.r de .ra
j>,m·11t<! ,,ifll~nt pnur se sai.<ir de !tti cm· iLr tlisoimt : il a
J••·rdll le .reM. F.t les .wibeJ qui étaie111 tle.rtell{lll.f de
fim.ralull, dùwt: Béelzéblll (..'!atmt) e.rl Cf/ ltti; ,·'e.rt par
ft· f" inœ des dàllfJitS qtiÏI tYJti>'JC les détJifill.fi>. (l'vlarc 3 :
:.!1 22). Malg-ré ct:la t:t plusieurs au tres miracles
n··alis(·s nous :::-om.tn es in.fornH~!" - r( en rf/et. ses.frèn.•s
11o11 j>lus '" <>'f!_yaient pa.r t'II l11i o. (lean 7 : 5). Bi.en
hl'u reusetne nc, fvfo h~lmrn aJ l'l'a pa~ é té au~::d
1nak:hanceux. ~es premiers t:c plus fiùèles disciples

étaient !'CS plus proches et plu~ chers à ~l·~ veux,


cc:ux yui le connaissaient le mieux.
li c~t aC<Juis <JUC la seconde révélaunn (2<""
tablc:au. pa)!,e 38) était la. réponse à une accu~arinn.
\ 'int alors la t roisième visite de Gabriel, lmstJUC
i\ Jnhammad reçut les premiers vet"l'ets dc la soura te
« / ~/ N/(JIIZ'if"'""il >>. qui fait figure mnint t:llanr a LI
73\'11"' ~oura rc ùu ~a int Qor';m (voir y ·nw mblc:tu.
page 42). Ici je voudrais atti re r votre attentio n au
CÙl <Jui èl,-re vcrSr;:t lo rsy u<" le Tout-P uis,an t d it :

ot N o u s nUo ns re révéler tme p :u u lc d 'un


gr:wd poids ,.

Potll' Moham rn ad , l' h um b k sc:rv itcur du


:-;cignn ar, rou t ce qu i lui était révélé était bi cr1
im pn rl·ant ct ù'un grand p oid s. Mais l'auteur· de ln
révé l:n ion préparait réellement yuc k JU<: chos<:
J'extram·Jinairc it son 1\fcssagc:r.
1J Qnrim. 1, mimdl' 11/IÙ!If

LoN d~ la yuatrième 'cisiœ de Jibt;J alaibi 1: rra/mt


(ctr c'c>l nin>i que l'on no m me Gabriel) , il fut
,.;.,·éJé il noire Nabi (Prophète) piLL~ de ln mnuié
dt· la sou rare « /;/ ,\lotllltlatbtbir », le 7-1'"~ S(>Urarc
. lu Sa int Qor'an. D u v<:<rsct 1 au ,·erscr 30 (voir
1'"., tablc.::1u, p~t~C 43) ~'ttrrêt~~nt au ttCn tièn1c Vl'l"$l't :

-t Dix-neur so.m chargés d Y ''eiJJer ~

( :'csr la prcmtèrc fois (jusyu'à main rcnan r) yu'à


1\ lu h:unnlaÙ sont révélés auran r Je verset~ en
•n<·mc rcmps. Il a prit goü t à L1 sourate, pour ainsi
du·,.. c inq versets de la première r'"v.;lat ion
l""lu 'aux versets arreig na nr le c hiffre de l rcn rc.
S1 1:1 rév·él:uio n avait co ncinué à vi nAt-s ix nu rt·.:s
\TI'.:-.c.:ls de la snlU"fttc en l JUC:-\ll o n, le chapirrc.: :turait
l.' l t'· t•nn'lp ll·té . ~tni$ ( JabrlcJ s'arrêta au v~rsct tn:n tc

du 7 4' 1111• snura rc.


4Cl

Tabkau 3 :
TRO IS! EM E VlSITE DE GABR1EL

~ ~;i· •w"'
"' .-::;:;1\~1\ ~,1._._ _-;;-;~-'
""' ~·:) .,. ..,.. , ...
À
,
.:,. :,..Ji• JI ~ • ~ ~! j :i1• ~ • ~Ji• ~f-<1 4
.,.,, -<i..:.....w·
.......... v - . ·;u·'~î'b,
. ./ 13·· ...:1<.; ··!· ~· ,,
. ) J .• ) J 7'-.p
r- ~

f Au non1 de Dieu, le plus Clément_, le plus


Aflséricordù!ux f
6 rn1~ qui t'.ot cntrt:loppé (d-'un nJante:tu) • 1ïc:n~­
toi debout, en priëre, une partie dt: lu nuit "' lu
rnuitié ()li LIIJ peu Jnoins * Ou d :urantllf!L' c r
*
l'<.t<.·irc uvc..·c !min le Qor:1n Nou.-; allons te n,_:,,,vor
une p :u(}/t• d'un grnnd poid~.
~<) u \ t (~; . r'M1! ~ou r:uc 73. \ 't. r~ctJ<o 1 :l «.}
1:1 Q(,Jr'r111. 1.1" 1111n1r'h 11/limr 11

T ahle.a u 4:
Q ATRJEM E Vl SJTE D E GABRIEL

t' Au nom de Dieu, tc plu.~ Clément, le plus


M iséricordieux *
6 tui qui te blottis sous tes co~_~a erttJres • Lt.~vt:•­
toi C t :urc:nis 1 ~ Glorifie ton Seignt..,tlr 1 J/1 Purilit.:
teR vttt.:nll"IIIS! • Fui:~ l':•bomin:uion! • NL• donn,.•
pu..J en et~pértlllt rece-.toir ll:tv:uuu::c * Sol...·
puticru pour ton Sc:igne...ur 1
1. :1 ~< )ll l'rtlt", cc mdnue ;u~'-JlÙ\ll \'er:o:c-t '\()

l h\·.ncuf $fUJI clmrgés d'y •rcil/er


('-um (Je>r·~n · :-;.1\lnllc.>. 7 --1. \\·r!\Ct:- l :, ... t l '\c))
1
CHAPITRE IV

AU THENTIFICATION PAR LES


GEANTS DE LA LITTERATU RE

Un coup d'n:il rapide:: nu contexte du verset 30


(\'<JÎr 5'""' tableau, page 4(j.) mnmrc::ra <JU<:: ce verset
1'1 aussi tme rC:pome. Cest .:neon: une ~:Çpon~e à
" '"' autre aUégation. En premier, les incréd ules
,,.·cusèrcnt Mohammad Je « folie >>. l\faintenant,
'ny1ln t que, doucement t:nai~ sùretnent~ ]es gen~
n·1H >nd~\Ît: nt à *'cln appel ~ <.Ill~ certain~ ll1t"n1 bn":!.
.lt· leurs propre' familles commcncèn:nt it a.:<.:cpœr
lv message de Mohamn1ad er gu<: cettains d e:<
,., >nve rtis é taient des membres respecrables tk la
c :. )n·ununauté~ i)s ch angè~:ent leurs accuMtrions de
« fo lie >> à « :<nrcellerie ». Il s prétendaien r q ue

1\ lo h,unJTlHd par ses be lles récirarions d es Vt'rsers


(li >r'~nlc.tw::~, hyrnori~~lit mainrc;:na.nt les gcn~ (
. 1/mm/ 1)mf tl

Tableau 5:

• J"""'"" .i ~· 1.\.i. :,, •• :. • • • ~. l.l... ~· Jul )..


.• ,, 'J •.r . ; r >< r"-:' : . T

~·Jl • ):U -;, _;:; ~ • :,..L t; !w,;r ~ 1 • :,..L .y..:..L

~ Il a dit: 11Cc: n 1t:St qu·'une magie :1pprls(.' !"


• "Ct: n'es t que la pt1.role d'un n1ort,·/, .._je 'flÎS
Pe."tposcr JIU feu ardent * Cornnu~nt pourr.lis-tu
con1prt:ndrc ct: qu'est ce feu ardent ? • Il
:~né:llliÎI tout et n'épargtJe cù.· n * Il cl~t~()re le.-.
ruortcM. * Dlx ·nC'ufsont chargés d-'y veiller. ~

1
1~I~Qor'att. 11 mimrlt Ill/lill/'

.\ vnnt Je nous occuper Je cene nouvelle


.u.. cuz.::t tinn, lai!'\st:z-m <JÎ rncnriculnt.: r le té.mo ig nagc
de ' Ll1omas Carlyle q ui. c.lnn~ ~on Jiscnu~ précité
" 'r la défcn~e de Moham.1nAd, tHur.a ~ i joliment
1 ·~ lléh>-ation p aïenne : « 1•/J/.rffira/C/Jr rf de mattmi.re.foi
( 1'\1011. pa.r d11 /olft ! Ce .wmrrl rrr11r .ri.firl; bollillomuJIII,

JIIIJiilalll COll/Nif Jllrt gr11JJdt jmll'11l1Ùr dïdée, n'Ifail fUIS

·l·ltti rlim prutùl{~itotmr ».


1.cs païens sup erstiricm. Je la Mec<[UC qui nt·
" >tH ras ani,·és à comr n:ntlrc la ilin:ction divine,
,-,sayèn :nt d 'ex pliquer !<es cffcrs ex t raordinaires
·;,n· k~ v i ~:s des hommes e.t d~:~ femmes qui vivait'm
t ( •nunc de!\ anirnaux, en di s~u1 1 dt: cette influence,
'l" 'd le citair magique. Il~ é talent en fait le produit
.J,· leur tt<mps et Je leur époque :de leur ~;:nviron­
•u:•ncnr en somme.
l•:n ét udiant les verscrs dan~ leur contexte (voir
'>' " tableau, page 46) onu~ trouvo ns tJUe nnu $
'" nn~ ùéjà ùispo sé de ccrt<: ollégatinn J'incrédule~
c.·un lcnuc$ dart$ le verset 24, ~ Ce n,est qu,urJe
III:I{!ÎC t~pprise... , . Moi ~ l'a ll ~!f-tdon dans le verset·

2'i tk· !:1 sourate 74 esr )!;l"ave. ct le nul qui rongeait


[,., incr<'dulc< du temps de Mohamnud est l ou-
l' •ur' au:-\~i cour-an r, n1~1nc Jans le s csprils c.le:'
mni' Je l'Islam panni les non-i\lusu\rmms , incèrcs
cr charitable,.
Mt-mc Thonus Carl~le n'e$t pas ex.-mpt de
reproche. Cc mal persistant ou c.:Lte abcrrarion
c·.,,, J'Mtnhm:r ~ i\1ohammaJ la patcn!Ïl.; ùu
(~or'nn. ( )r, Mnh:un m aJ J éclarc c1 uc l'" p a rn les
du <..Jo r'an 1ui ~ont transnU~e:.; par j nt"pinuion . n1a i ~
1\: n n~·mi ù it :

~ Ce n 'est que la parole d'un mortel ! ~

1--:n .J':n,urcs ren 11c!\, l'in créc.hùc dit <.JUC c'é t:til
Mnhammn d , lui-mêm ..-, <l ui écrivait le (~or'a n .
C'..-st !toi <lui rnpporrt• ~e~ prop res p arol.-s pr<·u:n
d:o n t ' l"' dies émanenr Je Dicu : qu'il a fah ri<1ué le
Livn~. "lu'il Fa ccu1coc 1 ~. t.}u'lll'a in,·t'n tl·. Pc:u l ~· I re
a-1 il cnpié ;;on l .in·c - El t<or'an - dc·s j ui f~ cl dt·s
Chrt'tit· ns, sc >upçon nem -ils.
L~ i ~se?. - m o i pro poser tt ut:! que~ b ri liant~
hommages faits par Je s. c ririyues de I'J slam non-
Musulmans qui sont sc.iernmcnt o u inconsciem-
sn~nc- tonJbé$ d~t n ~ J'erreu r de c ro ire c1ue
MohamrnnJ a écrit le Qor'an :
1) Gibbon : le grand h istorien dam son Hùtoire
tilt dédi11 el de la d111/e de !'mtpire Romain (1776), donne
son avi~ sur l' l ~lam et Ee <.)or'an en ces cern1es :
« Le trt:rlo de A1obantmarl est déimé de.r .rtJspiciolls de
li1111/J{~IIiié, et le Qora11 e.<t 1111 titnoigllt{I!,C gloric11x de
limicité de Dim ». E t cep endan t cc gra11d homme
t':->.t tnnrt agn( )$tique !
2) Thomas Carlyle, un des plus grands penseurs
du siècle pas~é, dan s u.r bétv.r el le mlle des hùvs
s•ms la rubrique ... Le hé ro:; prophète», s'exclame
;, propos du message de l'vlohanunad : " La pr1mle
d'tm td bi'J'IIIJJC est 1111e V()ix q11i vie111 du tœllr de /ti
1/diiii'>J. U .f /)()IJJIIIC.f {ifC(III(et// el tfoiPe/1/ f'ét'OI!ter CO/JI/1/C

i/.r m le jemie11t potrr rie11 d'autre; tout le n:ste "'est que


J'ri!L e11 coJtlparai.rol! )>, En d'autre$ te rmes, <.<. l(lul Ir
~~.rlr 11'r:.rt tpte tl~ l'air t·haml, fJIIC dicbel e11 compm~JÙIJI!
de ,·c '}lie rel bo111/!le, i\1oha/II/1Jad, dit » - Ce grand
i'"nseur est m ort en ch rétien 1U1glican.
3) I.e: Kévérc:nd R. Bn>W()rth ~mith, un m"
siou n:.u re chrétien. dan:- 'on lh·rc J\lobaJIItJitul tl
:\/n!Jolllilt..-111<', c'$\ forcé dt- téanoi).!Ot'r à propos do:
f\'lnh:ttnmatl et Ju Qor':1 11 « 11/eltni lni-mêmt·, ,Wtèt~
'~'Jltd;/e
de lire et di'oire : il était trf>enrlcmt l't1111wr rli111
linr. qui est 1111 poème. "" tYJde de loi.r, 1111 lh•1t! de /'llièrr.r.
rf //!If Bi/Jir Ir toit! m 1111. :t Cl'
1 /_Jrrr: r.rt ririri ,; ''
jo11r par 1~ si.,ii!JN dr ln lil<t! tk pmrli
luiiNIIIIIt tYJifllllt

dr <l)'k dt St(f!,Ust el dt rififi. C:'ut Ir se11f 11timdr


rtl'fJIIIiqtli p,11· 1\ lolx1111111tld. son mimrlt itemel fllllllllr il
l'nppel!t:. Ut m ré,J!ùi, ,. 'u t 1111 111imde! "· Et cepcndanr
Tloswm1J1 ::imith esr mon Trinitaü~;;n.
4} 1,an'larrlne, l'hi :;torit!n franç(li$, Jan~ so n
1/i.rtoiN de f,, Turqnir résume $on maj;(nifi<JUC:
hommagt' a 1\lo hammaô en ces rennes:
« P!Jilruophr. oroftlll', 11p6trt, !i(iff,,ltllr, .~lltrrur,
tYJIUJIIfl'lllll ,/ïtlùs, resltlltrtllnll· tft t!Of!,!lle.r ru!ÙIIIIIrl.s. tl iut
mite .<tii/J i111a~cs
; jôndnleur de rmgt r111pilr.r /en-eslrrs rf
d'till t'lltJlin· spirilne/, roi/ti M(Jhmllllttld. A lotllr:.r /r.r
,:,.!Jrl!o oti l'o11 llltWII~-!tl .~mntle11r hlllllt!Ùie , qnq/ bo/1111/i'
jitt pl11s .,gnuul { 1>. l..an1anirw a r~·pc a1du à sa pi'O['t'l'
yt1c::.rion Jan~ ]a <.jtH.·:-.tion n1l·mc ct Ct'la pilr
Înlplic;ttion . '-Ju,il n'cxi:--tc aucun ht 1111m~ au!'~l
gr:md lJUt' lui ! Mohamm:od c" <en t'ffn k plu'

'
L.
~·,

gr:tnd ! E t cc:pc:ndanr ce noble Français c:~• morr


hn" du <a\'otUteme nr de l'i~l:tm.
5) .J ulc~ Ma~~erman, p~)·cha ~talrsre américain a,
' "" k ma).!;azin c: Tï111e du 15 juiUet 1974, dans sa
C:~)tHribution it une:: rubrique :-.pécialc ((, Oit .umt kt
!t·tidtr.r ( », conclu finalement ~cs recherches, après
.1\'oir analv~..: les différent s grands ho mmes d e
l'Histoire, par - « pmt-i!Jl' If p!tu ,(nmd !rttdrr de lou.r
f.·t lnllf'.< (/(.(Î/ o\J(}/;a"'JIIOI{ », SUffisam.mc:r!l élrnllg-t:
l'Il nllll lJUC: juif, il place son propre héros, le Sa.inr

Prophète 1\Ioi~e, « u n p rocht: s.:cond ». Jésus tt


1\oudJhn sont r<icllc.:mc •11 s u rclassés selon se s
ll11 1'111cs objt>ctivc:s (1).

li) 1\ l ichac: l H. H:H t, connu en rani


tl u'astronosne runéricain. hi :-.tol"ien ~r tnarh ~n1a-
11Cicn, 'ic:nt dt> publia un h\'re de 572 pages do m
J, titre est l...L.r 100 flll Ln /(}() pre111irrs ou Lu 100
f>ht.r .~mlill< d' /'1-/istoirt . . \ près ;woir analyse: k s
homm t:s (el les femme~) de l' l lj,,toirc depuis ,\Jam
:·, ne •:-: jours, il ~f)~crinnnc une centaine d'hornJ11t~S
p arm i les pl u~ inilucnt$ Je l' l li ~toire. Il place

1' Po oUI Cj ontuirn· .;,:a (:tt:l;llof11l ll ..npl'''' 3Uhl '(Ut• o( r..:udtm Je IIX' ..Uh'
•t11lt"tp.u n· pn •fc"""4.·1.tJ ,J,· I'mu\ c-r'"'iUt tlt· C h~.-~ •. (M"..._.t\" ~· l"cti·rc-t .1.1.1
Ir tt·f ( H/h /.1 /Ji/1/r-Jitdf''"f'''"Ji.. \ftJ.,~~or...,J.
50 i/1/1/ti/ l>m/,1

Mohnmmed au rao~ le plu~ éln·é de ~c~ cent~.


L\~tranp.t.· cho"c au !'ujct de !'a li~tc c'c.:~t ~u·11 n1cr
son propre Seiw1cur e( Sauveur, Jésus -Chrt~t. en
trOI~IèJllC pc>SÎIÏc U\.
Nou~ pnunions ajouter un certain nombre de
lwnièrcs no n mw<ulmancs telles Gco~c Bc rn:•r<.l
::->haw, John Dav enp<>t l, i\.faham1n G andhi cre ...,
yui ont ~tt! prodigues en homn1age~ à Mo ham -
mad. le très gra nd Messager de D ieu, dis:1111 ' luc
« AloiJ"niiJJtd était 1111 .r11r le 111illio11 », <JU' << il était le
piJJJ,WWtd /I(JIIII!IB dr /'1-lislllire >>, qu' « il a connu la plus
.~tt/1/t{e n'II.IJÎfl' dr lOt/lU fa perSOiltlli/ÎIÙ rrf(~ÎUI!U »,
yuc « j>elll-ilrt! 11 't.-..Ùiertt·l-il pas d't1111rn rollllllt l11i
po11r lolllr l'ilemili ! » Tout cela, et bien plu,, cH
rdlcmcm \'rai à propos de Mohammad. Ma•s tous
ces beaux hommages créen t aux l\lusulmans un
prnbli:mc. Pourquoi rous ce.< gens ne s.· conform<·nr-
ils donc pas aux enseignem ents de 1\loh amtnad,
pnt.U<Iuoi n'on t ~ils p~s ~1cc;epté l'i:::.IM11 ?
.J'ét:ti$ d'a vi~ q ue ces non-l'v[u~uhnan~ éH1icn t de~
h yp oC1'ÎIC$, ma i~ je le$ avais m al jugé~. En regard ùe
la route r~c..:nre découverte qor~ani ...p..te~ j't't i ch:u1gt:
m on opm H>n sur ces ~:rand' ho mme>. t> lrtlj.,'l'é l JLIC
certaine~ th:~ pcl'$flnnt:!'o !"U~-mt:ntionnC:c:-; a'·aicnr

;
placé 1\lohanunatl :wam leurs propres Prophl-tl''
<'1 ...:uitlcs, eUes n'éraicnr pas préparées à accepter

l'l'lam car au fond tic kur c~prit d lt:s croyaient


<JUC c'était l>lohaJn m atl lui mèmc l (Ui avait fondé

l'i:-da n1, \..lut: c·~ tair lu i l'au l t:'Ut: du ~o r'an. Ce rtni n:-o
d,· ces .:crivains le dit·e nt san~ am biguïté, tl'a un·,·~
(', Hll impliciremenr ùit , d'une 111a1·tit:rc plus subtile .
.\lais dan~ l'c::nscmblc. tout le monde s'accorde
:t t.•roirc yue la réussirc.= dt· t\ Lo h arnn1ad éta it à

uwttrc au compte d e son gé nie hwn:ùn.


L<! tou t dernier ,-cnu dans ce cat alogue d e
l.. uanflcur t·st Michael H. l ian. Après avoi r di r
' l"" l\1oham.m aù C:mi r l'ho mme lc p lus influent de
l'I l i~t nu·c - aussi bien d'un p oi nt de vue temporel
que religieux - il c,;saic ùc sc justifier Jans la
' • •nclusinn d~ son ~s:ti. Toue en le fai~anr, il ~nonce
tlain·ment . en page 19 do: son livre, cc <)Ut! d.-,·ait
l' l n· :-;a ntiso n incon sciente;: de ne:: pa s av o 1r
l'lnln·fls~é l 'i~laJn : <• pl11s t'llt'm'r:, il c·..;t Pautour t!f',f

\',riH/c.< fniiiii"CS ll/11.<111!11111/e.<, le Qrm111. 111/P tolleclioll de


,.,.,1aÎJI~.r rle.r r{fle.-..i orr.r rie A l fJfllllfllllrlrl q11i t't'tt! q11'cl/r.r
lnt.ftllt'fll tlirr:ck!JitWI n;J•ilff.f par ~JIIab '>>. Rc:ma n.Jucz
1,...,. ll10L~ dl !-,'l"aS: Jans cene cirnrinn (c Il est l'autour n
< 1 J:uh le munéro..::! pit" hnut l lwmas Carh 1.:.
· Jlwml /),.,/ni

<)Ut dit « La parole d e pareil bomn1e.. » <'l Jnn,


le nwn\cro 3, le R.;vécend Bosworth Smith, <lui
dit: " Il é mit ccpend:uu l'auteur d'un livre ... ••
(tou$ le$ n1ot~ en hr-r:ls dans ces ciralions :-:onr
m iens). \ 'oilà Jonc b mison pour lat)uellc ils n'ont
pas accepté l'islarn, la religion dt' D ie u, comme
.t\.lhth décl'i t l'n lléj.\arion dés in crédu les d :tM le
ve rset 25 Je ln soura te 74 -4i Ce n'est g u e fit
p :uole d 'u n m ortel }Il ; ce q ui s ign ifie yuc k
Q or'an est la « fabrication de l'hotru11t' » (se rt!Cér<·r
au 5"'" tableau, page 46) .

l
CHAPITRE V

DIX-NEUF SONT CHARGES


D 'Y VEILLER

En réponse il cerre faus!"c ~upposicion, l'auteur


( l)icu Tour-Puissan t) déli vre un terrible avcrri>-
M'Il1~nl f Je vais l'e;'(p()$,·t: :1~ fe~~ ,udent ! j>
{7-1: 26). Fai~ant su ivre l 'avcn i ~~t:me nt p>~r la
' l'lllcncc finale,

~ Dix-neuf S0/1( c lwrgés d'y veiller r


(S.Iinl (Juf'•m : !"t tUt:lft· 7...J, V cr:;ct :\(1)

En d'autre~ terme~. yuiconyue ~mel la fausse


.occu ~ation conrrc Je Sainr Prophète, qu 'il e~ t
l'au teur du Li \· re de Da:u, aura, entre autr<·s
rép<nl>c:-, le « d ix-neuf » <JUÎ lui ~emit impmé. 11
aur~• aulonlatk(ut·Jncnt à ren.ir comptt: liu ~< dix-
neuf ».

Q u 'est cc que cc « dix-neuf>> :>

No~ !J;L~nds commcntntcurs du pa~~l· onr fa ir


un cct:min no mbr<o Je ~uppo,:i rü•ns pnur cxpli<JUCI'
cc <J<~<' le « 19 » po uvait bien ~iv;nificr. Ct: naill~
dirent qu'il ~c réfé1·air :IlL'< 1') anv;t:> <Jlli j!;ardcront
le~ prisonniers d e l'enfer ; d 'a utre> dirent <JUC le
19 ~c mppormit aux 19 îaculté~ de l'homme.
d'autres encore qu'il représentait k s piliers c r
cotrunan<.lcmcnts de l'lsl:un (voir les commcn -
tam's Je .\bdullah Youssouf :\li cl 1\loubna
Daryab:tdi). 1\bi~ chaetm Je ces commcmtatcurs
t'Il finisz.;:1i1 :l\ "·c ~on hrJ"lOthC:se par l'expression,
« i\lt~i.r 11/flh t•.<l p/m .<rll'i/111 ». r\ucLUl d\·ux n'a êcC:
:1rroganc ou L1o~nlaJ Ï(._JUe dan~ St'S as~t::rtion~. !\ la1~
pour<JU<>i t\lbh e>t-il plus sava nt ? P"rc<· <JII<: nn1 re
Sainr l'roph~ I C , ., pas cxpli<Jllé la veri table implic:t-
tion dtt chi ffre dix n~uf. S'il l'ava it expli<Jllé, il n'y
al.l[~ll c:u ~ucunc:: r:u~on pour \'Hll~ d'~~sa) l ·r Ùc
th:vint•t'.
« Dix-neuf» c~l ~intpleJncnt un nomb re. Que
Sl~llfiair-il aux Arabes anmt la révéla rion ùu verser
l'tl <.1ue~lion ? Il ne signifiait rien moins lille « Jax -
neuf» (10 plus 9). Depui>< l'époque de sa révélauon
:1 aujourd'hui, quel autre sens le chiffre « 19 » a· t

il acquis en 1400 ann ées:> Rien ! Dix -neuf con tinue


;, n'êrr~ <lU" ùi'< -ncuf.. (1 0 plus 9).
Dans le~ hongucs d u rnonùc, certains non>brcs
co nn<)rcnt différentes choses, mis à p arr le ur
propre vakur munédquc. Le nombre « 786 >> en
<"S I un exe mple . Deman ùcz à n'irnporrc quel
<·nf~nl musulman d'.\frique du Suù cc que'' 786 »
<i~nific, cr il ,·ou~ répondra sans hésitation :

Cc <(Ui SÎ).;tufic : 4 .Au non1 de Dieu, le plus


d én1e nt1 l e plus tni.5érlcordie ux )>. Comment
(da a ·r-il pu sc faix<: ? Un e explication d érail lée <:sr
nt·ccs:;:l it·c. lté:-;l.H:née e n p eu dt: ntr>l ~, ll f~tlll ~nvnir
•1u'au" lettres dt· l'alphabet hébraïyue ec arnb<· sone
liée~ un<· v:olt:ur munérique rraùicio nndlc. Si le~
,·al<·ur~ numéri<1ucs de chaque l.:rue de cc vt:r~ct
~un! :tJJiriunnét·s. cela Jonn~rait un !OI:tl de
« 786 » ~~~ donc une foonc ou Îc mnuk abré~ét·
c.lu \ 'l'Nl'l c:i-ùe~sus.
F.n A friyuc du Sud, Jans cenaul<:$ cué •, la
nunlén>r:tLHul de~ appnnen1ents con1J11C:I1CC p:lr
1, 2. 3 ... c r npr<:' le 12 cd:.t va au 12 A. 14, 15 c1c ..
Pou r'cJuoi 12 1\ ? Pour<tuoi omcrtcnl i l~ k 13 ?
Vou' le tom l><<" ndrcz en sachan t <1u'il y a cl<:s gens
~urcr:-:riricux yui ne vivraien t pas au nun1c.!ro 13

ù'un appnrrcme ru. ca r ils con si d èren1 le 1.)


comme l-mnr un chiffre porram mnlch:111ce. '' '
yuc dm: alors Ju « vendredi 13 ? » Oh ! Cl'la
vouùrnu dire malchance sur malchance. Douhlc
Jnalchancl· ! F.n~utrc nous a\·ons c..lt..·s l''l\prcs~inn~
telle:-. 'lut• 1..robüètnc Degrê »~ s.ig-n_ifiant torture
t(

phpi<Ju<·. Et demanJ~z à n'imporlc yucl


évnngélisn lcur t<: <JU<.: « 666 » ,·cul Jir.-. Il vous
sem rt•pnnùu <1uc cc chjffre se rapporlc• :JLI «Signe
d<· 1'.\ ntéch t·isl ». Il ricm cc:tre itk'" de la Bible. r:.n
l ud<· <.-" t· au P:-lk istn n, si vous ~ouh•1 idcz fa ire: la
dc:.;cn pCion ù\1 11 (· p ersonne louc lll· , d ' u n
p icl, ['•lCI.<·r, J'u n 1ric: h cur ou d'un 'olcur
liUl'kon<.llu.·, rour ce l(Lll' vou~ auriez ù dire c.·\·!'r 1~
chiffre 121). c:or 1nus les pcrirs dêli1s sonl cmav.-rrs

..
1:'/ Qor'tm. Li: lltirnd.· ultimr ~7

p ar l' article 420 d u coJ e pén~d indi en <[ U t' lt:


P~1 küna n a aus:>i héri té. D'une tnan.iè re :>Ù11il~irt!
l'ou r le~ lanj(UCS du m o11de, il ex iste différents
,·hiffres <1 ui ont >tC<]UÎS d t:s significations autres
<[UC leurs pn.>pres valeur~ nurnériques .
N'es r- il pas érranp:e <luc;: malp:ré <JUC les
Musulma ns ont s ans cesse répérée <( di.-..:-1/el{/' JOli/
,/,arges dj !•ciller f , pend a nt 1400 années, aucnne
:-:Î}-.'11Îficarion seconùait'e ne s'e.:-;t ~c:ffC::t:.: à ce verset ?
<:~ chiffre « 1') » du Qor' an est resté inconuuniné
1<J restes toujours 19.
A partir du momnrt OLt ce nomb re a ü é donné 1
vn réponse l'accusarjon que « MoharnmaJ a écrit
l" Livre ». Son véritable auteur. Dieu Tout-
Pui~sant, savair ce <.JUe ce « 19 » représentait réel-
k m em. t-his si Mnh~unmaJ avait écrir le Qnr'an,
1
lui aussi aur~Lit ~a ns aucun doute :-.u ce Jonr il é tait'
\jll<:~tion.
Nous tenons pour fait vériJi<Jlle que le Qor'a n
1
esr b Parnle véritable:: de Dieu exprimée p ar la
j
bo uche de Mnh:unmad. C'e~l ce que le Prop hète
revendique t:1 c'est c.:- que le Qnr'an certifie.
58 r

f li ne parle pas sous l'empire de la passion *


C'est seulement une rér,élation qui lui a éré
inspirée * Le puiss;mr, le rorr, l'Archange
Gabriel/tt lui :1 [ait conrlflftre ,.J;,

Er il lui <:$ 1 cunstanunent rappelé ùo: ùiœ au"

~ Dis : 'Je ne s uis qu'un morre/ .<;embh1ble


:1 vous. Il m'est révélé que voue Dieu est un
Die u Unique... " ~
{Smm (,•ur•:t.n : ~·~ll.l h.' 1 ~. \ '._.r-:ll;'r 110).

Nou" auu"t'"sl\.(u..:.uln'l-ans recc111nai:-;:'on.to: ct crnyons


fcrmo:mem <JUC ~lohrunrnad n'~ rll écrit ni inwmé
un<., traittc >> rnot du Qoean. Cepcndantt accepton:-.
l

l
1:1 Qor'rm. 1.J 11/JIUrlt u/1!1!/t' C, •J

de di>Cutcr l'iù~e de sc~ criti<JUC~ amicaux. pcnùam


un mom e nt, cr ad mct u>n ~ 1'hypothèse f.JUC
" Moh:mu<lt:d a effectivemcm écrit le Livre >>. 11
nous scra l'rh facilem ent >1 isé de mon trer <.JUC << E l
t~, ,·'an » est le rn iraclc u ltimc dc la création, cr
ab~o1 umcnt au-ddà des capacités de l'<'sprir humain
d<· pouvoi r le concevoir.
P.n considérant al{cnri-.ement l'ordre chron olo -
'
1
1

gi<.luc de! l;l révélation qor':tnitllu:. nnus d~couvrons


<luc le ve rset 30 de la ,;our:Hc E/ i\loJtddalfllbir
(Soura te 74) .

~ D ix-IJe uf s ont ch:ugés d 'y veiUer f

érait k dernier \'ersct transmis à Mohammaù


prtr 1' r\rchang<' Gabriel Joors de sa <JLmtrième ' 'isite .
Ca h rid, e n observant <U1C p:lllsc ici, au lieu d e
don ner à tvloham.m ad le rcsrt des 26 versets de
ecr ie sourate- ce qui l'aurai t compl~ré - commença
io lut lt'lln:<mcttte le complément J<· la sout·arc 96,
la première ré,·élation. JI lui transmis 1-l autres
(,() lf,mf O tttf,lt
r
verset$. Lor~ dt: la pre_nUère vislrt: il n~èn rt:çur que:
cinq auxque ls 1-1 autr"s é t l1Î<"Ill maintt'n:\111
adjoints. comb ien dte voer~Ct$ cda f~i1 -il ? << Oix-
nc:uf » e~r la rép<>nH:. Comment cela ~c f:ùr-il
<tu'ûrunédiarcmcnt après avoir prononcé le mot
« dix -neuf» Jo: la précédente révé lation, un
chapitœ de J 9 \'CI"~CtS fut CompJ"té ? J .t: scep ti<JUe
répond ra pwbabkmcn r que c.- n '{· t "ir y ue put·e
coïncidence. Les coïnciw::nœs existent cffc<:Liv.:m cm.
Cda nou~ ù(·vun:o; l'aùn1enre. J\1ai ~ ~a,~iez-vnu~
qu<: le:; cin<t prc1111cr, ,·cr-;ct$ de la tolltt' première
rén!lation (96 : 1 5) ont Ï<<Stcmcnt 19 mm~ ?
Cela fair 19 x 1. Commènt cda s'<.:st-il pa%é ?
« C:oïncid<:ncc >> cncnrc :> Le nom bre de mots de
c~s vc:r:o>ets consi~ t c:nr ~n exactc111t'IH 76 lettrt:s,

lJUÎ est un mulnplt> de 1'>, c'est -à Jirt' 19 x 4 .


Comn1enr ct.·la s\: .. r ~îl passé ? (( Coïncadcncc >>. Ce
. 96'"'"'" chapitrt' ! ~i nous noLlS runu"'ion ... à con1pter
ill'~twt'r~ ckpui~ 1~ Jemier chapitre, 1 14, J l3, ll2,
1 1 l ct ~ün:ü de ~ui l c, nou!-' nou:-; rcndron~ cotnpte

1 ~tu\111c inis arrin~t' au c hapitre 96, il ùcv i..:nt k


J 19""'" chapitre ùcpui< la fin. Comment '" fair-il
yu<e le chapitre au.' 1? ,·erse!$ ~oit come.: en 19'"•
positi<>n à partir Je ln fm ? « Co"tnctd~nce >> es t la
seule répons..: \•alnbk-.
1~1 Qt1ri111. 1"' 111Îrt1dc Jti/Înll' Id

(.:/Uiconque doir écrin~ un livre. doit au préalabk


le for1nu lcr dans ~<u1 t:sprat. Personne.! ne peul
continudlemeot g-ribouiller pl!ndant p lus de deux
décade~ ct tmsui te le pr.é.scnrct' s:ms remaniement
~ou~ fom1c de livre. Si l\ 1nhrunJnaJ avait écrit le
Qor'an, il aurait été forcé J e formuler quclyucs
schéma~ pour lui-même, comme n'importe yu'dlc
aU[re P<'tl'onnc l'aurait fair. JI aurair donc eu à sc
Jin: (pour ainsi dire) que «jt J'OÙ ùrirr 1111 /ù·rr trrr
l'fJbtlltÙJtiiX. (.'dr~ "" ptrllffm 2 J tJflltÙJ de tnrl rit po11r
al'bertr œlle liicbe. ) 'o11rais ti dùùer le liure t l/ cbr~pi!JU
polll' m jùcilitcr l'éli/Ife el a11jùilv 11!/C rijfre'"'' ,ti.réc li
lllf.<dùtiplcs ». Et mainrcnant supposons <Ju 'il ~"
soi t déc idé pour ll.J chapit res. Pas 113 rù 115
mais 114. Pourquoi li.J ? J)arcc qu'il est un muhi plc
exact de 19... (19 X 6). 'a-t-il pas déclaré « }t
1'01/S dOIIt'I'UÎ tJUtL' di.Y-110!/ » à t.jU ICOn(JUe Jui

artribucra tt La paremiré du <,1or'an ? Comment $C


fait-il t.ju'il y ait 1 ') x 6 soit exact cmenr 1 14 chapi trc'
,J,m, le Qor'an ? Non·e cynique o u criûyue bien
Ji ~ posé aura cCHïli'YlC rc;pon~t: monoconc -
« Coïncidence » - !
N,a t il poinr (._l'au tre:-. n1ots dan s so n
W>cnbulairc pour expli<Iucr cc pht.'nnmène? Il n'en
···----....

n pa~ de route évidence 1 C't·s r cela 1~ mal yu i


ronge l'honïn1e. C hatlllt" foi~ 4u'il n,arrivc pas à
sorrir J'une impasse. tl $'mvcnte un terme )..-niCe
"u<.1uel tl leurre en se faisam cruire <1u'il a rt'ponùu
~.., :-. a ( fUCs t ion. 11 réfu~~it! de rri trc u 11 JTIOL l
1.'incrédule CSI dispo$é à f.'\ir~ la fausse accusation
yue « Mohammed a éctit le Livre •>, mai ~ il n'est
pa:; p réparé à accepter <rue 1400 ans plut(>! cet
enfant du désert iUerrré, sans papier et sans plume,
a Jû $u Îvrc un raisonncmt'nt mathéJnnLl<.IUt: en
produisant ~on livre.
Nous Wffilnt$ déjà rombés sur cin'l « coïnci-
t.lcnces ». F:t à parti du momenr où l'incrédule
n'est pa~ prêt à concédc•· que ~lohammnd " a pu
réaliser » cette impossibilit é, nous femns preuve
de générosité à son éh'a rd <.'Il faisanr abscrnctinn
de ces prt:cédentes (( coïncidences ». ous pouvons
nous pern1cttrc cette g~nérosiré. Nous ~ommes
ce penda nt d'accord a\'CC les anra,11;oni stc~ de
Mohammad <.1 u'il lui csr impos~ible d 'ê1re 1':1ute<.tr
du Qor'an ~ ur cetr<· b~sc:. Nou ~ mett rons
cependant l'accent 'ur la <rue~tion car l'cnncm.i
fair une a ll .:!\ation ma" n'e,t pa' p r<,tc à la
dé fend re.
-
1:1 Onr',m. J.1' 111i111dr ttftilllt'

Ami~ ou ennemi~ Je l'l~l:un, rou~ ~c rcjotgncnr


pour Jrre <luc MoharnmaJ .:rair un homme <k
paroi.:. F.r bren longtemps :l\'ant la rév.:l:uion. ~cs
compltrriotcs païens lui reconn:u%a nr de rrès
haure~ <1ualrtés lui nnr conféré la rrès haule cr
,-,wiahl.: désif~natinn tle « Cs Stidiq Et El / I/J/ÎIIt ».
Celui Q ui cie nt sc~ P m m csscs, l'H onnête, le) A>yal,
l' lmi:gt·e. ~i cet homme, tvlohammad, a die:
~ Dix- neuf sont cha rgés d'y veiller ~ qu i
signifie en d'aurrcs termes vous tiendrez cnmple
Je dix neuf; que lt: J1x-neuf ,-nus s"ra impo~é. Il
mertr~ effecrivcmcnt à t>xiicudon sa menace.
\'oyons dnnc jusqu'à quelles grandes mesures
i\lohan"Unad est ~upposé accomplir sa promcs~c.
Supposon> que 1\loh:unmeJ se soit tlir (?) que
« J1ltJ11 lin-r sm.1 1111 /it1r absol111ntlll 1111ique m so11 J,lfllfl'.
lm·;m lin-, 11 ;, jtJI!JtJÙ ill <'cri! de Jo .rone, tJ/Jt"J/11 m le
sem doliS le .filtm; "'' lil'f~ tlipmdrml ''~"" cYJ/tslmrlioll
mrttbéJJiflliqlle. } <' t•ais tfé11cl0pper 1111 1/JÙrllti.<JJJt
1//ot/;ùJw!Ît{llc si 1"0/J/pliqué qu'il prol~~cm 111011 lii'I"C de
lollttfal.rijimiÎIIII ()Il tdtémtion. A .IICI/tl bo//J/1/C ne .rr•n-t e11
/1/t.llll>' tli!)r111ttr. de trfmnrher 011 dÏIIfttJ>ofet· 1111 mot tl

11/011/rxlejinrt/ el'" o •stèlllt 1."0111ple.w dlpmdm dlll/0111111~


'9 ! ».
..,

Pou r<IU<>i 19 ) E~r ce p arce <lU 'il est un nomlm :


facilc ~ utiliser dans l:r r.;..Iisauon <les opér:uions ?
!'(on ! Il c:.t l'un des plu:< difficrlcs à faire avec. Il
n 'a pas de d énomin at e ur . i\ la d if fé rc nct: d u
nom b re 18 <jliC vou< p ouve% Jivrscr par 2, par.),
par 6 et p~tr c:r le nombre 20 <Jue ,·nus p<>uvez
di,;scr par 2 . pa r -1, par 5, par 1O. 1<) e~1 intlivrsJble.
Il est un nombre pn:mi<:r en m arhtém arique, et il
c~t a u:-.~i un non1bn: unique car il conu11encc p a1·
1, le plu:. petit numéral de notre: sysr~mc
mathématique er sc rerm.it1e par le <J. k plus ).!;ntntl
munér1r l de notre sysrèm e mathém:ttitlue. l l ~emblt­
quc se soit « l'apha ct l'om ega » Je notTc: S) stème
mathémauque. Peut...;tre que 1\lnhammatl con-
nai,;sau ln table de m ultiplication ùu 19 : alors <1ue
Einsrei n lt.· tn aÎtrc 111athéJnal'icit·rl lni-n1ênll' Ol' la
• connaissait pa.< . .l'en sui~ conscient. J usqu'il quel
point î\lohammad connaissait la table Je
mulriplication J e 19 ? U est supp<»<é c:n avoir une
p aifajcc connaissa nce.-. N ous k ~:luron~, tn uc en
prog,-rcs$ant, si nou~ pnuvOn!'i ou nnn con rinucr à
ti1SI$ter $llr le fait <Ille Mohammnd était l'auteur
du t~<>r'an.
CHAPIT RE VI

DES CALCULS ET DES SIECLES

P nu.r fai re un li v re un oque e n ~o n gen re,


!Vfoh:tmmad e~1 ~uppo~é s'êrre encore Ji t: << La 1
p rem ière p h ra ~e de mon L i vr e d ev ra êlre
composée de 19 lettres )~. Comment par tous
ciels peut-on cornpo~er ~me phno~e d" 19 kttre~
le~
'
1

qui e ntamerait un livre, s.ino n pa r tâtonnem ent et


erreu1· ? Si vous et 1noi, c her lec teur, avions n
adoprc:r pareille difficulté avam d 'en rnmer un liYr<',
nOtl$ a u rion s à conune nce.r p a r d eviner del'
phra~e~ qui HOU$ ''iendraiem à l'e~prit. Po ur vou~ 1
parler de mon pr opre exemple, yunnd je m c sui~ 1
es~ayé à form ukr Ùc;s p bn" <:s avec ce handicap, 1
la p ht-;tst.; « ft n1pitle rtttJmYIII!tlf'l'fJJI ~~~~~tle..H!Is tltt d.Jitli
~~lfulé )> e~t
venue U11rnéJiatern~nt à rn o n esp ri t.
J'ai au~~i rùr comp ré le nombre de le trres yui la
con1posaien r tna.i s héla$ il y tn avait beaucoup
,.

trop. Trop loin du but ! F.t ponr « l'lrollllifeti est la


lllfliiiMre rie.< tadÎfJIIe.r ( » Don-una).(<", ~ncore t rop
loin. Et ~i on l's,ayail « il était mre.foi.< »ou «il itt1it
111/t brt..P,fre >)'t vous aurctz ~implc.menr ?• reproduirt:

par l'cnt vos pensé.-,; ct compter les lettres. 11 n\•


a pas d'autre solunon. Je pourrai c.lonn"r une
cxp licatin n lngi<JUC ir ces « idirs ftttl/11/etJSt'S >> <lui
:-:ont le~ n Ue nncs l'f il en ~l·nüt J e snl·n1e polit vous
:-oi ,·ou~ vou~ essaye% ~ cette expél'icncc..· : 1nai:{ $ans
aucune uriliré. Pcm l:tre de rout.: \"ol re \'Îe ne
bu1crio-vous jaJnAt> s ur une phrase c.l.: 19 lerucs
pllur entamer vorre livre ; i\laü: notre nuœur (?)
M,hammt:d ~ touché << le gws lm », il a mis en
p lt:i n dans le m ille. N 'nublions pa; <JUe no us k
supposons le génie c.le,; génies. 11 a cun1n1e ncé
p:tr :

·~ Au nom d e Die u, i e plus clérm:m, l e plus


miséricordieux ,

COJnpu.:z les len res, elles som au nombre cxacr


de dix n<:uf : 19 -c 1 éj..,.-al 19. (' oir 6"'"' 1ableau,
(,

pa);:C 69) . J'aj siJnplifié pour vous le calcul ùu


nnmbr.o de lt:rrn:~. Pri<·n.: de le \"érjfier par vous-
même nvanr d 'aller p lus le un.

T ablenu 6 :

.. !!! •
? .

• h ' J 1 )
' il- ' J 1
•J J 1 , .... .,..
s
19 18 1 1(l 1 1 13 12 1 1 10 9 ~ 7 6 5 4 3 2 1

~ Dix-neufsont charpé~,- ~l'y ''ciller. ?


\.'<liutC.!, ,r ':•u · ~ · ~• r:th: . 1-1. \' t'n>(.'t!<i2~ - 3H)

1
19 1
'
!
Comment cda ~·e~t il p n •duit :> " C.oincidcnce »
lai$~c échapper notre Hmi incrédule et matC:·n:t li, te.
Et. éranr donné yuc nous n'a,·on~ pa~ tenu compte
des 5 coïncidences précédenrcs, no us ~erons
d'accord a\'cC notre ami lju 'il s'agit de b prcmièr.:
coïncidcnn· <-JUÎ ~·es t p i'C)duit t: maintenant. Mais
Mnhammad n'a-r-il pas afti t·mé que « Di ~< neuf
>ont cha~és d'r vciUer » ? Que le Ji~ neuf vous
:-c{'a imposé~ qutt « vous nur~z à co1npn:r avec le:
dix-neuf 1» . 1J k fit. cffcc rivcmem, m ais st'trcment
Mohammnd nt: st: voulait P"s aus" linC:·ral d ans
sa (?) m en:tcc. Joir penser l'incrC:tlule.
J\ («ttons yue Mohanunad (?) ><: soir en con: une
fois dir, « ct/fr premiè1r p!Jm.rt ,·qmpo.rù de 1'.1 lellre.r
i frrit f1'0p j(uile ponr 1110i. ~~ fJIIC jr Fmi JllllillfN!tlllf ,. 'est
d'obrmir 1"' rbaq11r IIJOf dt mo p1rJJJii:rr phmrr .<r riprte
tftii!I 111011/Ù•J-r 111111011/bll' fX<It'( drfois q11i 1N'>I 1111/llllftip/r

dr 19 ». Pour '•érifier si notre aurctlr (?) a réu<si


da ns tc ttt" pro•.ligieusc t·nrn:pd:.::e, nous aurinllti i1
avoir 1<.~ Sai rlt Q or'an i.nforn1:Hi~é 11 >. nus n ':l\'on~

(1) Le Or tt.-.. 1,,.,1 Khahi:1 ,&n. (\Rk.lncu••n.. l ..lamktur .. • h.b.nûc


rn ...Jttct.. ofts • • t; VI"" .... ma ~Ut'CC. 'fuc..un. \ l. x:.., 12. l :_. . \ . l'il ..J, ~ rt':ah-...;
( ~(II I"Uht'/ ..u n Il \ n • t J<.-J•apcltralm~tu•/.. Ill/ M 111hiHIIN<.Id ( 1J' mu,~olf t/(J'M:Ith:

\ luh.-mllllfJt~ 21)1) 1'·'..1-t'-' :-


/1f{2tll'~.lll. J .J.' 11/Ù'Ut'f(t lffiÎIIIt'

pas le ternp~ ct la paticnœ Je parcourir lt: Qm'an


aurant Je fois afin d e comp ter chayue mot et
chaque lc trrt'. Exan<inon.~ plutôt attentivement les
données info rmatiques gui nous son l fournies
(voir 7''~ tableau, p age 72). Le premier mot ,.__..1
signifiant << N om» apparaît 19 fois seulement Jans
lt: (~or':o n, (19 :( 1 égal 19). Comm en t cela s'est-il
produit ? Le mécréant blatère « coïncide nce ».
Dan!' notre nouvelle séLie <le <( coïncidence », il
s'agit de la seconde, maintenant. La première fois
Jaos votre liste Je « coï o1cidcnce '' c'érait possible,
l'Mis ~Ûfcl'l'\cnt tju\one ~econJe foi~ cela dcvkn t
improbable ! Cependant. ckmandon~ à l'ordinateur
cümbien de fois le mor signifia nt • n « D ieu>>
apparaît dans le Qor'an ? << 2698 >> vient comme
réponse en un insram. Prene% \ 'Os calculatrice;; e t
divise% k ré~ulmr par 19. 19 x 142 égal 269S, la
rc:'pmo~c est c:n plein Jan:; le mille. Cnmmt:nr cda
s'es r-il prodt1it ? En core une co:incidence >> ?
(<

<.< ()ui )). « Ne \'o ye z-vous. pas que cela con11nence

à devenir i.n1po:.:~lble? Voyon~ voir le rnot ~uivan t


c->.,...JI sig1lifiant «Le plus Clément ». Combien ?
La r(:ponse est de 57. (1<) x 3 égal 57) . Comment
cela s'e$t-il p mduit' Oui, encore w1e foi~. Ce do ic
...,
711

èu·e un •\ llr:tclt:! Le mor ~uivam ~,.JI ~ignitian1


« L.: plw: J\li~éricordi.:ux » . Combit:n de foi$ ? l.a
répon,:c t:~l ll-1, (1'1 x 6 év;n l 1 1-1).

THhleau 7 :

p(\,.11 ()()',JI d.UI p '''!


Lt: nombn:-: t:xacr «..e foi:- <-IUt: chou1ue mor Jt.· ccttt·
f.,,, ,·ntlc apparaît t,lan~ lt.." Smnl (.?or'an est;

_,..... 1
19 fnis ( 19 X 1) ~IWlifianl << N•m1 n

ol1ll
26'J8 fn" ( 19 x 1-!:!) ~~.~rufia11t ... Dieu )t

~,.n
57 (OJ• (19 x 3) !'\lgniti:uu ct Le p1 u~ déJncm »

~i gmti:u'l t
pP-.,1
IH f"i" ( 19 x 16) t< IK Jllu~ i\lhc.'·ricotdii."!LIX •)

~ ~L.:...J~ ~
4o Db.·-ncuf SOtU c lmi'J!l-S d'y •reil/er. ,.
~tnl (.,_kor\m • ~t!Uf:IT\", 7~. \'.:NC"I .. _::-t 1CI)
71

Comm.:nr cela ~'est-il prodtur ' « C:oïncidenet: »


esc ln monotone, à peine perceptible répon"e
maintenant. Les chances (luc cda ~c produise par
hn$nrd ricn ncn r mainten:mr plus <J UC du miracle.
c·c,t plus gue n'in1porté que l homme peut réali,cr,
1\1nham1ncd compris.
Le dernier mor ~,JI <• Le plus J\li,écicordi.:ux »
sur.·icnt Il~ foi$, lé nombre exact de sour.ltcs du
Qor':on, comme si éyuitab\.,ment répartis : un
« Le Plus l\1isC:cicordicux » pc our chayue sour:ue.
Nou" n'avons pas à être de v~ ritnbles génies pour
nnu~ rendœ compte mai nte nant qut! Mohammed
n '~urait jamaj~ pu acc<Hnplir tt)ut cela sa tl..' conn ais-
:\:t ncc, sans papier ni piUJnc, ct ~ans ordinateur ct
calcubtcice.
!\l:ù< pour qu'wl L"'U émane de: Dieu, il dni1
conccrur qudque preuve de son auth.:micité. Tout
document autht-mi<JUC cnntieiH le sceau de
l'aucori ré gui le déliv re. Un procC:" -'·crbal ou Lll1<.!
o •·don nanc.: d e la couc suprême o nt leur sceau
faci lement reconnaissable. Le passepo rt à son
sceau gnwé en relief a tin yue nul ne put y imruduirc
une auu·.: phom. Er pour t(ll<" le Qor'an sni1
r.:connu comme prov.:nanc Je Dieu, il dc,•r:til
-

au-.~i çontcnir pareil c:.chc::t Je Dieu. ( >r il o:n


c:onricnt ! Et c'e~t ln fom1ulo: :

"t Au 110111 de Dieu, le plus clément, le plus


miséricordieu x i>

La formuk peut s'écrire de manière recrilÎ)..>ne


con1Jnc d .Je~sus ou t:n fot'lnc t.lt' n1nnogr1tnunt:
cumm~ \'!Ill~ poun:r. k con~ tatcr <lam 1 ~· 8"""
mblo:n u ci-de~snu~ :

T ahlcau 8 :
7\
'
Cc 'CC~U ou cacher peur t-trc fait en boi~. en
caoutchouc ou en mo.'ral. Pour les 114 sourat<·, il
tft:Yr:tÏl nnnnaJt•mt:nt l'Xi~tt.:'f ll-" S:CeatL'\.. Ull piJUr
cha.1ue ch~prtrc (ou "'>Urate) du Qor'an. 1\lèmc
un~ Pf:~onnc ne connal$:-':.lnt pâ~ la lflnguc nrnbl·
sc: n'li t n1a1 n u.·na nt ~n rne~ure de rcc~ •nn:ti l re cc
~<:eau dc D ic u au d ébut de ch a<rne soura te du
Qor'an. 1\ la i~ aussi étrnnge <JU<: cd.a puisse pacaîtrc,
au ùtbul' de la snum te 9 cene f<>1muk cst mtl n-
1
'lll~nl<' {voir 9 "'' table~u. r~ge 77). Ccci Cl"C~C un
pwblèmc. 11 v :1 11-1 souJ'atcs milÎs s<·ulcmcnr 11:\
caclwts (nu scc:lU!I.), or 11 :> n'e~l pa~ un multiple
Je 19. c:r cc..·pcnJant l'aulcur s•cst :trr.tn~l\ co1nn1c
pron1is. t< de fairt: en snrte qu.: \' •u:-. soyl·~ forcé
dt' compo~t'r :1\·cc le dix-neuf».

·~ Di.-.:-n eul"sonr t:.:_


h argés cl~r veil/._.,.. ~

J.a lh:nurl· ou ln \'a l eu r esthétÏLj u c ct •n$il"r<.~ ~'


résc •ur.lrc d'unl' n1anière Lrès harrnon 1cu:-.c,.::. '::ln:-. à
coup~. le:-. probll·nu.·~ c.:n Wl acte, lJUl' Cl' ~011 l 'll
:tCI'ob!Hil', <'11 \l>hi).:t', en acrobaric "'luari<1uc •H: 1

1
lhmtJ nml.ll

en m:uh.:marique~. Créer un problème: et cn~uitc


l" rO:snuJn-. 1\[~j, conm1.,nt le problème de la Y"" .
:-;ourntc n- t- il pu surv;ir ~n prcrnièrc i n~t ance ?
Vovt:z-vou~, la 9(.,l..._. so urate csr IH ~nutâl'c::. J e la
'
'J(tOIIbtl signifiant« Repentir». \.'es c un ultimatum
lancé aux (( JIJOJJ.Shdk.r >l t.(uâ Vl·nni..:nr de rornpre un
paccc <Ju'il< avaient solenndlemcnc conclu avt:c les
i\lusulman~. Remaryu<=".l <1u'à la fin Ju rroisièmc
versee (\·oir p~e 77) \llah ùir :

~ l::.'t annonce à ceux qui IlL' croient pas un


châtiment d ouloureux ,

Lorstltl<" le Seignceur aùrcssc par'-'il a'·erus~"


mcnr, aus'i terrible, inJitlU<'nl les spécialistes. il n'est
ùonc pas :-;cyanr <-JUC. Je vcr$t.~l comtnc:nce par la
rri:s belle cr bienvenue J<.!pr.Sca cioc1 tnmes de )!:r:Îce
c l de Miséricorde. C'cH une: pmc~dure norrnak
dan> les relations hum:1ines ~Jlll' lnrstlll\mc partie
déciJc: unilatéralemenc de rompre un pact<: nu tm
tr:cicé. la partie lt::<O:c: n'} aille pa< "" gcntilles.."<< p• •ur
a,·c:rtir ou lancer tUl ulrim~tum.
T ableau 9 :
Noh:z 1:1 :o>eulc.~ ~xccpllUil, J'l:\~ de :

J 1~ • ~,:.:.il .,.:-;..::...v. .J(.J.ÎI j ! 4\~;J ..ÛI ._r ~\J!


,.<;..: .Î!I :,;' ....iJ1.$;>.:.; ~ ~~ 1~~' ;i:.l ;.,) .j'~'it
.lit~\ )'~t ~1 (~ !'",..ù\ .)l 4J;_J, JJ, .y :,,.)iJ • .:,..t}~\
·~~~ ;,.;;r_, ~!J ~ ~ -~ ;:.; ~~ ;j;.., J?P •.Y> :.,..
f , ., •• •• ••• ' "'!
..,.,•..,,L., 'JJ> .;,...lll i"<J .Ut,.< r- ,J- ,.s:i•

Dt(s:weu, de/;,~ p:~rt dt: 0/c..·o t.•t dt.• _;;on Jn e.o;.s<~gt.~r :i


l'~p.utl dt~s po~•'tbfflstt.-... un.·c l csqut4s •·ous suez
L-tn1c...•lu 1111 pacte ., P.ucoun:z la terre dur.:~nt qu:Jtre
Jnols. Snebez que 't)ti S n e rt'dulrcz p:•s D ieu :1
l'intpul~s"'ncc. - Dieu c.." 'u"n." d t.· h onte le~ incrédule·:~
- ii 1-'rr~<.·la nw tkm de D it·, t.' t dt• ,o;on nu~ss.-,/.;~t:r adn•:;s,:,.

1111\ /uunm cs le jo ur du J..rfund pt.~h·rio:tgt."' : uo ieu (:'(

sou f'ropht.tu: d é s;.w oucnt h:..· poly thé ls tet;. S i vou.~


••tnt."i rt..'JU'tuez, <.'(' scr:t un IJk•o pnur •'o w;;; nnds si
•·ou..· ••tnJs détourne-z, ~ncltc:z qut.• •·ous ne réduirez
p.t;;: Dieu :i Pimpuissu.ttn.·'~ _l:."r nnnon ce ti 1.: cux 'J"i
n r t•rolcnt p -:rs un c/t:ÎIÙIICIU douloureu.'\, •
(~U\1 C)or'.At\: !'oo1ttrau:. rJ. V~' ' 1 ~ \)
76 rhtlltfl /)utlal

Pl·n~onnc ne colnJnencc:ra p ar: ~< Jr SIIÙ 1111r


~I'$Oflllr bit•fl
duposir. '"'!~lltmimr tl coJIIf"liÎUtJIIft ... » ,
mm~ au contra m' par «.f<' le lordmi ft fOII .<i 111 lit 11/t
Tl'lltf.t f"IS 111011 f>011t'-IIIOIII/ciÙ f ».
l ' ne cxplJc:tt.ion tri:$ rai:;onnablc cl lnp;!<lllè mais
<JUi n.: résoudrn pas notre probli:mc: 1 14 souratt·s
cl I l.) 13ismill:l11 .
P.n sommo.:, il nnus manyue wujom-,; un cachee
(ou sceau) 1 Notre Autt:ur (Allah e t non l\loh:unmaù)
n'é1a ir pas inconscient Ùt: ce fa ic. Regarde;: I.e
résoudre le probli:mc yu'il s't'sr Lui m~me créé. ï 'd
un maîlrC mal h~maricil'n yui crée des problèmes
un.Î<[Ucmcnc pour nnu.< impre,;.~ionncr de ""11 habr let.!
à le.< résoudrc.
C H APITRE VII

L'AUTEU R N'ETAIT PAS


UN HOMME

Dan~ le 27•"" chap itre, ver:<ct 29 de la ~ou rate


ur foJmllÙ, F:II -Nnml (voir 1o-~· tableau, pngc l:l l)
01 introduite d'une manière subtile l'hi~1oire dt.:
Salomon le Sage ct Belqais (Balkis), la Rernc de
Saba. Salomon n'était pas sculcmenr un sage de
ce monJc m:u;, un Prophète gtùdé par Dieu. i\
cùté de $on tèrrttoire vivah une Reine bien\ cil
lanrc, régnant sur une population de gens culrivt:s,
mais ils étaicnt, aussi bien elle que son pcuph.:, d,.,
<< 11/0IIshdks » (associa teurs). Adora teurs du ~okil
telle ér:lir le ur foi. Salomon lui envoie un mc~~:IJ.\l'
plein de compassion pour son bien -être spi r·illll'l
ainsi l lllt: celui de son peuple. Elle reçoit la kil r<·.
Elle la prend e n haute considérat ion, mais
commt.:nt obticndnùt-cllc l'assentiment (v< •1<11 11:1ir<·)
78

dt· >< m peuple ywnt ~ lïnvn~ rion de Salomon à la


rdi).(ion Je Dieu " Elle cnmpr~nd la !<itmttinn
r~ycholc ogi<JUC Je;: sa na tic >Il. !'i IC$ principaLL'I: chd~
p:t rn"' i ~l:~ :-:ujt:t~ venait:n l ;, rt.:jctcr 1\n,·itatlo n ~lu~
le chnrnp, d ie.: aun1ir· à remue •· dd ct te rrc p our k~
f:urc revenir ~ur k ur déci>.ion . fo:llt- prépare donc la
~cl.-nc dnn~ S:t cour, f:ait appd~r se:; ministres t:t
~':u.lrc~~c à eux en CC$ tt•rmc~ :

-f Lit R eine dit : «


0 vous, les ch efS du peuple 1
Un e noble lettre m':J é t é e nvoyée!* E lle vk'llt
de Salomon. Et elle es t : ''li u Nom de Die u 1
L e plus clément, k· p lus miséricort:lieux ! *
N e vous enorgueülisse z p rts devant moi;
Ven ez :i m oi (Mus ulrnans) .90tunis" » .A.

l'a •· un )l;tnial coup ~k 1\laîtrt:, notre ,\ ureur


accomplir sa tk h<· en compléranr k s 11~ « sct'aU'< >>
in$érnur au~si h;, bilctnctH k" Hi.rJJii!!t~b >> man<JUan t.
t·n pll'in m ili eu de l:t ~ounHc .
EI·O(Jr'ull. I J t)lirade 1(/tillle 7'1

Tableau 10:

~ Au nom de Diell, le plus Clément, Je plus


Mjséricordieux j~
~ L1 Reine dit : (( 0 ''Ou..:;~ les chelS du peuple !
Une noble Jeure 1n'a été envoyée ! *EUe vient
de S;l/omon. Et eUe est: '~u JVom <le Dièu .'
Le plus clc;n1Cnt, le plus JIJi!;tfricordicux. .' * Ne
I' OUS '"flf.IT/i:UCiJJ.i$sc.~z p:_l$ dev:1nt OJOÏ ~·

Venez û tnoi (Must.J[tn:u1.S) soun1ù;~.l' » f


(SAÎtn <J_11(:ttl ! S, 111Vlh· 27, V(.:n :qs ~-] 1)
-
Hll

Et <'Il m"mc u:mps. il ~ççnmplir st" nnmbr..,ux


üUtr~s obj~cti f.c:;, ju:Hc Cfl trui~ \'CfSC [~ f
1) Il nh tknt ~on 11 ·1'"" " ;cau pour pouvoor r.:~
Ji~po>t: r à chacun" Jes 114 snurat<'S Ju Saint
Qnr'an.
2) En cene ncc:o~Jnn encore, tl donne une leçon
de moJe,cic au'< « Sdgneurs » du mnnJe << Je ne
pa~ i!tr" arrng;uot et hautain ». 1\lèmc en r:onr que
dirigeams n'gnant s ils Joi' cne ré~lt:r les affaires
d'Etat après ~ rfili/llmtio11.r rf t'OIISfllltiiNIII.r llllrfllflr }>
(Saint Qor'an . ~ouratt• 42. \'crs ct 38) l't il s
ùoin: nt prépnn:r p:.yc holo~itjUtment leurs
subordnomés à accepter le mc<S:lf!_C.
3) Que c ha<ruc fois tjll<' vous écrivez, fai tes-le
cotntnt· !\Î vou~ é ue ~ en présence de.: \'otrc
<< .r"'.~"mrle "'"·' Clt:lllml /,• pl11.r 111i.ri•icordù·"s >>, tjui
e:-> t toujour:-. le tt!moin de rou l es vos penst:c:s ct
Yos n1oriv:l tion s les p1us sccr~ l't·i' ..
4) n1ê n1c: (·rn:lnant d 'u 11 dtrigt·::tn l à un nuire.:.
combifo'n p uis~a o.H p e ul t'Ire l't·xp<·ditcur, cr
combien Sa in t pnol être le m cs,:ogl·, Cl· lu i <lui
1\:n\·c, i~ doiL lt' faire l'11 coure.: hu1niliH.: comn1e
de,·ant Dieu. E nsuite.
S) tout \.'11 fm~a n c cd a. norrt· . \ u tt·ur tl aus:H
c• •mplcté :
1:1Qndm. 1 J INintf'lf' Jtl/llllf KI

a) J_.,~ 19 ~ <<Nom » du u:xcc qur'aniym:.


b) I.e' 2698 ...Wc « ..\IL'lh » du texte qor'nlli<IUt:.

.
c) I.e' 57 ;;
.
<JOC alli<IUC.
'", • « Er-Ruh/Jit/1/e »du l<':\IC

d) 1.e~ 1 14 <>-~-~r---l• « Er Rahim >> du tC:\tt:


tlor'an il1uc.
San~
cc « ~ceau » :1u milieu tlu ,·c r~cr 30 ci-
dessus, nnu·c. 1cxtc autait été arnoindri d't.m c uni1é
pour chncun ùc ces n'lots.) cout con1..n1c l'aurait
é 1é le :;ccau dan$ son t:lltier, n1anyu~ nt à la ')t'fiK'
~ouratc. Pouvc~-,· uus in<a~iner un habicanc ùu
ùêscn, mille quatrt: cenrs année~ plu~ tùt, ~a n~
aucun<' ~cccncc ct sa ns papicr ni plume, " '
~ou,·c:nnnc et tenant une comptabilité de~ mot<
dans ~a cëtt' dt' cha<JUe •< ,\llah » ....U• du Qor'nn, cn
plu~ de tout cc que nou~ avons vu JU~<J U 'à
maintenant ? Et cn~uitc, il se serait « rc·po~~ le
~cptièmc jour >> lor~qu'il d6CoU\·rit que 261)8 ét:tit
un mulripk cx>~cr d c 19? J1 sem ble <lu<: Ccl homme.
l\1ohnmmad , $'il fit cc wwaû, n e devnir den nvnir
~ f~.Îl'C COU tC ~;l vlt: c.Ju r::tn l·, <.j_ll'il avait (()Uf(' l'étcrni ll:
à s:t Ji $po:;ilion pour r~~oud rc sc:.:. êtltuniun:-;
ma1htém:111<1ue~. Hi.,n au cnmrairc, il émit l'homme
le: plu~ occupé de wurc l'hi~tnire. Réf<: r.,z \ "OU>
-
aux Cltnllon, Je Lamartine en pa~ce 50 a propo~
Je~ mulriplc• rt>l.-s J.- 1\fohanun:\J.
Sc:i comr»:Hriotc~ païens s'oppu:':ucnt n'cc
' 'iolcnce à'"~ o:ffort~: les Juif$, les C hrétiens ct les
.llollllt{/Ïf(IIÙ/1• (hypoc rites) de i\!édinc, é taient
acharnt:s i1 'I!Ltl oir le dérnùre lui et sn rc lij::ton :
avec dc·s mains au~si occupées, avait il le remps
c r le lo isir de te nir une com p t abi li t é il jour ?
Combit:n créclule peu l être l'honu11c! l 'out n'éta it
il qu" coïnctdcncc ?
.Jus<.Ju 'il n1aintcnant, nous avon:-; à peine efnc\lréc:
les nwrveilles malh6natitjues d e i\loh ammaù. :-ion
(?) Lin!! - LI! ~or'an - est un line unique à
plusicur. égards. P.-rM>nneUemenr, en mm (JUI!
profane, je peux vous citer une douzaine de
qualiré~ uni<1ues à cc l.j,·r.- d e Dieu. L'érudir peut,
sans conresle, vous en offrir beaucoup p lus. Er
p uis<l" " nou5 avons a bordé pl us halll I':H;pect
mathém:triquc du Livre, étalons-Ile"·"' sur cc sujt:t.
Le Sa in t Qor'an cs1 le ~eul Livre sur 1,. face de
la cerre l ill; con tienr en tête de cerrrun~ SOU1'Arc~,
ccnaincs •< initiai t!~ >> ou << indicatif..; lirrér:tux >> ou
comm e elle~ "'inlitult-nt en arabe - "/l l (Jiffjllfltl rltl! ,,
· signifian1 lcurn abn;~ées. Cc$ inirialc$ nu
inùtc:uif Jiu~rnJ · n'ont appart<n-unc:nt aucun ~en~ .

l
T
1 ~~Qfll '1111. / .,(• 11/Îiitdr· 11llù!tt'

~ur un wtal Je 28 le t tres Je l'alphabet arabe,


t''aclcmt..·nl la n1oitié d'entre-elle~ sont conct·méc
par les« imtiales <J<>r 'aniques »("'>i r Il ·~ mbl<>au,
page !f~. Cc~ 1-1 lt:tucs sont con sliruél'S en 1-1
cornbin:11son• Jjfféremes (,·oÏJo 12''" tableau, pa~t:
R, ), C..:~ 1·1 comb ina iso ns Jiff0:r<'n tcs so nt
répéréc$ dnn~ 1t: Snint <-.lor'an danf\ 29 sou rate~
(vo ir l :l""'' wbk a u, page;: S'IJ) . ::;i nous njourons les
1-" << initi~ l c:; ') au:"\ 14 •< coJn bjnni:{ons )) nux 29
« soura t e~ », nou s obte nons un roml de 57, <JUÎ
est en fair un mulriple exact Je 19. 19 x 3 égal 57
(Yoir 1-1''" tablc;ilu, p age 98) . Comment cda <'est
il proJuir ? CoïnciJence, w1e fots Je plu< ? P:tr
ptlié !
Si nou> )<:ton' un autre coup d 'teil au tableau
12 . nou~ rcm:uyucrotl..~ que ces 1-l con1bin:u~on~
di ffén.: ntc$ con~ba~nt en une~ Jeux. cro1 -.:. lluatn.·
ou CÎnqlctti'Cs pour chacune d'elle. J'our C:\:\IY\<: 11 ,
pn·no ns une.: de ce~ ~ou rares cornrncn ça n r pal'
unl.' <<~cu l e ~, li: ttTt\ nol't'c choix év idcnc Sl.' pnrct·r·a
su r b ~oural-: 68 l JU.Î t:~r la dernière ~oura t l' p:1 r
on.lH· nun'lC:t'Ï\Illl.' ?1 con1pr~nd r(' unl' « iu 11 w ll' ·~.
bit:n yu'cn rb litt: sur u n plan ch ronol<>J.:I<J II<' , .-JI,·
fu1 )a prcn1Ji.·rc.· sourart> panuj rous Cl'' t'M'Inplt·-.. :·,

rllwJftl f)t'f'daJ

:tvoir été ré,·dé à 1\lnharnmaù. Elle conncnr la


leur..· •< oJ )) ou <• N >> t'tl tête dt! la sou ratt> « f!./
{211lt1111 » (b plume). Pour d.: plu~ •tmples informa-
rion~ cnncernanr l'interprétatio n de cette ini tial<·
<-lt> t~nn..ic.._~uc, pcièrc de :oiC •-éfCrcr au COJID11enln irc
dt· A bdullah Yous~ouf Ali, note n° 5592. 1\lai~
pUisyuc nou~ anm~ rroU\é le chiffre 19 comme
éumt l:t solution prariyuc à noLre ù.Ocou,·em: de la
nature miraculeuse ùu ~aim Qor'an pourquoi ne
pa~ c~~arcr ùe comprcr la lc urt· « ;, » « N » <llli est
en fait la première lettre d~• chapiu-t: 68.
La réponse esr 133 « :J >>. Di,·iscz le résul mr pRr
1!1. ne c;Jicularrice sera it trè~ uti le. La réponse
e~t 7 ! 19 X 7 ég•l 133 (voir Wbleau 15, page 9 1).
t\ !:us je ,-ous en prie, ne prcnc~ pas ce que je ùis
pour al'J.:Cnt comptant, faire~ vous une fa\·cur en
vérifiant Ùt: ,-iso le nornbrc ùc << .:> >> pour vnus
as~urer de l'exactitude J e mc> dires.
U ne ~mndc joie spi.rirudlc vous prenùno en le
faisa nt ! Cda ne vous prendra pas cintl m in utes.
1

T ableau Il :
Les M o u qattaat
L<·~ lettres a brfgét:$ n u
les mitiales qor':miqucs.

c. c. ~ ..;.,J
.
'-' 1

..r ) ) ~ ~
c.
j; J,
t ~ cJ' J>
r J .!) - ,J
t
'-$
'"'
) ..Jb 4)

14 lettres

..Jb
-
.!) ) r J 1

'"' V"
J,
cJ' t r..S
c. 4)

c·..$r exactcmt"m b moitié de l':llphabcr


amlw ( )t u <'-'' c.;oncerné.

T n blcnu 12 :

14 Jcttres

..A !l ) ~ J 1

~ 1.1" .b uP t ..s
c. .:>

Elle$ app~r<ti~~cnt da n~ 1-1 combinaiwn~


Jiffùt·m ~~

r-i' _r11 ~ ~1
....,-...!. ~ ~
! uP l..!a o Il ~
i
. .u, .:> ~~ ~
-
, 1

T ableau l3:
Répétées dam~ 29 s ou rates.
Voici lcK nun1érus des sour~ues

10 2
Il 3
12 _rll 29 ~~
13 30
14 31
32
13 _r-JI
40
38 .J' 41
42
7 ~~ 43
44
19 ._,a·-~- 45
46
6l$ <J 1
42 J--&' ~
oÛ>
20
50
..,
:16 ~
26
27
28

27

l
141e ttrcs

~
..A ) r J 1
~
- '-"' ~ d' t I..S
c !)

14 cotnbinaisons
~
~ _,..JI )1 ~ ~1

..;P ..,.JI
~-6) .:, ..r..
.u. ..J.-&- ...,
29 soura tes
2. 3 . 7 . 10 - ll- 12 . J3. . 14. 15 - 19- 20- 26 -
V-U- ~ - ~ - 31- D - %-~-~- ~ - ~-
43 • 4<1 - 4 5 - 4 6 • 50 - 68
2') S(lUf:I!Ch : 57 (l'JxJ)
1

ll'J

Tahlcau 15 :

f Au ru)rll tic Dieu, Je plus Clénu:u/1 le plus


Ml.o·. éricurdù•u.x J-

,... Noun pur k• Q11ltun (plume) c:t pur ce qu'J1s


écn"1·~·nt * Gr:icc.... ti ln f:n·cur ck· to u .ÇeiKflcur, Tu
n 'es pas un possédé ! * Une r é(:ornpense
t:•...:en1pre de reproch e t'e.~t destinée • Et tu jouis

tFune très lfTtUU!t... IIUU;:U ùé 1-


(!'~ in t (Jo1r ':m : ~ \\.ll'lt h' M~ . \ \•l'llot"t~ 1il .f)
')Il

Cnmmc:nr cda s'est il proJuir <lue LU « ;, »


S• "" encore: une fois lt· multiple exact Je 19 :> .1~
no: \'o us ~ccabl... mi pa:< av.:c 1:1 répons<'. C w nme
\'OLI ~ pou vez_ J'nb~erver d:-tn $ lt· rnbk~u1 13, il t'X Ï :-\tl'
deux a u tres souratt•$ qu i corn tne nce rn par Jl's
i niLi a lt..·~ (~ u nlyuc$ >,. Cc :-.(ti lt ht ::ourare Qcj/ n° 50
t' t la soura te Sàtl n° 38. D e p lus. il exi~te deux
~ourn h:~ tfUÎ ont let< ..; >> Q ti/commc dénonlÎnaccur
ton'ln1un, il s'agit llt=s "\our:uc~ .ro ct ...t-2.
1.. a sc IUr:ltc: n 0 .J"0 coJnJncnce p:tr un (( .J• >> t."L e s t
(tussi intitulée<< Qtf(>> (Voir tableau 16, pa~t: 91)
voir au~s i ta blc::;llJ 17, p :l,L!;C 9.1. où la ~ountt<! 42
l'.rho11m a une cnmbin:tison de cinq Jeures sc
t<:cmtnant pa r Qll/ Si rl<Jl" ajourons w us les " C. »
tC. lill )~ ct les i( r )) (( j.\ [ÙJJ )) cr les t( t )} « .-'1Ù! )) cr le.:::;
(c. J >~ (( .fiu >>
ct le.~ « ...; >> H Qt!(>,, nous obtienJrnn.'
le total général de 570 ( JI) x 30). 1\:ot:rc: auœur n
encore fair mouche ! Cela <·ommenc.. ii. d<·vcnir
difficik n avancer ! r\ lor~ h.:nons-nou~ r n il 1,.11'1(.'
><eulc lctt n:. la letrr.: << ,j )) "Qt!/» en l'occ ul'rcnc;c.
t..lénorn inat cu r cnn1n1u11 \.le$ souratt:'s 42 t:l 50 .
Pou ClJUc>l t:$say~r (._k cnn<.luin.· 5 chevaux à la foi~
con1.1nc Jans un <.:ir<.(UC. l.(Unnù nous n 'l'n avon:-.
encon.~ maircisé aucun ?

l
•' 1

T<tbl~\U 16 :

~ ..;;)_,..... ~
,~~~-~~--~:~ 1
• · ~ , · ~ • · · t,;.. '\ r , , · \; • ~' · ,. it, .,
J IJ.j ~ ) ....... (""< • .., _,._ ~ · -: '! .r J ....
~ =~ l:Ü ;),:JlS:lt
'

'f Au non1 dt.· Dieu_, Je plus Clén1enr, ft· plu!i


Mlsérlcordieux .&..
'

~ Q :1r p :u le G/oât·u.y Qor:u) ! • kful.'~ uu


COt11rttir,·, ils s'étonnt:r.Jt que · ·iennc :i
averti.~ ·'"'-"'-" prù;; p:un1i eux. Lt·s- in<>rhlruJ'" •
dùwnr : 11 Voil:~ une clu.J~·e érr;wge ,,,.
~:mn Qqr'fm,:->qur~h: sn. \'ç~,·l ~t l
T :>bleau 17 :

~ ..; ;_,...:.li 3 )}"' ,

~ ~i ~~::-~----;:-;:}. 3'>

t> Ali non1 de Dieu, Il.: plus Clénu!nt~ le plus


Miséricordieux 4>

4 li f1-Aiitn *Ain, Sin, Q.,r• VtJici conuue1u Dieu1


Le..· Puiss:uu, Le Sflf!t:, T'ud.rc:sse unt.• rénH:uion
C'OIIln1e à (_"eu....: qui ont •'écu :tl':uu toi. #f!,
' :unr l}t•r'sm. ~ttlf".tiC"-12. \ t·Nr-- 1 l )

N ort·z "-jUt: cetft' :-.ouratc 42 .:1 l:t :<:P ur:ué Sn


( Utt fe C(lllll11t' ~h~llltf1111HHC.'Ur C(Hnmun .

11 ' a 5i ( 19 x 3) c<. j >> tbrh 1~ :-.o\u.trt.: SO


\tn ... i '-!lU..' 57 (19 x 3) (\ J •• d.m~ n•ttt: $OUr:uc 4.!.
(da fau 11 ..4- (19 x 6) t( J ,, (,)~n' J.,.•._ tlcu."X ..:uur:tcc~
.. ~

\'nu~ renl.arquere7. c.1uc nou~ ne.' rr;uh Hl~ 1t 1 ' Pw


c..lc:-\ fait!' f>lLren1et1( palpables lJUC n'irnp.. rtt· ' lui
peut voir d~ ses yeu x ct peut vé rtfier pour l'''"'
<tu'il ~oit <.:"pa ble de compt er. Il p~lll pt'f'""
ndlc·men 1 cxan:ù.oer cc miracle et témoign t.: r 'l'"'
ce Livre n'est p as de fabrication humaine. \'nus
n'ave:.- pas à connaître la lanAtoc arabe en mnr <.JUe
telle pour rémnig~1er de ce fart unpressionnanr.
Aucune Ùc\ tnetrc~ cunjec rurc ou interprétation
clé qut: ktue sorte n'est nécessaire.
JI suffit wut siJnpkmcnr Ùc chercher le « ...; »,
« un~ têt~: aw;ç ~lcL~' pvint$ ''· Comptez ces tète~ 1
l .a ~ou ntle50 en condèm 57 (1 9 x 3) de parcill<'s
rère~. 1:::r la souraœ 42 en contient aussi 57 ( l<J x
3) ùe part>ilks tètes. Ccct ~crait-tl humainement
ou mécani<Jucmcnt po"oblc ? Nous le ùeman-
dcn>n" plus tard à l'ordinarcur électronitlUC.
l ~ ntrc les de ux sourates !"US nlentionnéc..· :oi
conte nant l'initiale « J » Qtif, il y a 1 14 Qal au
tot itl , c'e$t- à -ù irc Il) x 6. No us pou vo n s
ral~nnnablernent a~sum~r t.ILIC le << J >> Ql!f :::.e po:::.c
pour )., ~or' an. Er rotH comme le << !2 » est pour
lt• ~ur'an. il r a 114 (( J » Qtl/nu (( Q ». le nombre
cl(aCL de souraœs dan> le ~rut1l Qor'an, chacun
de:-\ << Q >> pour chacune d es :-\ourate~ ! En <.raurre:.;
te rme~. l'auteur nous infom1e q ue chmJue ch;~pitre
e~~ c lt· (~nr'nn . cout 1~ t.2nr'o.n ttt .:ien d 'nuCT4.::. <.1u ~ le
(._{c )r'ar'l.
Cela ne V O LtS p renùr:a q ue yuelqu es m inutes
po ur compter ce~ « Qal >> J nns chacune de ces
~ourate:-\. Vous :->entirez réellen1.ent l a nature

rniraculeu~e J u S>tint <,2or'a n. Aux I!Otffliulb ceux


qui nnt m émnrisé le C,lor'an - je J irai q ue vous
ùcvric.:% essayt:t" Je localiser ct:s Qa/ d e mémni.re,
er faire k calcul dan$ vorre tête afin d e savoir si
vo us pouve~ atte indre:: le;: tota l exact. Si vo u$
tl':t trivez pa:< à le:: faire, >1.lnrs cssnye7. de ks compret
concrètt:tnt:nr, er vou s réali~erez coJnbien e~ t
prodigieux ce m ur de force. Si n orrt· Prophère
avait fair de pareils compte~ er calculs, il aurait eu
ille faire J;,M sn tête car il ne savn ir ni lin.: ni. ecri re
(Sai nt C.2or'an 7, 157).
Même un super-génie aurait rencnntré quelques
d ifficul tés à accom p lir une tâc he pareille. Le
véritable:! au œu r n'en rc.:.:nçontra aucune mais avant
que qui que cc soi r ne<<p longe» sur b conclusion
que c'était sùup lemem lU1 super << coïncid ence »
ou t Ju'u n q uelconyue << o rdinateur» sp irituel a pu
..
faire cour ce1a, il prend la pejnt.~ de.: nous c:o11 \':1IIH H
yu'un Ct>rveau plus granJ yu.: celui <k l ' hnltlllll'
ét~tit Ç:('> n<:4.:Tn~ p(>llr fni.re ct• trflvnil. 1 f )'f'cH I H.:IÎ'I uc~
Jnenr bien sù..r, lox~<.IUC notre auteur ava il nunplét•
J}lo~ sa tête les sotu·at·e s contc.~na1 11 s k s dt· ux !Jtt/'
(~i Muhammad l'avait îair) il >ltmli l ''" ;, com(lt.r
t<H.I$ ks « <3 » Q c!/et en><uite ùivi"' k 1< >tal par 19 tt
si le résultat était un multiple .-x act dl' 1<J :~lon il
aurait été parfait pour l ui tk le dicter,·, ,,.~ scribu ,
Une fois dictées, il ne pouv:tir plus se r<'·tmctet.
C'étai r cela son habitude.
Metrnns qu<: Nloharnmad (?) était l-rni nl'nUnent
heureux avec la "'urate 42 et se:" 57 ( 11) 7' .l) " J »
Qe!f, mais lorsqu' il se mir à comp t<T tTux ù e la
sou ra t e 50 il en d é·couvrit SK ;, so11 p;rand
étonnement, or SR n'est pas u n mulupk de 1~
De deu x choses l'un<::, ou alors il lui fallai1 ajout.r
queltj u e~ vers ers p< >ur obtt::ni r 1X '' Q af »
supplén<cntaires afin oe compl~ter son wtal dt
19 aurres uu b.i<m éliminer un « J >> Qa/ l.a ,k·r~rt
solution érait: bic;;n t::ntcndue la plus simpl<·. Mail
y ud « J » Qaf éliminer ?
Il conu'l'lence le débur Je la ~oural <' p ar « .J "
Qaf Ce l :~ aurait été h c hose la pl us s imp le du
.~I!JtJJed n~ulrll

m onde yuc de supprimer le rour premier << J »


Qaf, e t ainsi ~on problème aurait été résnlu. Ma is,
non 1 C'est la cn lnnne vt:rtébr>~le d e tnur son
!'ystèn.l{" po ur no u!'i dire: gue n<'nt~ aYons à cotnpter
ces <( iniria le$ >> LJ<>r'ani ques et en=--uite let-~ diviser
par 19 et découvrir le mathém aticien ( )rnniscienr
d an s ~es œ u vres. Durant les y ua tor<:e s iècles
pa~s~~, :-;i une $eule sourate avait écé éhr-arée sur le~
1 14, alors le nombre de sourates n'attrait plus été
un m ultiple Je 19. Rien p lus, si unt: seuL.: J t:s 14
lettres d e l 'a lphabet >~r<~b<.: avai t <'-té a jo u tée,
retranchée ou retouch.;e, là, c;ncore ce merveilleux
mf.canis n1c d,t:t'1c hevêtren1enr tna rhén1aÜ<.tue
serai r rombé en pièce.~~ et le (~or'a n au~:{l aurait
re jninr l'ensemble des écritures, Sai nte~ Ju m onde,
quémandant une Révision. Le véritable Ameur a
réellemen r tenu sa prom esse

'f. C'estnous qui a vons Elit descendre


(révélé) l e rapp el (le Qor'un) ;
Et c'est nous qui en s on 1mes g:1rdien s .1-
1~1 {dor·tm. U mirudr Jdtilltr •)7

EO\·iron la moitié du Qor'an <'St direcremcl\1


conccrn~ par ce sysrtme mnLh~mat:iyue com p
lk1ué. Il ~·a~orit dt:s 29 so unucs rout es contenant
de~ <( ülitialt:s )) Co1nn1.c voul" pouvez le consttH~r
dan:- le tableau 13. ] ndircClcmcnt, la rorali té Ju
l .ivt·c de Dieu est simibin.: m e;:n t protégé. Vous
t11pf>cl<'l'. ,·ous dt's 2698 • il" Allah» dans le
Qor'an ? A la moyenne d 'un ..Ut «Allah» tou:<le$
deux \·ersers er demi environ. Si une seule phrase
était ajouu:·e ou retranchée. même au nom d 'Allah,
le sys tème de préservatio n d ' i\llah lui -mêm.: aurait
ét·é réduit· à néant.

1
1
CHAPITRE VIII

LE MIRACLE MATHE MATIQ UE

E:otr~JI 'c.::ule1neol pu!<io:;iblc que ccuc 1nédHu.lc:


J'a,•cmbla~:<· au$•i compliqu<e. Ja1" le buttle protê)lc<
de rn:::-crvt:r le Saint Qnr'a~ ait pu ab• ,utir par ha.o;:.arJ,
t'l
par ch;mcc. par ac;cit.lcm t •u p:u cc )ïncic..lcnce? Un cm.:lin.a-
rcur :O::'t l'S âme pourrait-il créer cc mir~u.:lc <.le<<pureté de
style. t.lt ~ng:e:;~c c:t t-Ic vérité)) cc •mme 1':\dlll èt Il' RC::vén:nd
Ho~wucth ? L'aurcur Ju Qor'nn :l rri~ la peine: de llOU$

mcmtrcr lluc S(Hl Uvn: n'était pd!\ un has..-trd; t.JU'un èSprit


cun~ocnt était à l'origine Je !"a crê-arinn. Il nolb fai..,.~c
J<-,: lr:ICc~ palpable<, de.<• ..-mprcim<-,: •. des inc.liec< pour
ne lU~ pt:nnct 1re de JOCouvrir M .n În\Jncllsl' pouvoir.
~i
un :nneur hwnaü1, t1ud '-Jll 'il $.o it, avait cntrcpci:-:
unt· 1:khc nussi inuncnsc t:l ~urlllun:ùnc 4u'écrire w1 Livre
con\11"1C le (,2or'an, il auralL~ùrc:mcnc i1 toul Je moÎn$ eu
yudt..lllc hé~itarlon :i tcnrc:r de :ouo1'1onrcr 1'in1pos$iblc.
Oit·u Tnur~Puis$ant aur.air tr~~ f~cilcmcnr pu rt-sou<lrc
Cc:!" pnlbll·1ncs réels. ou délibérémcnr créés, Mans fain--
Jt.' n ous les rémntn~ pri\·ilégiés '-lt.' :.l·" ~ cffurts ~•, sans
!llO

effort ûe notre p:trt : 11'1 :\Î:- tl ch~rchc à attirer nnrrc


ancnricm !'ut~on tr.tvml C•)n :-.dc.:nt. Il nt)lL" mf mtrc C.)Lu.: :\1
un êlrc llluna.in avait rédi~..; le (~or'nn, c t n1êJnc si cout
~'t·tai l bien pa:-;sé pour lui, il :lllrflÎ r é1é cncon1bré par un
<< J >> Q~!f'~uppléJ11ent}lirc. V • l )'C% vt nJ~. aprt::-; ave1ir rl:t..ligé

le:\ dcu~ ~ouraœ::. C(>ntcnans le<< J » Qt~fet avoir cc m1pré


leur nombrt·, il aumit ért' confronté à 115Q<{/et non p:ts
à 114 C(UliDlC: nous. pouvon' en tnlu,·er nu.intèn:».m . Si
~loh:llnmcd a,·aic e;!t~ leur ~Uit.·ur. alfu:·s bien plu!'. nuu'
1

pourrlhns très bien in11tgincr :-on c:xtrC:rnc Jifficuhé à
cornpu:-t..-'1' les ~our~atcs c.l'ahr u·d dans ~m têtt\ CSl r il ne
pouv;' h ni Üre nl écrin · . t\ prè~ donç ravoir (·ct'H
(t ll'll..:ntaiCJncnt ~>. il lui fnll fli t le:~ 111é.rnoriser. lm:t~ncjf,·
~ . )
vou~ n)Cinon sant un mor. ~uc vou~ n avez Jan1a1s vu m
. . .
rnêsnl' c:ntcnùu er <JUÎ vient Ùt' vou:-; être lu l Lnr~ue le
s~anr Prophète t'tait prêa ~ Jicter n'mlportc <JUCUe panic
du <.?c )f'an. i) appelait M."-!\ ~1~-s c-1 c• trnrtlt:nçan à« n.':.citcr »
cunllnc ~'il ùs.au c.lan:-; un li\'rc (!'t:mu Qt •r'an 29: .+8): c'était
1 ctmtmc ~'ils avaienr é té mêmf•ri,és.
J\ d1ncnon....;; pour un in:-:mn1 a\'CC le.: ~ceptÎ(.IliC l!llt'
Moh :unmcd (?) >avait rC:ali~·<· C<' l imposHible tour de force
cué p lu_:.; haut e t <-JU'c:nsui tL', il ajoutait le~ Qa/t1ans les
dtu-.: :.-ouratcs cont~nanr Je (( J >) Qlf( et trouvait l)Ul' h.·
tnl:d C:ta.it Je 115 ~ em•uit c. 1l lc:oo Ji,~i:-.ait par 19 e r "-c
rcrn )U\-ail cncontbré c.l'ttn(.- uni ti: en plus. qu11 dc,·ait btt..n
t.'ntcnùu supprimer a,·ant de: curnmcncer à Jkrcr !-On
101

tt'Xtc. Cda aur:tlt été la chose la plus f11.ciJt' c.lu Jl'londc


que: de supprhner h: t• •ut pttmit·r« J >>Qt!/: tnais pc>u r la
rai:-;on dC:jit é:vo<.jU~(;; il $C devait d~ le rnaintel'lir. Le<<J >>
Qq/'suiva.n r apparaîr U,-unédiil teJnent dnn::; lt:s 1not~ <.JlÛ
suin:nt :

.( Par Je g lorieux Qor'ao !,.


11 avai1 plu...:; de ttt:nle au tte$ :-;ynonyrne-s potrr ce seul
n1ot ~l' «(~or'an>> chns 1c Qor'an rnêJ:ne. Oes
1

sy-nonymes tds <-]Ut: << E/.Kitub », « EI-Fomqa11 », << 1?1


BomiJIIJJ», << EI-Dbik r)), Btt.ellziÏ>'t, t'fC•. . cr nous n';luti o ns
<(

pas été pl t~'l:ï au couranr de c t· que l'auteur avah ((lit. tna.is


il v~ut 1neu:re J'accent su.r le <<. J >> QqJ; <.tll'il e~r la
représen tation tnèn1c ùu Qor>~Hl conm1e (< P » l 'c:~r poltt
« Purnmc >). Par ailleurs, l'effe-t ~turait ëté moins
ünportm1t. !\-(ais n<>tte aureuc c:·:.;t un pcrfcctionni~te. il
continue ra tlone à cht:rc ht:r un « J » Q~l à suppd..rner.>
dans :-:.a << tête». Aux envirc>ns du ve~e[ l3, il rencon tre
le plll$ grand nombr~ de<< d »Qrif. Cinq pour être exact.
Il Joit <ttppcimer l'w1 J'eux. E xaminon< k tableau 1Sen
page 10~ tt li~on::> 1c:.; vc.rstti' 12.. 13 er 14. Il n>}' a 'Jllt
(,JUâtre « J >> Qq(ici. ()ui> n-.ai:; ih~ é caient supposé:-: être
102 lhmttf Ottdtl

au 1101nhrc Je ciny. '< f;.t/-1~ QNf l'tiltS r..t.fti )V"!{ d r dirr q11r ft
Qonw tl ilt· d)(ll~fl (), \ f)US dc:nl:tlldl!z ,~.)US ? l"-<m. di:::;-jt· .
.,, ~/Qt:f, t.'lii!IJIIeJJI c.'\piÙJI"'Z IV).r dirr'.r ('lm/nJdidfJirr.r( >> \ •oyc~­
\'OUS. l'auh.:ur - Dieu ou :vloh;unn'lcc.J - avait l'in.t~ltion
d\ttili~rcln<.JQ'!ft<nfre ces 1ro1~ vc~c:lS. La ri-pon~c t":-.1
dans lt: 'cr:-;ct 13.
Prêll'~ :u-ren.tinn :lux m o L" l'OCcrdê~ << ,1, .,.,._J ~' . ~'
. »
« {k/J»'tJIIOH Lotit» (les frèr<:.< de Lods). Cela oumi1 dù ~•n·
(( .k j r,; )) .. /Jt1U111011 l,/11;(» (le peuple de Lod). Puuryw ,;
(( Qti1J1Jifill 1.o!lt ''? P:.t rç~.: l )UC l':lutt·u r a unif"orm én 1c:l'l 1
dl-crie le peuple de Lnd comme élant « .k j r) » "Qpwmo11
LoJil"». et ces doUI.t.' fois à tran:~ le: (~or'an en <.hffércnL-.
endroi ts. Poul'<.J'.toi l,autt.·ur <..lt'i rc~tc lnv:1riablc dan~ ~n
Jc~cripr1(m de Ce:> ~t.:n::- ;l b<uninnbl t~:->. dc.':1rui l pow·leur~

acre~ pt.'I"\'Cr.;.. de,·r.:tit ·illc:~ ùe,;crar~ la ~< trdzièane )) foi~


J:tn:-o h.· trt.·izième ,~'-'r~ct curnmt: était (( l, ~ .Jt~t ))
« lklnmlloll LIJtl!" (les frères <le Lod). Un i\ l ll eur <1ui
peul \' Ull!-l donner trni~ ~yn<u,y1nl'S e n deux ver~c-ts,
comme dans I<.:S ''"""''~ 12 t't 13, pour Jciçrir,· un« gmupc
dt" p;cns ,,~ tout en rcndatll le :>en"\ Je (( pcup l ~.· »!':ln~ aucun
ad jec tif, c~t lt' Jnêrl"ll' tfll<:: echu '-ltti a nJh~r~ à Cel te.'
expressif Hl inchanp,êt: (< _1., ; rJ )) QaJJl!N0/1 IJJÛI ».
f(

N'intpnne <JUd lcct.:ur ancnûf aurait rt"tnar<tu~ b


fun11ulc chm1gtc tl:1n~ le ,r~r~<.~t 13. Q w::lc.(U<' soit 1aurcur 1

hwnain lJUi connaitr:1i t la bc::Hué dt.: t\u ili~ation <.ks


c,;,ynony1nc~ cr <JUI 1nalgré cda st.·rail resté fidèle à :-..1
ruQor'mt. l..e 11/IHII'Ir IIIIÎIII(' 101

tcmlintll( IJ.tlC 'mc douzaint: c.Jc foi."'~ il aurnir n:tnlrdlcn"k."nt


rép~ll~ (( .» ,_J t ,_J )) « Qa:u-'IHDII Loiit » et aurnir réali~é ~a
rrcizrcmc {l 1). \lai, ùan.' ce cas il y aumn cu 58Q,/d:tn>
la '\(-urate ~< J >> (( Qt~(»cl 58 n'c$l pa~ un mulriplc de 1fJ.
N'a-t-il pa> affirmé : «je t'OJJSft l'IIi pmu!,. w ro11.ridimtio11 Ir
19?>.

~ Dix-n euf sont chargés d'y veiUcr jf

li n't.·xi:-.tt.· '"IU'unc ~cule autre !'>()Urate à la<.JucHc u ne


,cule « inrnalc »est apposo.'c, il s'a~t ùc la soul1!1<' Stld. la
39~ sounuc.. d u Saint Qor'an. Re.marcru(:z 'fliC CUITUnc
pour le, ><•urntcs 50 c l 68, les initiales « ..; >> «Qf![» cl
« ,:, >> •• Vtum » rc!ôopccrivem~nr, ne sont jarnai~ rr.u.luitc"S.
11 en C~[ de nl~rnc pour le <t J' »« ~àù >> <.(UÎ reste H .ftid,,
d:-~n:o 1:~ sou rare 38. Aucun tra.ductt:ur n ';\ cu ln 1én1l·rhé
de lt·ur dflnncr liJl :-:en$. ln ttrprét.'ltion, <>ui ~ rraducrion.
non ! G d ct: à Dieu~ no us voyons aujour.d ' h ui l:t
con)l>in:tisrm n1rtthén1atiquc de Dieu elle n1én1t prcnc.:~t'l'
.S:1 p:trnlc.• conr1·c lOute form~ cJc: corrup1inn.
l ' n srs r~'ll1C: sunplc: t:t facile à \'.;.li fier. cnnç u (,.le.- h:Jie;.·
rn:.naèn: qu'un cnfan1 puurrait le cun1prcnùrc. l\t m:-.
et)lnmcnt .!rmt ~ JXt!'>S.Îblc que nos ~'T'ru1d-.: conl01l'lll:lte;.'lU"S
10.1 • 1/tnm/ f>mfal

.. an.cicns c l n1ot.lc:rnc:-: onr-iJ~ p l• l"'é~li~cr ces fail~


th.;dcnrs cl lrrêfucablc~ ? l.a répon ... c c:-.1 ~irnplt: - « <-~
Il 'ilait ptt.r lt 1)/l)ltltllt »- . C'était jnc>ppt >rlWl r
t\v(·C .I(• c h:Lpirrc 3K dcu~ nurrc~ ~c •ur;u es pan :1v,..:nl.lc
n1êrnc déno1n ina teur con1n1u n .. lt' <<...l' >> « S tid )). ü :->on t
]<:~ :<uuratl'< 7 19. \' Olr tàbkau 19 l'l1 paJ.,'<" 10€. l.i oÙ
Cl

plus d 'une lett re apparaît Jan:-. untt combinahnn


d ' << initialeS», nous auri on s dû les compter toutes et
uouvet' t.juc leur Lotal c:-:• 1.ut rnultiplc d e l CJ~ tnai~ cJ:m~ Ct'
ca~ nuus 1'\otrunc~ UOÎ(.JUCJncnl cunccmé~ par 1~ lettre
<' .J' »« .\'titi», le déDC.>nlinatcur coJnmtan tic tn>is st •uratt::;..
I.e totall':il de 152 .rrirl. l ln multiple c~:act de 19 (19 x 8) .
1\{ais lai~sc~-JJJoi vous r-;:'lppder t)UC l'lotrc aurcu r n\~st t
pa:> UJllquc:nlent i.ntérc:-:sé par une $eulc lettre o unrnc <.b.n~
c<: ca,, Remarquez que dan' la :;ourat~ 7, quam: lettre~
~ont concernée!-'~ t:l U:.n ... la :-;ouratc l9, CJn<-Jltttrc$. Ce~
J ...:.ux $OUI7alc~ a~sociL·cs il ta :-;ouran.; .)R U:.1n$ ce-etc ~êdt'
ùe 1enre~. i1 réuMita à ~;,~nt:'r par 10 foi~. Con1pr-cz les
uu infunnnti.,cz· lc:s. d n '> a pas dt:' tin :i notre.· é.n1cn •t·il.
lt!nl.enr. ~rot.lt cd:t é rait il frut en répon:-.c au.x. prière!'- Je
(Vlohamntad ? Il élilit t oUl le tcn 1p:o; il Îl11plorcr :-.on
Sdgncur. « ()b Allah ! l'itend.t 111011 .ra••uir! ()IJ -1/lab
.·1pprojonrlu ntoll Î1lidlit,ttUT ! ()b /11/ah ! ...111!."""'~ "'"''
illltn-eil!eJIItlll ! >).
1-:.1-Qnrim. 1; IIIÎmdt ,ftilllt' 1(1 '\

Table"u 18 :

, ~. ..
J., _,.l

r_,.J « Q:n orm oo L ot1t »
Rl·pl-1~· I.LI'IU(.nnétru:nr 12 fc•is d:lns le ~:un1 (~t u·•:)n
~:1ns nuru1 1 chnn~t·mcJH. RcJnarytte7 rn:Hntt'nnnr 1~
sc.·u lc t.' \ Ct'fHÎon Jan.s lt: ,~.~r:-:t:t l3. - - - -- ---,

"' ·
, ...... J
. , .~ ,, . , ,, '
, r- J J'J' ..,.. ~1J
, _ t _f,
ÇY:·.~ ~!1~
t >' \"""0"""" ·. ~
._...,
...

:,s- $ r>J J ~~· :,..u..:..i:, • !>; ~·;.!J

Jo) ~';.J « Ikhwun ou L ot1t »


106 •· iiJIIINI / )m/<11

T ableau 19 :

of Jor"~'l>_,... j> 7

;.--:f -":-\1 •\ .
1 ~.;,. .~ r>..
f t llif, Lmu, nu'n1, ,<~ut/ f,, -4 ...-.-J• +-
";.-<.>" ,,,... j> 19

,4:JI~i:.i'.
·''t',~.J...... .i.\;.
·~7

~ J'.,,.... ,. 38

~ .,12>lff .;:ik- A)>


t Sud }

Oén•nninatcur C- .'b; ....;.!:.........s; bo.,Jr..'rl..


Total '11&41 ~
c:nnunun .,\-.,. ' 1\r-v __....
98 .... .,.._li 7

26 .... ~~ 19 '1
1
28 .... J' 38
152 (19x8)


1~1 Qor'rm. J_, t!ll.l'tJdt ttl/!111( IH7

Dan' la «>urate 7 « ..,-J•"« 1/if: Lmt, ,\(;,,, Stid», Il


y :t 2572 cc 1 '> u ,- \hf ))• 152K << J >>cc Uun >J, 1165 « t >>
(( 1\ I 11Jn•l.'l 98 (' ._,P » t< .fat!)>. h:-. :1dduin nnrmt L~:ur toral
F.11

èsl d~ 5351l ( 19 x 282). D'ms la M>matc 19 « ..,- · , 6 <" »


<c 1\fl/,' 1lrt, ) ' '· '/lill. Sâth>.lê nonlhr~..: t.h· ces lettre~ l'~t de.::
•< .!l >> (( Kqf» : 137
4( -:. •> (( /-Id )) : IC.Il
H ..$ >J« }',p>; 345
(~ t )) 4< • -l.ùJ )) : 122
(( ..T' )) « s~;n .) : 26

Le wtal est d e : 798 (19 x 42) 1


1

nan~ la prc:rn.ièr<: ~OU l"':"ltC de )a (t !-'~·rie)~ en <.fUt~SlÎon,


c\::o1 :t Jirc 1c: chapitre 7 .. n,,u, l fUH\'On~ un :un re indiec..·~
un<· rrac;c palpable nu« cmpn·rrut· • Je ::on \utcur Divin.
Dan' lc wn.t·t 69 (t.1blcau2ll, pa~-;c lcr.l), pnère J'~ruJu:r
le mot cc ~ 1> <-t R{l.,f/rJit /1 ». H.t:nurt(UC.t <JU ïl s'écrit a' cc
un << ...;# » « Stirl n, rnais au~Jc ... ~u" de: cc:(\ ..._.P l> cc S,id), ~e
trouv.: urlc nUnu.-;culc: cc. ..r )) h .fiJI)), pour 11t)HS prC:v~,.·ni 1·
C..JUC.' hie n t.j\.lt Ç ( ' $( lit lt' (( ,./' » t< J ,Jt/ »<.fUi lÏf..."rtm.', llOU~
t.kvons lt· prononcer con1mc une~< ...r '' 4( Sin ••. 0:1n!'\ ln
l:m,, lc: d~s ,\ rnbcs.yui "om :111 non1br~ d 'un<.• Ct.'1U"'int.•
Je 1n11liun.o.;. d Jan~ le-urs nornbrc.'l" dml~te$. il n 'c..·\.i-.u:
pa' un ......~ul f( &utfii~JJ » c..1ui ~·~.,X:ri1 :an·c un« ..r )) <' .~ ,itl•
108

L'a rabe est une langue phonétique. Elle ~·écrit comme


e llt: <c p r <"H1<>l1Cc, à la différence dd',mghlis Jans le<jud
nous pron(mç(m~ «nife •i (cottfeau) n1ais é<.:ôvon~ « knift· »,
o u « filo;.;ofer » pour écrire: << philosorher ». ~iais alors
pourlJlU•i CêtlC::. ('CrlflU'C ..Jjf(éret1rt: dans lt: 01< )l « "J3m..LaU:n »?
Nous rela.ton:=; qut ll>rsque n o rre ::;:aint-ptO()hCtt
!\lohan11nad d icuüt le ver~et 69, ci-de~sus, et ;\]ors c.tu'il
t'Il élalr an1not « Ha.f/r.rleu ».il ù it à son serilx '-fUC «Jibrail ))
lui demandait d 'écrirt.: ce tnor «Bas/a/tm» avt'C un« ..;P ))
(( Stid•). l }:.;. l'écrivirenc donc avec un<< v" >>« Sdt/)> t•.r 1.;'.$[
resLt. ait1:-:i l400 an.nét.:s Jurant. J.•a que~ ti<m <.JtÛ peut surgir
est de sa\'oir ~i le$ scribes de Mohamnxtd savaient
comment écri re œ mot ? Cerrain~mcnr qu'ill: k savakm
(voir tableau 21, page JIQ) e t von~ remar<Jtlerez dans la
so Llrarc 2 ,,.ersct 247 <.Jue le Jnt-Jne 1t10 l « Ba!ltJftll »$'~cri t
avec un <<..r >><~Si">>. ~'il:.; avalent pu t•i:crire cc>rrr:cternent j
ici al\)l1' pourquc>i cette différence avec la ~()llratc 7, verst:t
69 ? En fair, lt: sen$ ne d iffère p as, <lue le mot s'écrive 1
•'
a vcc un « ..r )) <<S'ill )> ou un -.< .J' }) « Srid )). Ct't:i csl vn=ti,
rom cununt le n1ot français << Jocile »~ (.1u'il :;;'écrive
(<.do~~ile:»< m « <h )cilc >~Je sen!' reste le 1nêJnc; iJt:rn pour
<( cercle « ou << serdc )) Je st·n$ nt· change pas. Pourquoi
donc Gabticl ~"'rut-il à leur é pelèr le mor <·n premier
lit'll ?

l
1!1.-Q.or'tm. I..L JHirud~ 11/JÙJic'

Tableau 20 :

~ ....;,_,.... ~· ; ))"" ,.
~ ~~.:à~~:---,:;:-;:
:~,
ç.ri ~"}~~ ~~.ii.,;. ($•· oc ~· 'J:.h•:, ...
; j. ' · 1 ~· .;;S">•))

f Souveru:z-vous luntqut: Seigneur a Jilit


V()trC

dt.· ·vous se.s lieutCJIJUits, 11près la clispaââon du


peuple de Noé, il a déve!appé votre expansion
dans le rnondc...J-
~mt Qnr•1ut: ~IIUr.tt~ ?. \'-.-~t 6'1)

-.- ..........
( .l.h ' · ! _)
>----
L LO

Tableau 21 :

~ i ,..l,JI Ô))-" ;

..!. ' s;l\ ~1\4\,,:,....1...._ _--::-:~


'~ ""~tl "
_, :..
,.;;' ,.,

(\ j. ' ;·y-1·.-JJ • <"·•'- >ilb.:..• ·:'' '..J.1


. , C.) ~ ""'-A1 .J LI ...
/ -

~ ·-- JI dit : « Dieu l'a cboùi de préférence :l


VOII$ mu.~ er Il lui :1 OCtrQyé w 1c sup<'rio;iré sur
VOUS /lTtÎCC ;i }:t ScJCJ1CL, e t :i hl Stature dOJ1( iJ
e s t d o ué» }>
(Silim (.!or':lll : ;-..,ura!c 2. Vcl':'cl2<17}

'f

Les rnots :

~en~.
Il 1

Pendam plu;; de mille ans, le Saint Qor'an a été copié


it la Jnain er rran!'\.rnis ains.i de père en fil:'. ll n\:s..i~t~lÎt
toujoux,: pas J'imprimerie plus de milk ans aprè' la
RévélaiÜJn q<)r'anktuê. TOtlt htHTU11t: Jenr~ con fn) n tt au
' '"tr$.et 2 : 247~ écrivait aut( m1ati«4ucmenc « Bt~slaltiJ>) de
ctttc n1anière en le tr~n~crivan t à la rnain. lJ n'avait besoin
de fournir aucun effort en l'éc1i\'ànt c~Lr la lan~uc arabe
est phnr'l~fi"-JlU::. f'vla(S Jor~LjUC Jc:s mênU!~ ~çtjbt:S ét3ieor
confronLé~ au ver:->cr 7 : 69 d1acun d'eux a dli Ctrc
pcrrurbé por l'écriture erronee ( ?) du mor. Peut-être
CJu'apl'~~ tout k~ur père ou leur grand-p ère ont-ils été
victime d'une é rourJeric. <:.2uc non ! Ils n'o$er:üen r pas
en modifier l'écriture car c'e~t ainsi que l'ange Je Dieu
l'avait dk té. Et ainsi a-[-i1 été con~ervC:. Pa!' un ~cui
exernplaire $Ur le::- rniJiions Uc: tc'Xtc~ <.JUÎ ont été rédigés
à la m;tin n'ont une vendon « révi~ée >> du tnot. <.2_u\:111
«sage» ait pris cette liberte toute rHtnlrcUc c:t'l rectifiant
b Parole de D ieu C[ nou:-: nou~ serion~ rt'trouvés

d inili\ué.s d \tn « .._r> )) « Stid >) dan~ le~ troi:-. .sountlt>$


C<H1tenant l'initiale « ~ )> (< Sârlu~ nou~ l:1issant ~vcc un
total de 151 « '-"' >><< Sâd». Or 151 n't~l p:!:< un multiplt:
tle 19.
Con1Jncnl n~ p a::. $t' prc.)1'\lcrncr d •t,ncrvt'illcnlc.nr c.r
totn ber en pciètt.. dr.:vant r arciJ Auttur, P< )mnip n tcnt,
r<)nî:ni::;cic:nt, l'( )nlnipr~sent Dieu de I'U oh·er~, C.!Ui nou:-;
1 11

offre signe après signe l'occasion de le n:tnn.Jvcr ! f'.l ~n


toute véritl:, li a (Cl'IU sa pro n1e:\s<.:· !

~ C'est nou $ q ui :nrons fai t d escendre (ré vélé) Je


rappel (Le Qor':w) ! E t c'est Nous qai eJJ som.me~·
gardi ens. ,.

Chayt;lt.:. c hapitre: du Qor•:ul <p.ti a des <.< initiales >>


;tpposécs à sa tête, "ui1 k mêJn t' t)'Pt d'exunon.linairt· et
U11pressi<">nnantt< in:-:pirarion. C on1ptc:t. le noxnbre de foh.;:
qut~ k·$ << inici:.tlt::s >> apparai~s~·nt d~n~ les ~ou ca tc.:..:: c t ùivi~-ez
leur total par 19. ( )r ~ans aucl11ll"" cXCt"ptio n, la l:éponsc
est à ch>K)Ue fois tul multiple ~xacl Je 19 1(~tu avait le
lelllpl" cc la pc)~:-:.lbilité J'inventtr Ct" tnécanisn1c Jnathéma-
tiquc c.xt.rên1Cll1t'O( con1plic.:JUé? SûœJnt"nr par !Vlnhan1n1ad,
l'hornn1e le:: plus o c.:cup(- t.lt tou te l'histoire! A 1nr,in~ <-luc
Je.::: incrédulct~ veulent toujout1\ noU$ faire c roire <.JUt.'

M<>hrunmad a vair ' Jl<dquc 'mlinatcur cache d:111s le sable


où il aur~i t p u p rogranune r son (~or>a n sur unt" ba$e
sn:uh6ru1ric.Iuc.;. Pour nu pat1·. j•acc~ptt.•xai voloncier~ <.:ctte
<< d·lC:oric t l l" },ordina teur )) pilllt'H C.(UC f'V(Oh~Ul1 11'\ttd

l'ho n unc - fait Je ch~ir t.'{ dt: !'\:tng à tou~ les t-~.·.:-:Hd~ - qui
113

atU:illt CUOÇU U1l ~ystènl.C mathén1;t ÛtjUC Ç(>11lp1t:XC p(•Ur


p rés t'nrcr $ t'S u. r~fll'xions » per~onnell~:;; d e t ouk
corruption.
Dan~ cc LraiLé. j'ai à peine effleurée le cœur du ~ujet
Je: ccttt> d~couverte phénornénak. Ivlais pour ceux (JUÎ
souhaiteraient approfond ir lc:ur connais~an.ce du s ujt<t,
je leur recotruntulde.rai de toue cœur d e con~uher les
trilv:ltLx du Dr. lbsh>td KJ1alifa. t,2nam it moi, .i<- suis
p e rsonnc.:Heru<.:nt n.:dt'vablc au D r. Khalifa de tn'avoir
ouvt·rr le~ yctL"X à ce ~ujet. Pui$sc ;;\llah h.ù accorder longue
vie pour concinuc::r à servir la cau~t' c..le l'i~lmn avc:.c aumnr
de désintércs::;t:n1enl.
Mais a\'ant de quitter le miracle mathématique,
penneuez-n't<>i Lk vou~ p rt!';em.e r 1nc Hl dernier Llia~anune
• ur les« i11ollq6111a 'at» (t:tbl<:au 22. pa~c l 17) <lui co ncern"
les $()Ut"ith:$ avec le$ COJnbinaÎ$0B!" (( r ll//. Lllll, i VIÎIII ».
Recopiez simpltmmt stu: tu'te fenillc de papkr les inforn,l-
dons arrangé~s en tableau:x et n:rifie;.-; lLJ-lltJUt:n1ent lc:s
tomt.LX..Lais:-'cz aux·~ nl.'\gle$ t~1t:ct-rorÙ<.JtlC~ »- les o rJina-
reux~ - le soin de falrc Je calcul ùes Jeures. Ë L vous rt:ali -
~ctez ll1.1.n1éJhtlcln~nt la n ah1re l-.rargan t llt'St (UC: de cette
uîchc: ~urhtu11ainc ~i tn~llaJroi tenlt:1H attribuée à
Mc>hrumned.
Le$<< Aüf >>, les (' L ru11 »el le:-\ •< :r~ilitn )) tlc ct-~ huit
~ollnHes artC"i~lcnr le chiffo:c: irnprt~~~ionnanl de 2667 6!
~upposcz <JUP 1\lt)h~lrmnaù 6tisai[ st:.·s C<)Jllp rt:s pc·ndanr
Il ~ .rlb!Hed Deeddl

:!3 an." <.' t f...JU'cn~uite il divi~:tit cc prt u.Jjgieu~ t1:ntubre cl~n!'


=":t rêtc e 1· n'éta it ~atisfait <.JU'a près C.JUI:' :-a r.:p<)J"t~t~ c(ll été
dd'ortlre de 19 x l-104 ! C'est ahsol<um:nt in collC.tO\' :Iblc.
ivlai$ plu:-- ~~i:·ds~anr t;llCon:- c;-;t 1t fait qu 'il Jl(·~ tlr p!l rt à
persomu~ de se~ gi~rante~t)UtS capacité$ t'ntnarhénl~tÎ'JUt.s,
pa~ Jnên1c à r\ bc,u Bak r, S< )n ami intin·1e c t compa~non,.
ni encore à s< >n ~pc >u~t: bien-airnéc A:ich7t, iJ n'en a n1è1n c
réclamé aucu n Jnériu: jus<.JU'à $ ê-\ rn ort. Pouvez.-vou~
réd Jcn1cn t cxpliL)llt'f ce ~ilt:t:lCC ~a.is-b~~a m ?

•'
,,
I l ~

T~ b.le au 22 :

Sourate r (1\1) J (L) 1 (A)

2 2195 3204 4 592

3 1251 1885 2578

7 1165 1523 2572

13 260 479 625

29 347 554 784

30 318 396 545

31 177 298 348

32 158 154 268

T o tal 5871 8493 12312

5871 + 8493 + 12312 = 26676 = 19 " 1404


\? ~ . .. '• (
t t,.' • •
~ r.:. . '
1
CHAPITRE IX

PROPHETIE ET
ACCOMPUSSEMENT

a
Nous sommes forcés dt' conclnr(. partir de ce:; faits
concret~ 4..JUC nul être hunuin. p a.;; 1nêt11C l'espèce hurnaine
tout entière a\r~c totu:: !-'cs ordinateurs ct calcu1au:ic<·R, ne
pw( co aucun c9s rcproùuire ce Sain( LiYrc • k miracle
tnathétnatique.- El Qor'an. « 111imde lllli.J!Ic de la ,-,·étllio" >>.
Si <.JUclLJUc:S doute:.;: o~.rous as~ai11ent t:..11<:orc à propos dl~
~on A ut< •rité Divine, pout-quoi ne pas questionner votre:
ordinateur?
Le Saint Qor'at1 a déjit été infonnati,é. Référez-vous
au livre du D r R'"had Kl1alifa « Le lllirarlf itt.mrl tle
lHohaiiJtl!adJ>. Après <1ue l:1 << co·incidencc: » madlétnaticJue
qui p récède ait é-lé progr:unmée $ur o~:düureur, cerce
<< 111a,gie de l't!Lf:.ctronitjttt' )) a étt! questionnée. ((QueUes

sont lc:s possibilités <fun livre écrit, et par chanc(~


contenam t Ul $}'$-tèJl'lt' de cakul çompltxe bâcj sur Je
chiifre 19 ? »La réponse de l'urtlinateur a été : lcschmtœs
J\me pareilk p(n;sibilitt ~ont de J'ord re de <( six cent
1 I ll Abt11ed Ot:,·dal

vingt ~ix st;p ti1Ho ns t.:on tr~ u nç ~cule .;hançc Cjllc.:' ccl~1 sc
prc.u.knsc ! ~> Pour Jnicux appr(>ciL~r ecu~ probabil ité. hl
vo ic i écrite en c h iff res : il s':tgi t d 'un(; c ha nce s u r
626.000.000.000.000.t100.000.{)(~1,00() ,., fa,'.-ur ù'unc
C<)Ïnc.iJcnct:: !
D l.! no uvt:aux faits son( rcigulièrNn cni dc!co uvcn s à
parrlr d u n"l~n"le p rincipe n 'lflt h é n 'latÏt)UC, au_f.Qnt'lltlln t
l'lln p robab ilité tles chances en favt·ur d'une cclïnciJcnct·
êvt:nnu::lle.
L'ampleu r d'un p~trcil résulttH est p)u...; i Jnpre:s~ic m n:mr
q ue le:::. p robabiliré$ d ' un e vie sur œrrt' dépt:ndanc d'une
:-:érie •J e « coÏli CÎJcnccs ))_. ou« p ar accidrnt n con1n1ê Jt.s
<Lgnosùque~ wulem nous le f~i œ croire. c~r pour qut> la
vlt'. n ai~ge e r c-ontinue ù'cxi~tt·.r sur notre glo be, voici les
5 co n J itiont' ou << chances >) p rére<..( uise:s:
L-<..~ne 1a (ertt.:' snit inclinée ~ur ~olt axti à 23 ,5 dt"~1Té~.
2 ... ~uc: ht rorat ion Je la l e nT ~oi t :1 1a virt:::.~e idé~le .
.1 - <)ne ](l di~tance du ~n1dl nt> so ir n.i plus g:randt ni
plu~ cour rt' .
..J. - ~tJC la lune ~us:o>i soir ~ $a d isrance ac rud lc:,
5 - t.Jttc: l:i com l>in:ü so n de tou:-- l<:s ~az <.Juj anus
c nroun·nt sn it â son ratio ac ll.h.:- 1, e tc ...
L a po.;~i biliré pnur cha<.JllC: fflC[cllr néct·~s:Ürc n la
vic :-;u r terre, cxacre:rn<.· nt com Jnc die c.:xisn... ~ p:.t r le: plus
pu r dt::i hasard~~ est d\tnl' chanet· :-:ur d t :; tn illia rth: pou r
{ ]U<.: ccb ~l' pro du is(·. ~-rai::- il s u ffit d ' un sctLI rmgk· d u

J
1 1,,

mir.oclc <lor'oniyut· po ur <jll<' le' prob-Abilité< pa,;.<t·nr io


d ...·~ scptilliun:-. ! Cep~ndant. il C\Î,rt' encore plusit.·ur:-.
~t!ipl.'Cl:-. ~1 décou,·ri.r de ce;; prodigieux Livre tic Dil~U.
(~uc rcpr~:;~nte <;t:ttt: rou l e t..1cxn iè rc décoU\7 cth.'
l.lfu·':-~ni<JUl' poLu · nou.:-; i\'IU!\UÙ11an~ ? Nous $ 0111111<::-o {lu
nombre de yuck1uc <JOO.oOo.oon d 'iimcsthlns ce m<ondt•
:\UJOUr<fhui. lllai$ en faic ne cnrnrnons pouc rien. Nou'
sonlJnc:s en réalité une naünn de troi:-.iè.tnc: ordre. A vcc
tou~ ru,~« péLrtldollar5l >,, nkmc utih,és con:ttniCrivernen(
pt )Ur rebâtir la ownrna i:.lamic.1uc. m'u.' aultt:." n1lL'ulman:-t
seri<)"' tt,ujt,ur~ incapablt.·$ tlc cc)mbler nt ,tn.- reta.rd s:ur
l'llt'\U 111 SnviëÜ<.Jue, ln Chint.' tRI lt'":'i i •: la t:-o.-Llnj:-; d' Améri<JlU.! .
Car pmar cba<JUC pn~ aCC(>mrl i en ~cicncc er en tcchno-
lo~i"·· en phy:-:i<JUC nucléaire c l en recherche t'pati'llc::. C(..S
~l-an t~ ..,u,.-anenriunnés sc· rcrrouvcraî~nt encore dix pa:-o
Je\ anr nou~. Nous s.c serons JôUllaÎ$ t:n mc:~ure de le:-:
rnurapcr. Cc n~c:st pas d:u1~ 1-.: o:;rylc Ju mu~ulman d'être
pc:c:ctmis tc. c'est v rai, 1rutis nou.., dc,·c ms étrt" .réatisu:s.
ré:'nn1nins. Allah nou~ a f:tit la proJ11es.sc dan~ Sun
1.i\' l~c inf:üllible, t ( UC son u Di11t \) (si~1-ù fian.r tnnde de vic.
~én(·ralt•J11cnt traduit p ar << n:liAion ») prévaudra à HltH
m u rt• 1noc.k de v ie .

. ., ..
" .1;..' 1 . ~.L1 '
0 ..~fr""' ~ ,:r..::>)
, , , ,
' • 1• ~~
.
.s.....'!, ""J-') vl '-). ' '1 -?.jJ1 .Y'' }.
' '
]"
.. , , ...

1
120

" C'G·st lui (Dieu Tout...Puissa.n t) q·u i : 1 envoyé 8 011


;\( es·.t;:tger :tFec la direction e t la l'eligion t'raie.
Poul'la f.'lire prév:<loir :i tout :wtre religiof1 en dép it
des polytJuHsœ s. t

l.a rnêmt' protnc:-:~c t::-: t rép(:t{:t.:- <.kms la snurate 48


vcr~ct :::!R avec ccpcn<.lan 1· u ne vmi :,tinn vees hl fin.

~ Di~tl .:ouflir (.:qn1nu: r~n1oin


(Au bit qu'il volis f'era pré•mloir) ~

Conun cnt <:cs proph2tics peuvent-elles s'accomplir


en nou:-' alors q ue no u:-\ :-\Onlnle$ Jevtnus la ri:-:t:c du
JUon d.:- ? Par <Juds moy ..·ns allons nous pouvoir
conv;lincn: 1t:~ alhécs et' les agno::;tiyut:$, les chr~cit:ns,lcs
CC)nJn1uni~l't'.!' c t (<)us les aurre$, al<lt$ <..JllC O()llS tlilapic.l<)n:;
nos ressotU'Ct.:s ct t·nt>q~1t"s. c:n vaül::: t'fforrs. Ccpc.:nliant .
rn algr6 J'loire tri:-:tc situation ~ICtudle l:t notre é ra1 de
JéMradation, nnu:-: rrioJnphe::rons f Celui t:ntrt: 1~..::~ 111aÎn$
du<-Jud réside [t~ll l pouvoir accornplira cc nli.r~ck!
1:1-Qor'rm. 1L mirudc n/11'11( 121

~ •.. L:t promesse d'Allah t·sr route vérité... f


(:-i.unc c~ur':.r•: S()lll':l f è 4-. \'ers.t·f 122)

Il nou~ :1 C:[é ll1(11Uté à rnain tcs rc:pri$...-•._.: à rraven.


l't--ii .... lnirc commt:nl Dieu accuJnplit Sc~ plan~. Le:"
hi..;h )rien~ n 'ont pa" réussi à pl'\:\ cur la n1nnréc :;;ouùainc
t.lcs: l\rabc~. Lais....ons le snin ~ Thoma~ Carl}·lc c.lt;: nous
déc rire l:t ,:ci"n~ tian,: snn h:tbuud sn·lc it1imitable : « U11
'
pc11plt de /Jcllll'll!s ba:sers, a'JuJJ/ ftJII.< ilw ref/Jttnpuù- tlmu lt!JI'
t!ti.n·t1 rltymir lc1 frtÙJ!Îoll d11 lrJfllldt )J (Pt!rsonne ne leur }l
occmdé d'outre> rC)!;'Jrd" Alcx:mdtt: le Grand les "
nl·gli~és.lc~ Pen:a.n:.: les onr néAiigés.lcs Rusnain...;lcs ... nt
ru:~h),tlts - çe décher h.unlain - une nb1igarion
inccmùitiurutclle de les Ç<lnsiùércr C<)JllJnc tel pour t<)Ul
fumr con<lui'<ant). « U11 f>,vplthr lx:roJ lr11ra itÙJJPt?Yitlrrt
1111 JJJtHllf!! iiJI(fUtlilpom'tlil tt'Oirt: R((/111-l~ ft kti.J.ri/XJiil'lV.IIIplt
tltmll/1111 JJOia/Jie dit fJIOiltk.le petit ni dtt<IIIJ llll.~rtmddit 11/0IIrle: el
fi/ lhflttt"t tli111 sièc/i', /'/-(rabit· t>.# ti CrcJJtJtk ti'IIIJ côti tl,; Dd/Ji

dr l(llflll': t!tiua!twle t'Il rnl.tlfr t'/,l'jJ/t:tultwr 1://;Ji//anlé dc.~lnit~.


L · ' lrubit lnilltltt loJJgtnltp.r t7!f·dr.r..m.f d'IJJJ~ gra11de pmtit du
111011dr•.• C.:u ~-4rubrs, /'lJfJIJ/111~ ,\}(J/.NI/1/IIIlld. tl rt .rië,~lt'. Crin

llf tr.lltllliJfr-/·Ï//)liS Ô 1/1/tjltii!NIIt fJIIÎ tllllltÎ/ tJJJbl'rJ..fi JJIIIHfJIIdl'

q11i umbhut """' lobst>llili J<Jbk 11i;t,li~i: ,n,,ù roihi ! Lt Jt~b!t


122

dn•iettlptJ/Idlt' e.~pfo,·iJ,. fjllif/alllbr!iu Lltlllf dfJIJ.r le riel de Deibi ri


( .:-n:nadr h>. Cc ~ont les J11<H'!' d\mt~ critique arnk.alt'. rnai:->
con1pan.~% le~ avec Ct'UX d'un juif vcnitnL'LL"'\, t..)Ld, écrivant
sur l'hisroirc dt: la tnl-Jccinc.: .. a u n rega rd sarca~ti<-(Uê sur
St'S cousin~ Sén1itc~ « r-"((lltlllcleurs de dJdtJJf..'UII.'\' r i j>fÎII't.l' d .r.riJ
srrrk ll'lhtc <les ''i f\1l"à' » . <.,2:LK ilc véritÇ pr( ,fond<:, ~lice J,-l n~ la
haine ! l)c.: re ms le~ Sémite::; .. les Pht: niçien~ s<mt :tHés cn
E.utn pt: en ('OilUl1erçan t, le~ iuif:-;. en fu~iàfs ou caprifs,
les Amb<::s S<)Ot les :;culs à ê:[rt· :lllés en r<)is!
Ctst <:c <[U'All:th . fait r•... k passe Cl Tl peut aisément
le faire à no uveau. Souvenons-nous Jcs i\1ongols -
Comtnent r islarn a-r-il pu appri\'oÎSL'r le~ conttuérant...;
ùc l'empire islamique ? A pri:~ lt.'~ pcemier~ a~saut~
barbare$, l]$ c.levinrcnr le.~ ~t:·rv. iœtLrs volontaire~ de l'Islam,
ct ::le~ dt:fenst'ü rs t.'t partistln!i p our des siècles.
L'Hi,toirc c~r truffée J'exemple, tic la Pnissanœ Main
du Dieu de cni:=;éricorc.Jc:. (devant des n:Hions ùc~
profondeurs ah~:-::Hlts de dé~r:adnrion n ;r s de ~oricu.:.:e~
hauteurs en un Ît1$Œt1t. RegardcL: Sa Pui%antc i\•lain
ré.alü:cr l'imp<>Ssiblc. Si s ( )Jl (( /Jil/e)) i:t:tit :lujourd ' hu.i entre
lc:s rn:1 ins d es s up c rpui ssançes. aYcc leurs anne!"
atcu11Îquc:; ct leut~ fus~e:-i :-:parialcs~ avec leur$ C<>l•)s~aux
moyl'ns d'~di tions c t leur~ capacités d'nrg:anisation, cl
avt:.:c rou(cs leurs rcssourct·~ nlaté1iel1t~ : ~i par eu..-x 11
avaic éTabli Son p lan p{JUt le." = fain· prévaloir. cc ne serait
po in t u n rniraclc:. (\{ais s'il érait conçu pou1· des<< b i$.!->és:
p~ ,ur cc ,mptc »~ pour les v.t:n:-. t.k"' u nai:-.,c,:olU:\ ». p• Hlr 1,·,
« nlarthc pu:...b )) de \·aincn: le~ pws~:mct.·~ d 1..·~ a rn ~: 11 us
sci~I H,.' Uf·~ dll JUOnÙc~ CC st·r:lil l"Il ffttlfC v~rlté Ull ~r.llh.l

mir:>dc 1
11c :-tl de ll(•tœ p tivilt·gt: L't de n<,s prén,~ativc~ til" livn·r
b ~mtillc au~ uaût~n:o. tlc- la h~l 1 c, 1M~ .rveç '-le_.. fu:-;ib o u de
1:t dyn:unitc, 1nai~ a,•ec clc~ ~trl1'1~~ intelle-cntcll~~.
lmcllœtudlt-mcnt, .-\IL·tl1 nuu' a l~Jillll'1' le plu.< importanl.
11 nuu~ a ùunné un tnnJc.: de ,~ic, ct nous n ·a,·o ns pa:-. à
nou-.; IU~tificr pour yuoi q ue cc :-.oit. fous a'·on~ lt·~
rl·pcm!'\c:-: c:n b lan1 à tou:-; les prclblèrnc:o; lle J'humanirC:. Il
fout en premier yue lé mé·créant ncccpte le m<"""~c. le
reste suwta, tour con\ln<" la nui t ~ui t le jour. M ontrez à
0():-; !lrHa~oni:-:tc....;yuc le Qcn ·':H'Il'St la vécifable Par<,le Jl'
D1cu. 11l:n'1ontre~ ~a con:-;t nJcrlon nurncuJI:!u...-e; ce <.JUC
:<eultnl Etr" ( )mnipoh:lll, ( >mntscÎl'nt pcutavoirproc.luir.
ilt::-or tlc: notre d c:voir d 'in\"Îtcr à r.~t:ul'lll".S incréduk"S, lt·
<~nr"an ..lan~ une rnain ct la h ~ÏtJiiC dan:. l'autre. ~larchon~
cn~cm ùle v..: no:. la conl(Uètc ...k·:- cu:urs et clcs e$prir~ tlc
l'humanite 1

.{.
"'
.
~~.. .!J,.,~

- t - .. , ,
. ) r..J"!"'"" I.S.
'
't ~1 ),.
r
" "' " .. "' ,

;t (ln vire) Appelle (les hommes) n·rs le ch emin de


ton Seigneur !'" 'CC St'Cf!SSC•• . ~
(;-;.tint \.,.)flf.:tH • ~:il.l!'ilft 16, \\•r::-;<1 1~:;)
124

E r la sa.p;es$e requiert t..illt' J•on ~~adre~se au,'{ ~en$ e n


foncri<,n d e leuc niveau i.ntc11c.c rud, de l~:ur n1cnrnlité cr
tlc leur expérience. Nou~ vlvon:-:. à I'C::re ck l'ordinaœur.
,.. an:-: Ct'rrc c( bê rt: )) Ol~~lJtlt! rou$ no:-; pto~;rès $Ctait:n t
vàin~. Nos li(rne~ aérienne~ . notrt:: sysrèn1c: banc;lil;e et
" .
n<)S r-éJl:phon<::s ::;eralcnt rc>taleJncnr ÎJlJpuh•sants sans cc:r
esclave devenu JnaiU'e. Si k$ téléph<mc$ aux F.tars- Unis
t..kvaicnt l-frt' dl·sinformatisés p rmr une seule jot..tt:née,
u )Lttt..~ le$ fcm n1cs de lS ~ 45 ans d<:'Vt<tient être n1obilisCcs
urUqut:Jnc.·nr pour gl:rcr cc sctvice a ln~ <.Jtl«: J'é(.julpt·ment
rr1:mud n •c.~xi~tt:: p lu!'o !
Chacun d)(·ntrc nous> yu'il air déjà V\IUn onJinateur
nu pa~, a déja emendu parler de la magi~ et de> m~rveillcs
de: cerre rnàchinc, sa vic -:t Jn èn1c Jû en être affecté~. ( )r,
an!'>:·Üé.ronnan' <.J Ue cela pui~~e paraître. eUe vou~ donne
n'ujour~ la bonne répünse. <.Ju'dlc ~elit la propriété d \ m
chrétie n ou d'un OlmJnunisre. ~i vou$ detnanJcz à
l'ordjnatetu:, mè1ne avec vos. proJ'IfCS idées prëconç.ue~ ­
<t Combien un plu;-; un p lu;-; un font~ils ? >> J ...'1 rC:ponsc
prc.:cisc ct infa._illibltt ~~ra toujour:; de « troi~ n. Sj vou:-'
dt•1nandez à u n ordinarc:ur dom k p 1'opriémire e~t un
cmholit.JUt' rorrmin, « Dit:u lt: Père, Di~u 1t: Fils, ct Dieu
le S"jnr c>prir- Combien cela fait-il de Dieux ? »li vou~
réponJra irnn1t-dian:n1t<rn «Trois •> :;am: ~·effaroucher. Il
n'a J'Li scntilnt·nt ni syn1p~uhic p our son proprlétalr<~ <.Jlli
souh;li.-craitentendce ((UN)),
.. .
1 "

AU.re~$eZ-VOU$ ::~ux n~ttions évoluées de.· b ll'JT<.' d an!'


la hln~tte qu'elle-s pt·uvt"nf cornprcnJrc ~;tns llitÏÎ.Clll ll·s,
ht lang:ue des<<Sciences t'X.:lctcl'\ >), Le ~ lll:lthérnarkJUl ':-l..
~1(>ntt-cz.-leur la mt:rve:il1e << (Pençh evi:trcln c:nt )) mathc.~nla­
ci<.JUC c.1u'.:~t k· Qor'an tt grâce auc1\ud $On Auteur- D ieu
Tout . . Pui~sant - a préservé Son Livre de [OU te hucrv~n­
tion htu11aine, et défi~z-le~ , lu défi de l' auteur.

;€ Dis:<< Si les homm<'.~ <.'t fcs Djinn.~ S'un.iss:lient


pourproduire gut'/que chose d<' semblable à ce
Q or':m, ils ne produir:ûcmr rien qui lui ressemble,
M ê n1e s,ils !/aida iL--ru mutueUeJnetu » . f
{=-'<)Îllt (~o(;\Jl : Stnll':l\ c: 17. \'crl\cl $8)

Gd.ce aux récentes di couvcrtcs <.Jo r·:tnÎtJu cs, nous


scn>ns è ll tnc:o;ure <.ranei11Üre les c iny té$ttltats suivr~ nts:
1) Créer u ne.: gr:tndt: é011$fcrnation pann.i le~ aJ,~er­
:-oail'e~de 1'i.$l;un.
2) RC:us~lr à cc )nvaincrt' 14.'!~ iuif:.: et )(:.."' chrétien~ sincère~
- d~s )\ens tds <JUe Jwe' 1vla:<strmru' eo !Vlichad f-1. Hart
<.pti titmnenr en hau te e:-:t.in).e Pislan.1 - 'luc h1z;.ourcc d e la
1

r\ t.:h~\ é d t mprm~r .;ur 1~,•:;, prèss~o.·~ OC


AVWI· i\tl" (if!ljlh!quc-.. 'iitb..1ddl • fJ..,n:clo.nc (Lspa~rtd

T.:l l'lfl J 1 hf'IQ ~.: 0 7 HI • 1a.' : fJ(} J.J ~H7 5J Q9 X7

Related Interests